Consoles / PC Jeux Jeux-Vidéos Online — 22 février 2012
Alan Wake’s American Nightmare

Alan Wake, c’est d’abord un jeu vidéo sorti en mai 2010.
Édité par le studio de développement finlandais Remedy Entertainment (Max Payne), il tourne sur la XBOX 360 de Microsoft.
Jeu mi-aventure, mi-survival horreur, le traitement de son scénario avait divisé les joueurs.
Aujourd’hui sort sur le Xbox Live Market au prix de 15 euros une aventure à part.

 

 

Si le jeu de base emprunte beaucoup à l’univers de Stephen King, pour cette version DLC il faudra plutôt regarder du côté de John Carpenter.

En effet, ce one shot semble plus orienté action. Vous pourrez découvrir dans la vidéo plus bas que les différents environnements sombres du jeu recèlent des créatures monstrueuses et à notre grand plaisir, des zombies !

Il vous faudra les tuer à coups de pistolet, de fusils à pompe ou d’arbalète.

J’ai l’impression que l’originalité du titre qui était d’utiliser la lumière pour dissiper les ténèbres a été abandonné au profit d’un gonflage plus musclé où il s’agit surtout de dessouder les monstres. À découvrir néanmoins.

Image de prévisualisation YouTube

 

Auteur

Bonne proto-geekette mais piètre survivante, j'ai néanmoins fait mien l'adage : "Un bon zombie est un zombie mort. Deux fois."

Articles relatifs

1 Commentaire

  1. Le principe qui consistait à utiliser la lumière pour dissiper les ténèbres ne semble pas avoir été abandonné. On le voit sur la vidéo, Alan utilise toujours sa lampe torche, ou des fusées éclairantes, pour affaiblir les ombres.
    Le teaser donne une impression d’action tous azimuts. Toutefois, attention ; les bandes annonces sont parfois trompeuses.
    J’avais adoré l’ambiance de ce jeu, notamment à cause de son style kingesque. Faudra voir ce que donnera le style Carpentesque.
    Sel bémol concernant le premier volet, le manque de diversité chez les ennemis et un jeu un peu linéaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*