BD Culture Z Papiers — 27 janvier 2013
I : After Ages tome 2, la critique !

Scénario et dessin : Sylvester Song
Traduction : Kette Amoruso
Éditeur : Physalis
Genre : Horreur, fantastique, post-apo, survival action, gore

Date de publication : 30 novembre 2012
Nombre de pages : 72
Nombre de volumes :
2 en France (série en cours)
Prix conseillé : 14,5 euros

 

 

L’histoire

Une apocalypse nucléaire a rendu l’air mortel et le ciel est chargé de poussières radioactives. Les rares survivants n’ont d’autre recours que de se cacher alors sous terre. Ils survivent de façon rudimentaire en attendant que le niveau de radioactivité extérieur redevienne normal. Mais les années passent et les survivants, coupés de la surface, voudraient remonter.
Alors qu’ils s’apprêtent à sortir de leur abri, ils voient apparaître de nouveaux arrivants qui ne sont pas normaux : leur physionomie a changé et ils semblent qu’ils ont survécu en mangeant de la chair humaine…

Sauvée de haute lutte par un étranger opportuniste, une jeune femme amnésique appelée Yell apprend aux survivants qu’il existe une zone de leur abri renforcée, doté de moyens technologiques améliorant la qualité de vie et où on pourrait avoir accès à la surface : la Safe Zone. Elle l’a appris en trouvant un appareil sur lequel était enregistré un message. Mais en réalité une personne profite de ce véhicule pour s’adresser à tous et dire que des choses terribles sont imminentes et qu’elle propose à un groupe de 5 d’aller jusqu’à la safe zone afin de sauver les autres. Tout s’accélère lorsque la foule indisciplinée se lance car tous veulent y aller. Fuite à nouveau pour Yell et son compagnon menotté. Ils échappent de peu à une terrible attaque des Cans sur les habitants du Shelter…

Chronique

Moins confus que la première moitié du 1er tome, ce 2e opus gagne en clarté au niveau de la narration. L’identification de tous les protagonistes et de leurs rapports s’esquissent pour atteindre dans les dernières pages l’exhaustivité avec une frise trombinoscope qui augure une histoire sûrement moins nébuleuse pour la suite.

Les références citées à l’occasion de la présentation de cette série sont toujours présentes, mais c’est ici l’influence de Nihei qui se fait le plus sentir. Sans doute est-ce dû à l’orientation conspirationniste et à la sensation que les personnages ne sont finalement comme toujours que de petites fourmies prises au piège. De façon audacieuse, je pourrais dire que j’ai pensé aussi à l’œuvre de la dessinatrice Barbara Canepa, l’auteure de la très belle série Sky Doll. En effet, il y a quelque chose de bio-androïde dans la façon dont la mystérieuse Sesha ausculte puis intervient sur ses invités…

Ce deuxième volume est plus riche en dialogue (j’avoue que j’ai trouvé les onomatopées du 1er véritablement ratées !), il se permet même des répliques savoureuses du genre :

À propos des menottes qui lient Yell à Kyo, l’étranger

Rappelle-toi ce que tu as dit en m’enchaînant de force, Yell. ” Je t’autorise à me manger si je meurs avant toi ! “. Ce sont tes propres mots. Tu n’es pour moi qu’un trophée de guerre doublé d’une réserve de nourriture. Mets-toi ça dans le crâne… !

L’intérêt va grandissant et je suis curieuse de savoir ce qui se passera par la suite.

Lisez également la Chronique du tome 1

Les éditions Physalis permettent de lire les pages 7 à 14 du tome 2 d’After Ages sur leur site. Si vous voulez vous faire une idée

 

note7

Auteur

Bonne proto-geekette mais piètre survivante, j'ai néanmoins fait mien l'adage : "Un bon zombie est un zombie mort. Deux fois."

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*