Culture Z Survie Vidéos Web Vidéos — 01 février 2014
Chronique Web-série Zoumbal – Saison 1 – Episode 1 : Vivre et laisser pourrir

Zoumbal


Titre
: Zoumbal
Réalisation : Cédric Vancayseele
Genre : Humour, Action, Fantastique et   Zombie
Production :  Kabécou Prod
Casting :  Erwann Le Rüe, Nicolas Thomas, Théo Cartier, Christophe Garnier, Jean-Baptiste Pin
Musique : Frédéric Reby et Cédric Vancayseele
Son et Régie : Aurélien Bourgeot
Assistant réalisation : Laetitia Cerrai, Florian Bourgeot, Guillaume Hollecou
Effets spéciaux : Cédric Vancayseele, Erwann Le Rüe, Aurélien Bourgeot
Effets Numériques : Laurent Chatellier, Kiwimage

Durée : 8:36
Lieu : Bretagne (Morbihan)
 

/!\ Attention SPOIL /!\
 

Chapitre 1 : Vivre et Laisser Pourrir 

 

 

L’épisode commence avec une petite musique d’ambiance très sympathique. On peut apercevoir le 1er personnage s’éveiller près d’un feu éteint avec les 1ères lueurs du jours tout en se grattant les précieuses. Le ton humoristique est donné dès le départ par ce petit détail tout bête mais efficace. Le lieu se dévoile petit à petit devant nos yeux et nous constatons que le protagoniste se trouve dans une très charmante forêt qui invite au calme et à l’apaisement. Le renfort de la petite musique de fond y est pour beaucoup. L’atmosphère est de suite posée : Nous allons suivre le réveil de ce qu’il semble être une sorte de trappeur dans cette mère nature bienveillante. Quelque chose de très poétique et authentique en somme. Cette succession de plans est vraiment très bonne car elle permet une immersion dans le lieu, on sentirait presque la petite brise fraîche du matin nous chatouiller le nez. De quoi nous donner envie de prendre notre sac à dos et d’aller, nous aussi, nous perdre en forêt tel un Alexander Supertramp du dimanche. 

 

 

Quoi de mieux que d’aller se rafraîchir le visage avec l’eau pure et claire d’une petite rivière non loin du lieu de campement pour parfaire un réveil en douceur ? Notre protagoniste s’approche donc de celle-ci afin de recouvrir à plusieurs reprise son visage baigné de soleil et encore engourdi par le sommeil. Il semble être en phase avec la nature. On entend même le doux petit bruit de ce qu’il semble être une chute d’eau non loin qui a pour effet de continuer à nous détendre. 

 

 

Jusqu’à l’arrivée à l’écran du 2ème personnage où ce petit moment teinté d’onirisme va prendre fin. La musique stoppe net. La poésie du début peut aller se rhabiller pour laisser place à du bien crado, du bien Post-Apo, du bien viril et couillu : Le petit pipi du matin dans la rivière. Le fameux petit bruit que nous entendions en fond. 
Vous me direz : Oooh c’est bon, c’est la nature. A cela je vous répondrais : Oui, tout à fait. N’ayant pas la possibilité de m’adonner à cette activité debout, je peux aisément comprendre que cela doit être agréable de se déleste d’un liquide dans un autre liquide. Sauf que si cela induit le fait que votre acolyte un peu plus loin se verse allègrement sur la tronche le mélange eau fraîche + votre urine en ayant la tête dans le cul et sans s’en rendre compte : Et bien ça tranche avec ce que nous venons de voir. Ce qui n’empêche que : Pouce pour ce petit rebondissement dès la 1ère minute et des poussières, qui a eu pour effet de provoquer un petit rire sadique. Le propre d’une Web-série à tendance humoristique est de provoquer le rire, ça a été le cas après 1min de visionnage, on peut donc dire que le 1er objectif est donc atteint très rapidement et avec brio. Rajouté à cela un arroseur qui n’éprouve aucun remord et continu à uriner en regardant droit devant lui, la clope au bec, avec un petit sourire de satisfaction : Cela vous fait un parfait dégueulasse et une présentation des personnages haute en signification. On comprend dès le départ que les deux acolytes ont des caractères très différents et qu’il y en aura un qui subira l’autre. Le tout sans dialogue et grâce à un peu d’urine et de l’eau fraîche. Good Game. 1ère apparition du titre de la Web-série avec toujours ce petit bruit de pipi en arrière fond suivi d’une musique angoissante. Les choses sérieuses (ou pas), vont pouvoir commencer. Il n’y a pas de générique de début, ce qui est très dommage, mais cette introduction est tellement bien amenée qu’au final on ne le regrette qu’à moitié. Cependant il aurait été nécessaire pour introduire l’histoire générale de la Web-série.

 

 

Apparition à l’écran de notre 1er mort vivant traînant des pied pour traverser une route. Qui sera d’ailleurs vite dégommé par le Pick-Up de nos deux héros roulant à grande vitesse ! On s’attend à un dialogue angoissant du type : Merde il nous a bousillé l’avant du véhicule. Point du tout, notre pisseur national au volant du véhicule s’exclame d’un grand ” Hihaaaa ! En pleine gueule ! T’as vu ça ?! “. A côté de son camarade qui semble visiblement déjà dépité et blasé de toutes les conneries qui peuvent sortir de sa bouche en ponctuant d’un petit ” En même temps ça ne fait que le 10ème ce matin”. 

Nous apprenons ensuite qu’il essaye de communiquer avec un camp de base (où les habitants sont, d’après les dire du grand, ” cons comme des manches et que même un pourri n’en voudrait pas”. Charmant.) Ils finissent par répondre en nous donnant confirmation qu’ils ne sont pas morts et qu’ils faisaient un test ” en voulant savoir combien de temps ils mettraient avant de les insulter. Moins de deux minutes, bravo, c’est un record”. Nous avons donc confirmation qu’en plus d’avoir un humour douteux il a l’insulte facile et le gros mot omniprésent. Parfait. Je sens que je vais adorer ce personnage.

 

Web série Zombie et Survie Zoumbal

 

Le verdict tombe après un rapport rendu par notre équipe : Il n’y a plus personne de vivant sur la côté ouest, peut-être en reste-t-il dans les terres. Nous nous retrouvons donc bien dans un cadre Post-Apocalyptique avec une petite poignée de survivants face à, sans doute, une armée de “pourris” (C’est le nom donné aux Zombies, très bonne idée d’avoir choisi un terme différent et qui sort un peu de ce que l’on a l’habitude d’entendre). Cela présage moult difficultés pour nos protagonistes. Et moult intérêts pour nous spectateurs. Parce qu’être à dix milles pour dérouiller un zombie, c’est pas marrant. Vu que nos deux rigolos se trouvent sur la zone 56 f, ils vont en profiter pour aller inspecter une antenne relai (D800) qui ne fonctionne pas d’après les dire du correspondant du camp de base. Sauf que cela ne va pas être aussi simple que ça.

Alors qu’ils observent au viseur l’antenne, ils aperçoivent trois individus qui, je cite, ont des “fringues de clodos, gueules de con : ce sont des pillards“. Nous avons donc affaire à un groupe de personnes hostiles. Commence un dialogue entre les deux camarades sur la suite des événements. Encore une fois l’oppostion de caractère entre les deux personnages est évidente : Notre trappeur arrosé préfère observer et rendre compte alors que son acolyte est catégorique : il faut aller les “défourailler” ! 

 

 

Petit flash back en noir et blanc nous renvoyant à une précédente intervention lors d’une inspection qui s’est mal terminée. En effet, le pisseur a tiré sur son collègue au lieu du zombie. Cette petite partie durant presque 2min a trop de longueur et n’est pas si nécessaire que cela. L’inspection est interminable avant d’arriver à la chute. Provoquant également une chute d’intérêt. Rappelons que ce qui justifie ce Flash Back est l’impétuosité du pisseur qui avait eu pour résultat de blesser son collègue. Il aurait peut-être du être plus bref et ne pas comprendre la partie inspection (en plus le lieu est quelconque) afin de ne pas créer de longueur.

 

Web série Zombie et Survie Zoumbal

 

Malgré cette évocation, “Clint” (Ah nous connaissons enfin son petit nom !) fonce quand même et fait face, très rapidement rejoint par son camarade, aux trois pillards. Il écrasé une canette vide le tout ponctué d’un petit riff de guitare électrique (Hell Yeah). Le petit détail du graff type comic sur la porte de l’antenne a attiré mon regard et donne un super esthétisme à la scène. Qui est renforcé par les tenues aussi Post-Apo que loufoques des trois ennemies. Il décide de les interpeller de manière très cordiale ” Excusez-moi, mon pote et moi on chassait les blaireaux, on en a vu 3 filer par là. Vous les auriez pas vu par hasard ? ” Les deux groupes se mettent en joue. Une détonation retendit.

 

Web série Zombie et Survie Zoumbal

 

Nous retrouvons nos deux héros au sol et entourés par des débris enflammés. Le pote de Clint le sermonne : “Je te disais de faire gaffe aux sacs d’explosifs !”. Justement Clint a bien fait gaffe à ce détail : c’est justement ce qu’il a visé. J’ai juste adoré la dernière petite réplique de Clint qui clôture à merveille cet épisode : “M’en branle. J’aime bien quand ça péte”. J’ai tout de suite pensé à la réplique culte de OSS 117 “J’aime me battre”
 

Image de prévisualisation YouTube
 

Le générique de fin nous permet enfin d’avoir le nom de l’acolyte de Clint : Draz. Peut-être aurait-il fallu connaître son nom plus tôt. 
 

Les petits moins :

Je n’ai pas abordé la questions des petits dessins que l’on retrouve un peu partout durant cet épisode afin de leurs consacrer une petite partie car j’ai un avis mitigé sur la chose. Je comprends l’intérêt qu’ils peuvent avoir pour illustrer des scène d’action qui seraient difficiles à tourner, comme les explosions. Ou encore le Zombie mort évitant de perdre du temps en maquillage ainsi que du budget, etc … Ce qui est d’ailleurs une très bonne et ingénieuse idée pour remédier à cela, il fallait y penser. Cependant ça choque. Le niveau de dessin est correct (ni trop mauvais, ni exceptionnel) mais cela interpelle l’œil et on ne comprend pas très bien leur intérêt au 1er abord et sur le vif. Peut-être est-ce par ce que ce n’est pas commun d’avoir à faire à ce type d’illustration (du moins pour ma part), du coup je suite partagé entre l’idée ingénieuse et le rendu visuel moyen que cela donne.

 

Web série Zombie et Survie Zoumbal

Par moment, certaines transitions (comme à la 51 ème seconde) avec un très noir très épais ne sont pas très harmonieuses et pertinentes et tranchent avec la plupart des transitions simples que l’on retrouve tout le long de l’épisode. Sans doute qu’un effet planche de comic était recherché tout comme pour les multi-plans (comme à 2:15 avec les 3 plans en un et la transition de haut en bas pour amener le plan suivant qui tranche avec le reste). Par contre cette utilisation est très pertinente et réussit à 7:12 et donne vraiment un effet comic qui ne choque pas et encadre à merveille le face à face.

En bref : Les dialogues sont courts mais efficaces et donne à sourire (les deux héros ne cessent de se chambrer et de s’envoyer des piques, c’est le genre de dialogue qui plaît en règle général). Les personnages et leur caractère sont très bien définis et présentés dès le départ nous permettant de savoir à qui nous avons à faire. Le jeu d’acteur est très bon et égal entre les différents acteurs. Le cadre est très bien introduit au niveau de la localisation, de l’action, et les paysages et décors sont très bien choisis et amène du réalisme. Le scénario est rondement mené nous permettant de ne pas décrocher (sauf pour la partie Flash Back). D‘un point de vue technique l’image est très propre (petit moins quand même pour la partie Flash Back), le cadrage et le montage sont aussi bien exécutés que judicieux. Certes on comprend qu’il s’agit d’un épisode pilote teinté d’amateurisme mais le niveau de réalisation est tout de même professionnel et propre. Après avoir vu cet épisode j’ai envie de savoir ce qu’il va bien pouvoir arriver à cette équipe de bras cassés, donc la chute est efficace et donne envie d’en savoir plus. Pour conclure, je dirais que pour un 1er épisode c’est très prometteur et qu’ils s’en tirent très bien. Gros coup de cœur pour le personnage de Clint que j’ai adoré et qui apporte un gros plus à cette série. Il est aussi attachant que mignon et odieux. Une web-série à suivre et à soutenir ami Zombiphiles !
 

 note7

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Auteur

vondertrucke

Articles relatifs

1 Commentaire

  1. Its like you learn my thoughts! You appear to know a lot approximately this, such as you wrote the book in it or something. I think that you simply could do with some percent to drive the message home a bit, however other than that, that is excellent blog. A fantastic read. I’ll certainly be back.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*