Cours gratuit de survie en ligne Université de Californie d’Irvine : module 1 Introduction

14 octobre 2013 : Module 1 : Introduction

Ce que vous allez apprendre

Abraham Maslow fut à l’origine de la psychologie humaniste quand il a étudia  la vie de sujets en bonne santé, accomplis et créatifs. Il croyait que les gens étaient motivés intérieurement et extérieurement par leurs besoins, ceux-ci allant des besoins de survie de base, comme la nourriture, l’amour et le respect, jusqu’aux  besoins de haut niveau comme la compréhension de la vie. Ce premier module utilisera la théorie de Maslow pour analyser le comportement des personnages de The Walking Dead

Les questions qui seront abordées incluent :
Comment décidons-nous de ce qui est important dans nos propres vies ? Comment déciderions-nous dans un monde post-apocalyptique comme celui dépeint dans The Walking Dead?

Qu’arrive-il quand nous sommes menacés dans nos vraies vies, comme le sont les personnages dans la série ?

Progressons-nous vers le haut ou vers le bas en réponse aux événements majeurs de nos vies ? Les personnages de la série progressent-ils vers le haut ou vers le bas ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Comme nous entrons dans la nouvelle saison de la série, les personnages sont-ils façonnés par leurs nouvelles expériences de vie qui les poussent davantage vers le sommet de la hiérarchie et l’auto-actualisation ?

Dr Joanne Christopherson, M.A., Ph.D.

Image de prévisualisation YouTube

“Ce que nous avons constaté après avoir vu le pilote de la série The Walking Dead, la série ne porte pas autant sur les zombies que sur les survivants. Quand j’ai vu la série pour la première fois, j’ai été frappée par la différence des comportements humains selon les circonstances : pendant l’attaque ou lorsqu’ils étaient en sécurité. Donc, nous allons étudier une théorie de Abraham Maslow appelée la théorie de la hiérarchie des besoins. Il a hiérarchisé nos besoins, des besoins basiques comme l’air, la nourriture et l’eau, aux besoins intermédiaires comme les besoins de sécurité, puis aux besoins de niveau élevé comme les besoins relationnels. . La base de la théorie est que nous ne pouvons accéder aux besoins les plus élevés dans la hiérarchie que si nous possédons déjà les besoins de base. Par exemple lorsque nous sommes en danger, menacés par une attaque, il est très difficile pour nous de poursuivre une relation, de s’accomplir, ou d’atteindre nos buts. Ceci est bien démontré dans The Walking Dead. Nous voyons la relation de Shane et Lori à son début. Nous voyons évoluer la relation de Glenn et de Maggie. Nous voyons des conflits d’égo, des disputes argumentées sur qui devrait mener le groupe et comment il devrait être organisé. Le risque que les personnages sont enclins à prendre ou qu’ils doivent prendre pour répondre à leurs besoin basique de nourriture est bien mis en évidence. Nous verrons qu’il en est de même dans notre monde, sans la présence de zombies. Donc, commençons…

Ce que pensent les acteurs

Interview de Sasha (Sonequa Martin-Green) par Michael Dennin, Ph.D., Professeur de Physique et d’Astronomie à l’université de Californie d’Irvine

Image de prévisualisation YouTube

Pr Dennin :

Maintenant, qu’est ce qui va être le plus effrayant : les zombies ou les communautés humaines inconnues auxquelles vous vous heurtez ? Parce que de nouveau, le personnage de Sasha revit l’expérience de nouvelles communauté de survivants  et vit cela. Et il semble presque que ce puisse être les gens qui soient le plus effrayants ou bien est-ce les zombies ?

Sasha :

Oui, c’est vrai. C’est, comme vous le savez “combattre la mort, craindre la vie!”. C’est vraiment nul. Vous savez que nous sommes précisément en train de parler de ce que j’ai dit précédemment : que tout devrait être basé sur la communauté.  Vous savez aussi ce que dit Rick dans la bande annonce de la saison 4 : il dit que les gens sont la meilleure défense contre les zombies mais aussi contre les gens. Mais là, c’est le moment où nous devrions nous rassembler, établir une base sur nos ressemblances, sur ce que nous traversons, pour savoir comment nous pouvons survivre, comment nous pouvons continuer à faire progresser la race humaine. Mais certaines personnes sont folles, c’est vrai. Et je pense juste que c’est tellement malheureux mais tellement exact. Ça prend exactement le chemin que ça doit prendre. Honnêtement je dirais que la menace est probablement égale. Parce que le zombie, nous le connaissons, nous savons ce qu’il veut nous faire, nous savons qu’il veut nous manger. Il y en a beaucoup, ils sont définitivement en surnombre par rapport à nous, mais nous, nous avons des armes, des stratégies, des techniques, et nous nous avons les uns les autres. Nous savons que nous leur tirons dans la tête, que nous leur coupons la tête, que nous les poignardons dans la tête et c’est fini. Nous savons. Mais avec les gens ce n’est pas si simple. Je dois me demander quelles sont leurs motivations, s’ils me manipulent, s’ils veulent me tuer dans mon sommeil. Vous savez ce que je suis en train de vous dire ? Qu’ils pourraient même vous ressembler, vous pourriez vous présenter comme un ami et être vraiment un adversaire et je ne le saurais pas. Un zombie ne se présente jamais comme un ami. Vous voyez ce que je veux dire ?

Pr Dennin :

Oui, tout à fait

Sasha :

Au moins, vous savez à quoi vous attendre, il ne vous manipule pas.

Pr Dennin :

Non, c’est vrai. Maintenant, en allant un peu dans cette direction, quelles sont donc la ou les choses que les personnages essaient de faire ou font pour se protéger eux-mêmes des autres survivants ?

Sasha :

Eh bien, malheureusement, c’est maintenir une attitude de méfiance. Je pense que ce qu’on sait finit toujours par arriver, ce qui est triste mais je pense que vous savez que nous en avons vu beaucoup au début de la saison 3 et aussi dans la saison 2,  quand les gens disent  “non, vous ne pouvez pas venir avec nous” “Oh, vous êtes sur le bord de la route et vous avez besoin d’aide ? Désolés, nous partons”. Vous voyez ce que je veux dire ? Et je sens que c’est une des principales choses qui a été faite mais je crois vraiment que ou bien nous allons voir Rick changer cela, nous allons le voir changer d’avis aujourd’hui et dire “Vous savez quoi ? Je ne ferai jamais plus cela désormais, je prendrai tout le monde parce que c’est pour la communauté, c’est pour que nous soyons plus nombreux “et je pense que c’est la meilleure chose à faire, qu’il aille de l’avant, ou bien au moins nous allons essayer d’avancer dans cette direction sans avoir cette attitude de méfiance mais seulement une curiosité de savoir réellement qui est l’autre. Passons à l’essentiel être honnête les uns avec les autres. Je vais devenir très attentive, avoir un jugement très aiguisé, réellement prêter attention aux autres, leur poser les bonnes questions, oublier les fioritures, les bla bla, oublier la hiérarchie, savoir qui ils sont, ce qu’ils sont. Je crois que ce sera la communication la plus aiguë qui soit.

Pr Dennin :

Maintenant, une des dynamiques que nous avons est la dynamique frère/sœur. Parce que si nous passons en revue dans nos têtes en essayant de nous souvenir, je pense que c’est la seule équipe de frère/sœur, c’est cela, il y a d’autres enfants de mêmes parents ?

Sasha :

Oui c’est vrai puisque les frères de Maggie et Beth sont morts dans la saison 2 .

Pr Dennin :

Donc vous pensez que cette dynamique spéciale vient des personnages ?

Sasha :

Je pense que oui. Je pense que cela va très profondément, que c’est une connexion entre les gens, qu’ils deviennent réellement attachés les uns aux autres dans ce monde d’apocalypse. En plus nous avons  tout ce que nous avons traversé qui nous lie et plus profond que cela nous avons notre sang et donc, cela devient presque un lien impénétrable. Je suis sure que vous voyez ce que je veux dire.

Pr Dennin :

Maintenant voyez-vous ce rôle particulièrement attribué à un personnage de femme et comment les autres personnages pourraient-ils entrer dans cette relation ? Ou bien n’est-ce pas un facteur important à ce point ?

Sasha :

Je pense que c’est inévitablement un facteur important. Vous savez que les femmes sont devenues des leaders, des soldats et des combattants comme les hommes par nécessité absolue. On doit prendre soin de soi, se battre, tuer, s’entraîner pour avoir de la force dans les bras pour smatcher dans les têtes des zombies.

Pr Dennin :

Pour smatcher dans les têtes des zombies ?

Sasha :

Oui, pour smatcher dans les têtes des zombies, vous savez ! On sait qu’on doit le faire et je pense qu’il y a ce facteur ! Bien sûr ce n’est pas la société que nous connaissons.

Pr Dennin :

C’est vrai.

Sasha :

Ça ne va pas être comme si nous prenions un groupe de femmes ensemble, c’est un stéréotype dont ils ne veulent pas, des femmes qui ne s’entendent pas et deviennent méchantes. Aurions-nous du temps pour aider les autres ? Quoi que vous sachiez de cette société, rien n’est pareil dans notre situation. Nous prenons ensemble un chemin beaucoup plus puissant que tout ce qui pourrait exister dans notre société actuelle.

Interview de Beth (Emily Kinney) par le Dr Joanne Christopherson, M.A., Ph.D., Professeur de Sciences Sociales  à l’université de Californie d’Irvine

Dr Joanne Christopherson :

Prêtons attention aux réactions des personnages principaux. Et l’une d’entre elle est la décision que prit Beth de ne pas se suicider. Comment cela l’a-t-il changée ? Comment cela a-t-il changé ce qu’elle était ?

Beth :

Et bien je pense que c’était une bonne décision, c’était surtout une acceptation du monde dans lequel elle vivait maintenant, et je crois qu’une fois qu’elle a décidé qu’elle doit se battre pour sa vie au lieu d’être triste pour tous ceux qu’elle a perdus, cela la rend plus combative. Et je pense aussi que lorsqu’ils quittent la ferme, c’est important pour elle parce qu’elle va connaître d’autres gens dans le groupe., qu’elle y trouvera mieux sa place, une sorte de nouvelle famille qui va lui permettre d’être capable de laisser derrière elle son ancienne famille.

Dr Joanne Christopherson :

Tout à fait.

Beth :

Je pense que c’est la même chose pour Andrea qui décide de sortir de sa tristesse et sa peine et aime se battre pour sa vie, et se battre pour la première fois pour ce qu’elle doit avoir ou savoir.

Dr Joanne Christopherson :

Et bien c’était une très heureuse décision pour nous.

Beth :

Oui, ça l’était.

Interview de Scott Wilson par le Dr Zuzana Bic, DrPH, MUDr, Santé Publique à l’université de Californie d’Irvine

sur le fait que les survivants soient ou non obligés de partager la terre et les ressources avec les nouveaux arrivants :

Scott Wilson :

Ce processus est très intéressant. C’est sa terre, c’est sa ferme et dans le monde actuel les choses auraient certainement été très claires. C’était sa terre et il aurait le droit de faire ce qu’il juge bon de faire sur sa terre aussi longtemps que c’est légal et moral. Je pense qu’il a le droit de ne pas le dire. C’était sa ferme, il le croit encore. Je crois qu’il veut qu’ils partent pour ne pas les exposer à ce qu’il est en train de faire dans la grange et je pense que sa position morale est très intéressante. Il y croit encore et il croit encore qu’il existe une sorte d’espoir, une sorte de salut pour ces gens, qu’ils vont récupérer, qu’ils vont aller mieux…

Zombiesworldiens, Zombieworldiennes, rendez-vous dimanche prochain à la même heure pour le module 2 des cours de survie en ligne de l’Université de Californie d’Irvine qui portera sur la santé publique et les maladies infectieuses. Soyez nombreux à me soutenir, car mon anglais étant un peu rouillé, cette traduction m’a demandé des heures :) )

Auteur

Mary

Mère de 2 enfants, passionnée de survie, experte en techniques de combat de spray et en maniement de seringue, se dresse contre la bêtise, l'égocentrisme, et... les zombies, parce que, sans déconner, July a raison, ça va nous tomber dessus !

Articles relatifs

5 Commentaires

  1. merci pour la traduction, c’est vraiment intéressent.

  2. Merci pour le compliment. L’introduction m’a un peu déçue mais la suite semble très prometteuse alors je compte sur toi dimanche prochain ! :) )

  3. je n’ais jamais vu la série”walking dead” (horreur, il l’a jamais vu et il traine sa carcasse sur zombies world ;-) )
    mais justement, ça me donne envie de:
    1- rattraper mes lacunes et enchainer les 3 premières saison d’un coup.
    2- suivre jusqu’a la fin les modules traduits par vos soins de ce COURS DE SURVIE; (donc merci d’avance)

  4. De rien, c’est un plaisir de partager une passion, je viens de mettre en ligne le second volet du volume 1 que j’ai reçu par mail. Rendez-vous dimanche prochain pour le module 2 et merci à toi !

  5. Pingback: Cours de survie en ligne, quelques explications !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*