Actu Survie News Survie — 19 décembre 2012
Connaître pour survivre: le zombie philosophique

Pour survivre, il faut connaître et reconnaître son ennemi. Pour survivre face aux zombies il faut donc connaître et reconnaître le zombie! Je vous fais donc part ici d’un petit texte extrait du Mensuel N° 244 – janvier 2013 : les idées en mouvement du magazine Sciences Humaines. Cet article La preuve par le zombie a été écrit par Nicolas Journet.

David Chalmers devant son portrait par Nick Mourtzakis. Photo: Ray Strange Source: The Australian

Il m’a semblé intéressant d’immortaliser ici cet aperçu de l’article de Nicolas Journet et de vous encourager à acheter le numéro de Janvier 2013 pour en savoir plus… 

[…] Ce que l’on sait moins, c’est qu’à côté de ces zombies d’apparat et de symbole, il existe une créature impalpable portant le même nom, qui fait, depuis quinze ans couler encore plus d’encre chez les philosophes : Pierre Cassou-Noguès et David Chalmers, enfin traduit en 2010, lui ont consacré des chapitres entiers. Qu’est-ce que le zombie philosophique ? C’est le nom, décerné en 1974 par Robert Kirk, à une expérience de pensée : imaginez un être physiquement semblable en tout point à un humain, et se comportant comme lui, de sorte que l’on ne puisse pas le distinguer de l’homme ordinaire. À un détail invisible près : le zombie, comme l’original haïtien, n’a pas conscience d’exister, et ne ressent rien. C’est un homme vivant à l’extérieur et mort à l’intérieur. Un tel être est-il concevable ? Si oui, affirme D. Chalmers, alors un pan entier de la philosophie de l’esprit s’écroule : celle qui repose sur l’idée que les états mentaux ne sont rien d’autre que des états physiques du cerveau et du corps. L’argument se comprend : si exactement les mêmes corps peuvent produire des états de conscience si différents, c’est que les premiers ne suffisent pas à produire les seconds. Il faut donc, pour expliquer l’esprit humain, quelque chose « de plus » que la machinerie vivante qui la supporte. René Descartes, et bien d’autres penseurs classiques, avaient recours à Dieu. La preuve par le zombie n’a pour autant pas mieux convaincu que la foi : elle entretient depuis 1996 une discussion permanente entre philosophes qui, d’articles en articles, se disputent les conditions d’existence du zombie philosophique. Car il est bien beau de s’armer d’une telle chimère, mais est-elle seulement concevable ? Pour Daniel Dennett, matérialiste convaincu, et d’autres comme Todd Moody et Nigel Thomas, le zombie philosophique ne résiste pas un instant à l’examen : un être sans conscience serait tout simplement incapable de tenir une conversation sur ce qu’est la conscience de soi. Il aurait vite fait d’être démasqué… Son vide intérieur serait tellement évident qu’il compromettrait son comportement et ôterait toute valeur à l’exemple. À suivre… 


Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur le zombie, la philosophie et l’éthique, c’est par ici sur Zombies World! 

Et vous?
À part votre voisin de table en cours de math en terminale, avez vous déjà croisé un zombie philosophique 

Auteur

Rôle : Ancien responsable Section Survie http://nopanic.fr/

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*