Elvis Presley

 

Vu dans : Bubba Ho Tep

Scoop : Elvis n’est pas mort et en plus il tatane de la momie !

Vous avez bien lu, le King est bel et bien toujours dans les parages. Bon, il n’est plus de première jeunesse non plus, mais c’est la vie. À la base, Elvis voulait se retirer de la lumière et des paillettes histoire de se la couler douce en faisant quelques concerts de-ci et surtout de-là, sous le pseudonyme de Sebastian Haff, son sosie. Sosie qui d’ailleurs se fait passer pour le vrai Elvis qui lui se fait passer pour son sosie. Suivez ? Bref, quoi qu’il en soit, le temps ayant fait des ravages, Elvis se retrouve à croupir dans la maison de retraite de Mud Creek, un patelin paumé dans le Texas qui ne promet pas une fin de vie très jouasse.

La seconde vie de Presley n’est pas franchement mouvementée. Le seul évènement palpitant de la journée reste le dîner, qui se déroule dans une ambiance de mort et en plus la bouffe est dégueulasse. Pour ajouter un peu de misère dans sa fin de vie moisie, Elvis connaît quelques soucis au niveau se son «Pelvis», un truc dégueu dont je vous passe les détails.

C’était sans compter le retour fracassant d’un macchabé de l’Egypte ancienne qui a décidé de tarabiscoter les tri-centenaires de Mud Creek. Quand je dis «tarabiscoter» j’entends par-là les tuer un par un dans des circonstances assez traumatisantes, avec enlèvement d’âme par le biais du rectum et tout le toutim. On a connu plus classe.

Il n’en fallait pas plus pour donner un sacré coup de peps au King, autant psychologiquement que physiquement. Muni de son déambulateur et secondé par JFK – pas mort non plus mais un peu plus déviant niveau cohérence – Elvis est bien décidé à botter le cul à cette momie qui porte des santiags.

Armé avec ce qu’il trouve – pot de chambre, briquet ou bien fourchette – c’est surtout la distraction qui motive le papi à sortir de ses charentaises. Ça et sauver les âmes de ses poteaux les grabataires. Mais au fond, Elvis nous enseigne une belle leçon de survie : c’est pas parce que vous êtes incontinent et que vous vous trainez plié en deux dans les couloirs d’une maison de retraite, que vous ne pouvez pas botter le cul d’un mort-vivant.

Auteur

LaBizonne

Guide de survie : le Manuel des Castor Juniors Armes de prédilection : Bombe de laque + briquet "y'a comme qui dirait un début de brasero..." et une légère tendance à la démence avérée.

Articles relatifs

8 Commentaires

  1. Superbe article, merci :)

  2. Hail to the king baby !

  3. Ha merde mais c’es Ash!!!!

  4. c’est Ash!!! pardon:p

  5. Et ouais Julie, c’est bien Bruce Campbell qui campe Elvis
    Alias le mythique Ash d’Evil Dead
    tumblr_lrxb8kCM9A1qj7u8ao7_500.gif

  6. Ash, le héros d’une génération !

  7. Alors attention avec Bubba Ho Tep…
    C’est vraiment un film particulier. C’est une comédie qui ne vous fera pas rire… C’est un film d’horreur qui ne vous fera pas peur.
    Et pourtant… c’est un excellent film !!! Tendre, prenant, émouvant, sur la vie, la vieillesse, la destinée, et Bruce Campbell et Ossie Davis y sont tout bonnement fabuleux.

  8. lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*