Culture Z Livres Papiers — 26 mars 2014
Berazachussets, un livre zombie argentin!!!

 Titre: Berazachussetts

 Auteur: Leaondro Avalos Blancha

 Éditeur: Folio SF

 Nb de pages: 208

 Prix: 6.80 euros

Le pitch: Lorsque Dora et ses amies recueillent chez elles Trash, une jeune punk à moitié nue qu’elles croient victime d’un violeur en série, elles ne se doutent pas une seconde que leur vie va être radicalement transformée. Car Trash est en réalité une zombie. L’errance qui débute alors pour les cinq femmes va leur faire découvrir les recoins les plus sombres, mais aussi les plus huppés de Berazachussetts, ville argentine improbable où tout semble possible, y compris et surtout l’impossible.

L’avis de July:

Ce petit roman envoie du lourd! Dépeignant un monde étrange pas très éloigné de la réalité mais où le pire est à craindre…tout le temps. Trash l’héroïne est un zombie, d’un genre particulier cependant car elle se balade parmi les vivants qui n’en n’ont cure. Le seul détail qui les intrigue par rapport à elle, c’est sa dégaine. Et pas parce qu’elle est morte non, parce que c’est une punk! Alors oui elle mange des gens par-ci par-là mais arrive à réprimer son envie de chair fraiche quand elle le décide. 

Dans la première partie du roman, on en sait pas trop si elle est seule ou pas dans son cas mais sa condition, une fois révélée, ne pose pas vraiment de problème à son entourage. Loin d’être le personnage mauvais de l’intrigue, elle devient petit à petit la plus humaine, ses connaissances sont très souvent plus sadiques ou juste dingues qu’elle.Les quatre femmes d’âges murs qui la trouvent et qui semblent bien sous touts rapports ne vont pas tardées à se révéler sous leur pire jour. Le boss de la ville est également truculents à souhait! Le tout fait rire par moment, mais c’est surtout le côté surprenant qui m’a beaucoup plu.

L’histoire prend à chaque chapitre un tournant différent allant du roman gore au roman pulp au roman dystopique au roman révolutionnaire en passant par l’apocalyptique. Bref un gros mélange de genres qui auraient pu être indigeste si il n’était pas si finement cuisiné. Le style enlevé rend cette histoire totalement prenante et on sent vite qu’elle n’est pas veine. Berazachussetts, la ville où se déroule l’histoire n’est pas complétement inventée mais inspirée de Berazategui, près de Buenos Aires, est un territoire où se mélangent les résidences pavillonnaires de luxe et les bidonvilles. Certains faits divers ont d’ailleurs été tordus pour faire parti du livre, à peine exagérés. Comme la pollution des nappes phréatiques due à l’ouverture d’un cimetière qui a bel et bien eu lieu. Un parmi tant d’autres…. L’auteur comme il le dit lui même “cherche à introduire dans l’esprit du lecteur le germe d’une incertitude qui éloigne la fiction de son modèle supposé et imprègne l’univers fictionnel d’une quotidienneté marqué d’étrangeté”.

Vous pouvez en lire un extrait sur le site d’Asphalte Édition!  Excellente maison d’édition dont je vous recommande de feuilleter le catalogue, vous y trouverez des perles!

Leandro Ávalos Blacha appartient à la nouvelle génération d’auteurs argentins. C’est le plus jeune auteur de la délégation argentine. Il a publié chez Asphalte le roman déjanté mettant en scène zombies et pingouins Berazachussetts en 2011, et plus récemment, en 2013, Côté cour, roman à la forme atypique situé dans un quartier surplombé par une inquiétante antenne téléphonique.

Et voici afin de parfaire votre envie, une interview de l’auteur par Alfred Abdaloff pour l’émission  Salle 101 (salle101.org) diffusée sur Fréquence Paris Plurielle (rfpp.net) .

Bref un roman que l’on dévore comme une main qui trainerait par terre alors qu’on crève la dalle….avec délectation!

note9

Auteur

july

Mère de famille nombreuse, experte en technique de combat de rues, maniement du sabre et vannes pourries, se dressant contre la futur menace zombie....parce que sans déconner ça finira bien par nous tomber dessus...hein?!

Articles relatifs

2 Commentaires

  1. Pingback: Salon du livre Paris 2014, les zombies argentins à l'affiche !

  2. Les zombies sont toujours une grande source d’inspiration pour beaucoup d’auteurs. On retrouve bien la thématique du genre et l’univers qui va avec dans cet ouvrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*