Papiers Projets Zombies Evolution — 21 juillet 2013
Zombies Evolution – Partie 1 – Episode 5

evolution zombie

ZOMBIES EVOLUTION

Par John Steelwood

Page Facebook

 

Partie 1 – Episode 5

 

 

Journal, entrée du 29 Janvier 2045, 11h59

Putain. Je viens de regarder par la fenêtre et je sais maintenant qu’elle était la cause de tout ce chahut à 5h00 du matin. Je n’arrive toujours pas à y croire. Et moi qui pensais être le seul survivant dans le quartier, je n’aurais jamais imaginé que le gosse des Martin se faufilerait entre les zombies pour me rejoindre.

A priori, il n’a pas été assez rapide. Il est là, et là. Deux morceaux de corps, l’un jeté sur le gazon et l’autre, dont je perçois un morceau de colonne vertébrale, gît sur les dalles japonaises composant le seuil de la porte donnant sur le jardin.

Sans doute faut-il se pencher sur cette surcharge pondérale qui caractérisait le gamin pour comprendre cette boucherie. Je parle de son surpoids au passé, car il ne reste plus grand-chose de sa carcasse. Les morts-vivants l’ont dépouillé. En fait, ils l’ont littéralement déchiqueté. Ses os ont été mis à nu, ils sont d’une blancheur écœurante. Deux zombies eux sont en train de lui arracher les dernières chairs collées sur son squelette. Cette scène ravive en moi un souvenir télévisuel, et me plonge dans ce reportage vu le mois passé sur le boucher de Hanovre, un certain Haarmann. Il vendait des morceaux de corps humain aux habitants, en les faisant passer pour de la viande de bœuf.

En y repensant, et en regardant cette scène qui se déroule sous mes fenêtres, je comprends qu’une singularité nous sépare, nous les humains, d’eux, les zombies. Je ne parlerai pas de mort ou de non-mort, mais d’un trait de caractère qui n’est propre qu’aux hommes.

Les zombies n’agissent pas par cruauté, mais par instinct.

De plus, par essence l’homme est l’unique animal qui ne tue pas seulement pour se nourrir.

Tandis que les zombies, c’est la faim qui les pousse à avancer, encore et toujours, une faim insatiable, impossible à calmer malgré les kilos de viande qu’ils engloutissent. Sans doute à cause de leur système physiologique qui ne fonctionne plus correctement, voire pas du tout. J’espère trouver des réponses, ailleurs, dans une autre ville, car c’est décidé, dans quelques jours, une semaine au plus tard, je mettrai les voiles. Le danger se rapproche, l’épisode de ce matin avec le fils Martin, Francis, en est l’exemple-type. Il a manqué bousiller ma porte ce petit con.

Du temps où nous vivions en parfaite harmonie dans le lotissement, Francis était un gosse discret, plutôt geek dans son comportement. Il s’accoutrait régulièrement de t-shirt aux effigies des héros de Starwars, et depuis le début de l’épidémie, Francis avait arboré d’autres vêtements plus agressifs dans les images ; zombie, membres coupés, tronçonneuse et j’en passe.

Aujourd’hui, je le regarde se faire bouffer par une inconnue sur le gazon, et cela me laisse froid. L’horreur au final est supportable, surtout quand on garde en mémoire les atrocités dont est capable l’homme. Mais au-delà de ça, je me dois de réprimer tout dégoût, car je sais dorénavant qu’il ponctuera mon quotidien. Le jour où je refuserai de l’accepter, cela signifiera tout simplement que mon temps est échu et qu’il ne me restera plus qu’à rejoindre cette horde sanguinaire et sans pitié.

Pauvre Francis. Ce n’était pas un mauvais bougre, mais le destin semble ne pas avoir eu besoin de ses services. Paix à son âme.

Auteur

Articles relatifs

7 Commentaires

  1. Superbe article :)

  2. Toujours aussi bon John, ça fait plaisir de lire plusieurs épisodes d’un coup (et il me reste encore le 6 :) )

    J’ai particulièrement apprécié la description de la mort du ptit geek : “Sans doute faut-il se pencher sur cette surcharge pondérale qui caractérisait le gamin pour comprendre cette boucherie. Je parle de son surpoids au passé, car il ne reste plus grand-chose de sa carcasse” …. J’adore !!! ^^

    Si on rajoute la référence à Haarmann, c’est du grand art ;)

    D’ailleurs, tu savez qu’ils avez conservé sa tête pour examiner son cerveau, la preuve en image :
    http://elisandre-librairie-oeuvre-au-noir.blogspot.fr/2013/03/fritz-haarmann-le-boucher-de-hanovre.html

    Allez, j’attaque l’épisode 6 … à toute ^^

    • edit “tu savais”
      (cette faute est trop moche, je pouvais pas la laisser passer …)

      • décidément … édit :
        “Tu savais qu’ils avaient conservé sa tête pour examiner son cerveau”
        C’est pas compliqué quand même de savoir écrire, bordel
        (désolé pour les multiposts)

    • Oui, j’ai lu des textes + BD concernant le boucher de Hanovre. Effrayant.
      merci à toi.

  3. merci encore !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*