BD Culture Z Papiers — 19 avril 2013
Geek Agency tome 1, la critique!

Titre: Geek Agency tome 1 Resident Geek

 Auteurs: Philippe Briones, Romain Huet

 Illustrateurs: Philippe Briones

 Colorisation: Romain Huet

 Éditeur: Ankama

 Sortie en Janvier 2013

Nb de pages: 48

Pris: 14,90 euros

Le site Ankama Édition

 

Synopsis:

Pizzas, sodas et jeu de plateau zombies. Adam, Tim et leurs copains sont en pleine partie de jeu de rôle quand on frappe violemment à la porte, une livraison de pizzas de trop et tout bascule! La réalité telle que nous la connaissons a cessé d’exister. Désormais, ils luttent pour leur survie, et leur fuite les mènera aux frontières de mondes oubliés.

 

Avis:

Alors là les mais on tient du lourd, du très lourd. Du dense, du recherché, du costaud et plus encore. Dans un monde Z où plus rien ou presque ne renouvèle le genre, le pari audacieux des auteurs est de mêler les genres. Un gros mix de Z, de supers héros, de voyages temporels, de société secrète et de geek bien sur! Cela aurait pu être un désastre et ressembler à une bouillie infâme incompréhensible. Il n’en n’est rien. On en vient à se demander comment personne n’a songer jusque là à réunir geek et zombie.

Bourré de clins d’œil plus ou moins discrets, certains ressemblant même à des privates jokes entre les auteurs et leurs geeks de lecteurs. Je l’ai relu plusieurs fois juste pour trouver toutes les références glissées ça et là au détour de dialogues ou de cases.  Un exemple de ce que vous pourrez trouver: les “totems” des héros: un sac pikachu et un bouclier Cap’taine America ou encore la Larson Mobile.

Les blagues fusent  avec cependant des interludes tragiques. On a pas le temps de s’ennuyer, le scénario jouant à fond la carte de l’ascenseur émotionnel. L’histoire semble parfois aller dans tous les sens et il faudra surement attendre les autres tomes pour savoir où on va exactement. En attendant avec ce tome 1, il suffit de se laisser porter et surtout de ne pas nager à contre courant.

Le dessin est très maîtrisé même dans les scènes d’action. Les personnages sont assez surprenants chacun dans leur style, aucun ne correspond à ce que l’on a pu voir alors. Dans Geek Agency, aucun risque de se dire: Mais ce perso, c’est Michonne avec une hache ou Tyreese sans son débardeur, hummm…Tyreese… Mais pardon je m’égare!

Donc des persos tout neufs et avec qui il est plaisant de cheminer mais ne vous attachez pas trop parce que ça envoie! La colo est parfaite, l’ouvrage tout entier ayant un très bonne unité de facture.

Les seuls bémols, si on veut vraiment être tatillons concerne les zombies et les rôles de filles. Les filles ont des rôles quasiment inexistants et servent bien souvent de faire valoir à ces messieurs aux gros péctoraux. Et les zombies…ben je vous entends d’ici me dire: Mais ils font même pas peur! Et après analyse, je pense qu’il s’agit d’une volonté des auteurs/ illustrateurs qui ont choisis de Z dangereux mais avec un potentiel comique indéniable.

Bref un petit bijou comme nous en fourni souvent Ankama. De plus le tome 2 est bientôt disponible et le tome 3 est déjà en préparation. N’Joy!!!

 

note9

Auteur

july

Mère de famille nombreuse, experte en technique de combat de rues, maniement du sabre et vannes pourries, se dressant contre la futur menace zombie....parce que sans déconner ça finira bien par nous tomber dessus...hein?!

Articles relatifs

3 Commentaires

  1. Attention je ne pense pas que cette BD soit pour tout le monde, car moi elle ne m’a pas plus enfin si la première moitié, mais après j’ai complètement décroché, la société secrète et le coté trop GEEK m’ont ennuyé sérieusement. Le dessin ne m’a pas paru très bon, il ne m’a pas fait voyager dans cette univers, rien d’exceptionnel. Malgré un premier tome pas top, je me suis lancé dans le deuxième et là catastrophe … je n’ai lu que 8 pages … trop de GEEK. et de référence pour les moins de 30 Ans ! Heureusement que j’ai bossé avec des jeunes une quinzaine d’année, ce qui m’a fait tenir lors de ma lecture.
    Franchement, je pense que les deux albums vont enchanter les GEEK purs et durs, mais pour les amateurs de BDZ, je crains qu’ils ne s’ennuient. Peut-être un conflit de génération, cela dit.
    Je suis désolé Julie mais je te trouve très juste sur tes articles et ton objectivité mais là je ne suis pas d’accord du tout.

    • Pas de souci, bien au contraire! C’est toujours très stimulant d’échanger des points de vue différents.
      Je te remercie d’ailleurs d’avoir lu l’article tout d’abord, et également d’apporter ta pierre à l’édifice d’une critique constructive et complète.
      A bientôt sur d’autres articles ;)

  2. Pingback: interview philippe briones, geek agency, resident geek, ankama, bd zombie, bd zombies, interview zombie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*