Actu Survie Dossiers News Survie — 08 novembre 2013
Cours de survie en ligne Module 2 : Pensez à cela

Module 2 : Pensez à cela

Une partie de la compréhension des maladies infectieuses repose sur la compréhension de l’effet qu’elles ont sur notre cerveau. Dans cette partie “Pensez à cela” vous allez en apprendre un peu plus sur le diagnostic de la maladie du zombie et ses possibles effets sur le cerveau.

Image de prévisualisation YouTube

Dr Sarah, Professeur de Mathématiques :

” Cette semaine vous avez étudié la santé publique et la dissémination des maladies infectieuses. Dans ce “Pensez à cela”, nous allons voir quels sont les symptômes de la maladie des zombies et comment nous pouvons la diagnostiquer. Pour discuter de ces questions, je vous présente ma collègue, le Dr Andrea Nicholas, du département de Neurobiologie de l’Université de Californie d’Irvine.”

Dr Andrea Nicholas, Professeur de Neurobiologie :

” Ce que je tiens dans les mains ici est un véritable cerveau humain. Donc le virus zombie est disséminé par morsure et l’infection par le virus voyage des nerfs périphériques vers le faisceau nerveux spinal de la moelle épinière, remonte vers le tronc cérébral jusqu’au cerveau et y pénètre. Mais ce n’est pas le seul type de virus qui emprunte ce chemin. Il y a d’autres virus qui ont ce même type de mécanisme. En 1937, il y a eu une étude révolutionnaire de James Papez qui était neuroanatomiste à l’université de Cornell. Il étudiait le virus rabique,  la progression de la maladie, et les parties du cerveau endommagées par le virus et comment le virus se propageait. Et il a découvert que quand le virus atteignait le tronc cérébral, il envahissait ensuite certaines régions bien spécifiques du cerveau associées à l’apprentissage et à la mémoire, aux émotions, et aussi aux comportements appétitifs (innés). Ce sont des comportements qui ont à voir avec la recherche du plaisir, de la récompense, la nourriture, le sexe et ce type de comportements. Et ces régions sont soulignées ici en orange dans le cerveau. Donc, le virus de la rage détruit ces zones du cerveau. Les structures qui composent le circuit de Papez sont les mêmes structures que celles désormais connues sous le nom de région lymbique : l’hippocampe, l’amygdale, le cortex cingulaire. Mais, alors que le virus de la rage est typiquement mortel, le virus zombie semble affecter des gens déjà morts, ce qui est très inhabituel. Le virus de la rage tend à causer des symptômes comme l’hyperexcitabilité, l’hydrophobie (peur de l’eau). Il cause aussi des atrocités, des explosions de colère et de frustration, ce qui a du sens puisqu’il attaque ces régions du cerveau qui sont associées aux émotions. Le virus zombie est intéressant car il semble fermer l’accès à ces régions cérébrales des émotions mais en garder le contrôle, et les utiliser pour motiver les zombies. La chose la plus bizarre est que ce virus est actif dans des gens qui sont déjà morts, ce qui pose la question de quelle est la stratégie actuelle de ce pathogène.

Auteur

Mary

Mère de 2 enfants, passionnée de survie, experte en techniques de combat de spray et en maniement de seringue, se dresse contre la bêtise, l'égocentrisme, et... les zombies, parce que, sans déconner, July a raison, ça va nous tomber dessus !

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*