Films Vidéos — 24 septembre 2012
GANGSTERS, GUNS & ZOMBIES

Vu à L’Étrange Festival 2012
Réalisation : Matt Mitchell
Scénario : Matt Mitchell, Taliesyn Mitchell

Genre : Comédie, drame, comédie horrifique, zombédie
Sortie DTV :
2 octobre 2012
Durée :
1h28
Musique : Simon Woodgate
Production : Clare Pearce, Mark Evans
Casting : Vincent Jerome, Huggy Leaver, Fabrizio Santino
Format et nationalité : Royaume-Uni

 


L’histoire (Source éditeur : Emylia)

Le monde est sous tension, ce qui était le début d’une épidémie se transforme en apocalypse zombie.
Pour certains c’est la fin du monde, pour d’autres l’opportunité de finir un casse en toute tranquillité, enfin presque…
Cinq redoutables gangsters britanniques plongés dans une atmosphère de mort et de sang sont prêts à tout pour survivre : Tony, leader dérangé à tendance meurtrière, Crazy Steve, Pat, Muscles et Danny. Q aspire seulement à une vie tranquille et pour gagner un peu d’argent, il lui faut obéir à Tony : sa mission, se réunir, conduire le van, déposer les gars en lieu sûr et avoir sa part du gâteau. Sauf que son co-équipier Danny a été touché, qu’il se transforme en zombie, que le van manque d’essence, que le lieu grouille de policiers… et que l’apocalypse des morts-vivants se déchaîne !

Avis

On vous en avait déjà parlé il y a quelques temps, Gangsters, Guns & Zombies est un film à petit budget, d’un studio indépendant du Royaume Uni. Le projet a été présenté sur Sponsume, un équivalent de Kickstarter ou Ulule. Ils ont réussi à faire financer le film ! Et malgré leur micro-budget, ils ont su se constituer un casting solide.

Parti d’un scénario plus qu’improbable – en pleine apocalypse zombie, une équipe de professionnels braque une banque – on prend rapidement de la distance. J’ai vraiment pensé pendant le premier (un peu long) tiers du film à Victims de David Bryant, un film anglais de 2011. Ce dernier parlait d’enlèvement, de pédophilie, de vengeance, rien à voir avec le genre zombie, mais il y avait une omniprésente camionnette de déménagement blanche. Et c’est à croire que c’est le must du huis-clos puisque nos braqueurs en utilisent une pour prendre la fuite. Et s’ils sont repartis avec leur butin, l’un des leurs git sur le sol, sur son dos (si vous êtes amateurs des 2 minutes du peuple… bref), une balle dans le ventre. La planque prévue est indisponible car il y a d’abord des flics qui les y attendent en embuscade, puis ensuite des zombies ET des flics zombies. Plan b donc.

Et ce plan b – s’il existe – va prolonger la cavale. Sur la route, aux feux, à l’hôpital où ils vont tenter leur chance, on prend la température du monde dans lequel ils évoluent et qui sombre complètement dans l’invasion zombie. Certes les fx sont vraiment cheapos, mais ce que le réalisateur essaie de faire fonctionner, ce sont toutes ces anecdotes de gens qui se font submerger.

L’humour est très présent, de par les déboires et les petites mesquineries de malfrats qui se tolèrent le temps de leur coup mais aussi de situations complètement absurdes et qui font déteindre l’étrangeté sur des scènes clichés de mafieux : un enterrement improvisé dans les bois, interrompu par l’arrivée de cosplayeurs historiens, vêtus de pied en cape (sic !) en chevaliers de la Table Ronde (heaume en fer blanc compris !).

L’odyssée connaît plusieurs longueurs, bien que le film possède une durée très classique. Les personnages peinent parfois à prendre possession de tout le potientiel de leur charisme, la faute d’abord à un déséquilibre entre le film noir, l’apocalypse zombie et le mode survival, l’humour noir et le presque grandguignol.

Avis de Samou

Annoncé comme un film anglais à petit budget, j’ai été agréablement surprise. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont très bien utilisé leur moyen limité sans faire cheap ! Le jeu des acteurs était plus que correct ! Mention spéciale à Crazy Steve (Fabrizio Santino) qui est fou et incontrôlable. À tel point qu’on fait à peine la différence lorsqu’il devient infecté (bon les yeux injectés de sang sont certes une bonne piste !). On retrouve cette petite touche anglaise avec des scènes décalées et d’ailleurs quasiment la même scène de fin que pour Cockney vs Zombies.

Un film donc certes à petit budget mais à voir pour le travail qui a été effectué aussi bien au niveau du scénario, que du jeu des acteurs !

 

En bref

Il faut noter que ce film a un budget vraiment micro et que malgré cela il fait le boulot. Trop d’incohérences scénaristiques rendent les scènes un peu irréelles et portent préjudice à la cohérence de l’ensemble, à son homogénéité.

Les acteurs démontrent un véritable travail de casting et un investissement réel de la part de chacun. On se prend à rêver et à se dire qu’un petit remontage plus dynamique aurait rendu ce film très fréquentable.

S’il ne faut pas être trop dur avec lui, il faut néanmoins reconnaître qu’il est un ovni au pays des films de braquage ET de zombies.

 

Image de prévisualisation YouTube

Site Officiel
Groupe Facebook Officiel

 

note6

 

 

Auteur

Bonne proto-geekette mais piètre survivante, j'ai néanmoins fait mien l'adage : "Un bon zombie est un zombie mort. Deux fois."

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*