Evenements Festivals L Etrange Festival — 19 septembre 2012
Dead Shadows, la critique !

Dead ShadowsRéalisation : David Cholewa
Scénario : Vincent Julé
Format et nationalité : Long métrage français

Genre : Horreur, Science Fiction
Durée : 1 heure et 25 minutes
Casting : John Fallon, Vanessa Valence, Rurik Sallé, Wolfrom Fabian, Blandine Marmigère, Johanna Seror, Sylvain Dubois, Gilles Barret
Année de production
: 2012
Date de sortie : Pas encore communiquée

 

 

Synopsis

Dead Shadows raconte l’histoire terrifiante d’un jeune homme, Chris, dont les parents ont été sauvagement assassinés il y a 11 ans, le jour où la comète de Haley est visible de la terre. Des années plus tard, une nouvelle comète va apparaître. Des fêtes s’organisent pour célébrer l’événement. Il y a même une théorie d’apocalypse qui circule. Alors que la nuit tombe, Chris commence à découvrir que les gens agissent étrangement – ce qui semble lié à la comète. Les gens deviennent de plus en plus désorientés et violents. Il ne faut pas longtemps pour voir les premiers cas de mutation apparaître. Pour sa survie, Chris doit essayer de sortir de son immeuble avec l’aide de quelques autres locataires – mais y arriveront-ils ?

 

Critique

Nous savons tous qu’un film fantastique estampillé “France” est synonyme de “difficulté”. Aujourd’hui, à part si notre carte d’identité indique Luc Besson, il est extrêmement difficile de monter un projet et de le faire financer. La “difficulté” est le financement. L’ “avantage” de cette situation (s’il y en a un) est évidente : ces projets naissent entre passionnés du genre. Ils sont réalisés dans une ambiance familiale, et c’est bien l’histoire de Dead Shadows, fabriqué entre potes. Bravo à eux, leur film est sorti sur la toile ! Ce qui n’est pas une mince affaire, et est déjà en soit un succès.

Ce monster movie était à la base un court métrage en huit clos qui a évolué en “long métrage avec tentacules” comme précisait David Cholewa lors de la présentation de son film à L’Étrange festival. Les effets spéciaux sont bien omniprésents, et il faut l’admettre ils sont réussis. Élément qui permettra au spectateur de savourer quelques scènes marquantes, notamment celle de la femme mutante qui serre le protagoniste principal dans ses bras, m’évoquant les célèbres peintures de Luis Royo. De plus, Dead Shadows est teintée d’un gros background gamers et horror survival : du raid World Of Warcraft (si j’ai bien vu il se bat contre Népharian…) aux divers posters de films mythiques, en passant par les vilaines créatures mixte de Starcraft, Silent Hill et autres titres approchants, cette œuvre est parsemée de références. Références de notre univers de geeko fantastico aficionado, ce qui est très appréciable.

J’ai été agréablement surprise par la prestation de l’acteur principal, qui lors de nombreuses scènes à su particulièrement bien insuffler aux spectateurs ses angoisses et ses crises de détresse. Pour un premier film, bravo !

Par contre… le reste des protagonistes a un jeu peu crédible ; de nombreux dialogues sont irréalistes et ridicules et ne parlons pas des multiples situations complètement loufoques (le père et son fils qui regardent les étoiles, ou l’excursion avec son voisin de palier en territoire hostile, la jeep et les militaires, etc).

Alors oui, l’ambiance est bien là, les effets sont bien là, le background geek gamer est bien là. Tout pour réussir, pourtant… ce n’est pas le cas. Un scénario simple mais mal géré avec des incohérences. Un surplus de scènes inutiles qui perd le spectateur dans des culs de sac scénaristiques et se terminant par une déception générale.

Ils avaient quelques bons ingrédients, mais quand on mélange le tout sans une bonne recette, le résultat est une bouillie sans grande saveur qui laisse parfois entrevoir les ingrédients d’origine. Dommage, il y avait du potentiel. 

 

Bande Annonce

Image de prévisualisation YouTube

 

note4

 

 

Auteur

Admin

.................................... Fondatrice de Zombies World .................................. Armes préférées : la tronçonneuse qui tâche et la cuvette des toilettes !

Articles relatifs

6 Commentaires

  1. Pour moi : tentacules = Cthulhu (Lovecraft) ;)

  2. Pour moi : tentacules = porno japonais… enfin je dis ca… on m’a raconté !
    Lovecraft c’est aussi ^^

    En tout cas j’ai bien envie de le voir histoire de reconnaître les références

    • * Lovecraft c’est bien aussi ^^

    • J’ai parlé de la Blue Girl qui est un porno à tentacules dans l’article sur Zombie Ass :D
      Mais quand c’est une invasion de monstres à tentacules, qui surgissent de l’ombre, je pense D’ABORD à Lovecraft…

      …et ensuite au pron à tentacules.
      ♪ “Et tu avances et tu recules…” ♫

  3. Un court metrage a rallonge ,tourné avec les potes et financé par la famille
    du 16 em ? interpretation vraiment pourrie,le bo gosse de service
    qu’a peur du noir,des racailles :clichés reacs de saison,mouais !!!
    Meme des telephones a pommes !! bref un court metrage aurait
    suffit,la on tombe dans la folie des grandeurs !!

    • Salut Klu !

      Je suis d’accord avec toi, un court métrage aurait largement suffit. Par contre, même si le scénar, les dialogues et les acteurs ne sont pas convainquants, l’ambiance et les monstres sont très agréables et donnent lieu à de très belle scènes. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*