Films Vidéos — 24 septembre 2012
COCKNEYS VS. ZOMBIES
Vu dans le cadre de L’Étrange Festival 2012
Réalisation :
Matthias Hoene
Scénario : James Moran
et Lucas Roche
Casting :
Michelle Ryan, Harry Threadaway, Honor Blackman, Alan Ford (aperçu chez Guy Ritchie), Jack Doolan, Rasmus Hardiker, Ashley Thomas,
Format et nationalité :
Long métrage britannique
Durée :
1 heure 28 minutes
Date de sortie :
Août 2012 (UK) – sortie française encore inconnue…
Genre :
Comédie (zombédie !), Horreur

Synopsis

Dans l’est de Londres, deux frangins cherchent un moyen de sauver la maison de retraite de leur grand-père, une force de la nature encore bien vert. En effet le terrain a été acheté par la municipalité et un entrepreneur doit venir tout détruire au bulldozer, au grand dam des sympathiques croûlants qui y passent leurs dernières années. Les deux petits-fils montent donc une équipe désespérée pour un braquage. S’ils improvisent plus que prévu, c’est parce que des morts vivants sont réveillés par des ouvriers indélicats et qu’ils vont se répandre sur Londres.

 

Avis

Le terme cockney désigne les Londoniens issus de la classe ouvrière et habitant l’est de la ville, ainsi que leur argot. Cette petite péloche bien produite et qui vise un humour globalement généreux, mais qui ne se dispense pas de tension et de suspense, vole entre Shaun of the Dead et les films de Guy Ritchie (Snatch, Arnaques, Crimes et Botanique, etc). Et pour un public continental, ça marche ! Ça nous change un peu des whitetrash US.

Alan Ford fait son job de “papy badass” charismatique. Et si les autres cabotinent parfois, quand c’est le monsieur (Tête de Brique dans Snatch !), ça fait sourire. Le trailer nous avait déjà révélé que l’humour anglais, s’il n’égale pas ici le maître étalon qu’est le film d’Edgard Wright, mêle avec originalité les générations. Des p’tits djeunz qui veulent sauver leurs petits vieux, c’est mignon ! Et quand les vieux permettent un décalage (chopez la scène de course… en déambulateur ! Drôle sur le papier, hélas moins mordante en images), on ne peut que ricaner devant un hospice armé jusqu’aux dents ! (enfin quand je dis dent… jusqu’au dentier !!).

La scène de braquage, bien que maladroite, reste bien en dessous du modèle de films de Guy Ritchie déjà cité. Cockneys vs. Zombies est une bonne bande, qu’on ne qualifiera pas de film de série b car la France n’est pas à la hauteur de ce genre-là, qui rend hommage au cinéma anglais des années 2000. Mais n’allant pas jusqu’au bout de son concept et manquant parfois de peps côté montage et gunfights, on ne pourra que regretter que des moments comme la course en déambulateur (je persiste !)

ou le über fusil d’assaut de Mental Mickey, la douce et efficace contre les flics “Tracy“, ne donnent pas la marque du niveau de qualité attendue.

Avis de Samou

Alors définitivement le film que j’ai préféré de la nuit ! La musique du générique de début ainsi que la présentation des personnages façon comics m’ont emballé ! D’ailleurs, c’est Gianluca Fallone, directeur artistique et motion-designer Argentin qui s’occupe de ce petit bijou.

 

L’humour anglais, dans l’esprit de Shaun of the dead, fait mouche, même s’ils auraient pu aller encore plus loin sans aucun problème. Du côté des acteurs le jeu était juste ! J’ai particulièrement aimé Mental Mickey (joué par Ashley Bashy Thomas) qui est complètement fou et qui, zombie ou pas, ne rend pas la vie facile à ceux qui l’accompagnent !

Et surtout je suis tombée raide dingue de son fusil à pompe nommé Tracy !!

Sans doute le meilleur film de la nuit zombie ! Tellement que ça en était dommage qu’il ne soit pas un peu plus long !!!

 

 

En bref

Comédie zombie réussie, qui est touchante souvent avec ses personnages, on aimerait pouvoir voir ce genre de films produit en France. La marque “classe ouvrière” vs. zombies est un genre facilement exportable chez nous, patois et argot locaux compris !

N’hésitez pas à prendre ce petit frère de Shaun of the Dead dans votre médiathèque zombie, il tient bien la route.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

note7

 

Auteur

Bonne proto-geekette mais piètre survivante, j'ai néanmoins fait mien l'adage : "Un bon zombie est un zombie mort. Deux fois."

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*