Actu Survie Dossiers News Survie — 20 novembre 2013
Cours de survie en ligne Module 4 : Au delà des zombies

 Module 4 : Au delà des zombies

Des séquences supplémentaires, derrières les scènes, et autres informations amusantes que nous espérons que vous apprécierez.

Conformément “aux chances pour la survie” le thème de cette semaine, nous avons pensé que nous demanderions à la faculté qui ils pensent le plus apte à survivre dans un monde infesté de zombie : les Mathématiciens, physiciens, spécialistes des sciences humaines, ou experts de santé publique ? A qui pensez-vous ?

Image de prévisualisation YouTube

“Bienvenue de nouveau à “Au-delà des zombies”, la table ronde de notre faculté.Nous sommes dans le module n°4 où nous avons discuté des rôles et des stéréotypes. Donc j’ai une question pour vous tous. En sachant ce que chacun d’entre vous sait, les rôles et les stéréotypes que vous pouvez peut-être avoir dans votre esprit, qui pensez-vous qui soit le mieux placé pour survivre ? Le physicien, le mathématicien, le scientifique de santé publique ou de sciences sociales ? Zuzana ?

- Mon jugement est biaisé mais santé publique. Oui, santé publique, c’est juste les caractéristiques sur la santé publique tout simplement, les acteurs de santé publique sont toujours en action, toujours préparés, toujours flexible, toujours prêts pour n’importe quel type de situation. Et je sais ce que vous pensez, peut-être que trois d’entre vous pensent “Wouah, tout est prêt, le CDC est prêt, et elle est prête”. Mais non, ce n’est pas possible d’être prêt parce que les quartiers généraux sont à Atlanta mais il y a beaucoup d’autres centres parce que le CDC a d’autres localisations dans d’autres états avec des centres plus importants. Nous avons aussi des agences de santé publique locales, nous en avons ici puisque nous sommes filmés dans le comté d’Orange. Donc nous avons ici, dans le comté d’Orange, sa propre agence de santé publique. Donc il est très important que les gens soient en connexion avec leur agence locale de santé publique, et vous ne pouvez pas non plus oublier le niveau global, qu’en est-il de l’organisation mondiale de la santé (OMS), qu’en est-il de l’organisation de la santé pan-américaine ? Donc ils travaillent réellement de façon très proche avec le CDC. Donc cela ne ressemble pas, vous savez, au CDC, à l’immeuble qui explose, vous devez prendre conscience que ça ce n’est qu’un immeuble. Cela ne veut pas dire que toute la santé publique autour de nous est prête à nous aider, nous et le public. Donc je crois très fortement que, comme je le disais, j’ai un jugement biaisé. Et vous savez, je suis une avocate très passionnée par la santé publique. Je pense “Oui, s’il vous plait, venez avec nous, nous allons vous aider”

Mike, que pensez-vous ?

- et bien, je vais choisir le physicien, dans un but de neutralité. Mais j’aimerais juste rappeler à chacun la tradition de la proximité des financements et des recherches des physiciens et des militaires et notre accès aux armes, positif ou négatif. Mais, semi-sérieusement, il est vraiment très intéressant de regarder l’histoire des physiciens et des sciences  et il est parfois surprenant et bizarre de voir ce que nous sommes, vous savez, des experts en armes d’un point de vue historique, la différence entre la catapulte et le trébuchet. Quand vous faisiez un siège militaire dans les temps médiévaux ou même avant, les différents physiciens s’impliquaient l’un dans la charge du ressort, l’autre dans l’effet de la pesanteur, et vous obteniez des effets très différents. Et cela permet de comprendre certains fondamentaux physiques dans leur conception et leur construction.Il y a cette malheureuse ou heureuse tradition, dépendant de comment nous l’approchons.

Joanne, Santé Publique, Physique, Sciences sociales ?

- Et bien, actuellement, je ne crois pas être capable de négocier avec les zombies. C’est un peu fini pour nous. Donc nous devons nous organiser et nous diriger vers l’immeuble de physique et entrer dans le grand labo sans fenêtre.

Peut-être en empoignant au passage quelques scientifiques de santé publique.

- Oui, avec leurs kits d’urgence

Exactement, avec leurs kits d’urgence. Très bien, Sarah ?

- Et bien, je me dois d’aller avec les Mathématiciens. Je le voie très clairement. La première personne à mourir, ce sera les acteurs de santé publique. Ils vont voir un zombie et ils vont lui courir après pour prendre sa température. Ca ne va pas bien finir. Le scientifique social va être intrigué par la population zombie et va essayer d’étudier leur société et pour cela, il va essayer de vivre près d’eux et étudier leurs habitudes alimentaire. Et ça ne va pas bien finir. Les physiciens et les mathématiciens vont survivre un peu plus longtemps. Ils n’ont pas besoin de contact humain dans leurs disciplines. Ils est bon qu’ils vivent seuls. Ils obtiendront des armes. Mais éventuellement, les physiciens vont être des physiciens expérimentaux. Ils vont essayer de faire des ajustements, de donner plus de pouvoir à ces armes, et quelquefois, ça ne tirera pas, et ça ne finira pas bien. Le mathématicien restera gentiment assis, et sera le dernier à survivre.

D’accord, donc nous savons maintenant que ce sera vous, Sarah. Eh bien, c’était très fun, merci à vous et à bientôt. Soyez surs que nous reviendrons sur les maths dans le module n°5. “

Le Staff UCI-TWD-MOOC

Auteur

Mary

Mère de 2 enfants, passionnée de survie, experte en techniques de combat de spray et en maniement de seringue, se dresse contre la bêtise, l'égocentrisme, et... les zombies, parce que, sans déconner, July a raison, ça va nous tomber dessus !

Articles relatifs

1 Commentaire

  1. Même si je suis loin d’être un féru dans la matière, je suis aussi du coté mathématicien. Je me dois d’évaluer les risques selon leur degré de probabilités afin de les prendre où non et cela manière instinctive et salutaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*