Culture Z Mangas Papiers — 14 janvier 2013
I am a hero Tome 4

Couverture I am a hero tome 4Scénario et dessins : Kengo Hanazawa
Éditeur : Big Kana (Dargaud)

Genre : Horreur, Seinen, Survival, Fantastique, Drame, ction
Date de publication : 24 août 2012
Édition :  Noir & blanc
Nombre de pages :
240
Nombre de volumes :
6 en France, 8 au Japon (depuis 2009)
Statut : Série en cours
Prix conseillé : 7,5 euros

 

Synopsis

Hideo fuit la ville pour tenter de survivre. Il rencontre Hiromi Hayakari avec qui il va poursuivre son périple. Leur objectif est de quitter la forêt et se réfugier dans un endroit plus sûr. Les deux jeunes gens sont perdus, ils ne comprennent pas ce qui se passe ni quel est cet étrange phénomène qui transforme les gens en quelque chose d’indéfinissable. Où vont-ils aller ? Que vont-ils faire ? Vont-ils comprendre ce qui se passe ?

 

Avis :

Le lieu de ce quatrième tome est propice à la peur ainsi qu’à une atmosphère lugubre et angoissante. En effet, quoi de mieux qu’une forêt pour engendrer l’horreur et l’incompréhension. Les feuilles bruissent, les branches craquent, des créatures bizarres surgissent de nul part. Le lieu est donc très intéressant car il permet d’intensifier la tension horrifique de la série.

De plus, les plans sont très bien pensés. Il y a une vraie réflexion sur la manière de représenter l’histoire. Chaque scène est bien amenée. Par exemple, le moment où Hiromi apprend à tirer, est représenté par une succession de plans plus ou moins rapprochés qui mimer le temps qui s’écoule. Il y a également les doubles pages sur la forêt et il peut y en avoir trois qui se suivent pour indiquer l’observation du héros apeuré qui a entendu un bruit suspect. Dans l’ensemble du récit, on remarque donc un travail de précision sur chaque plan, qui porte l’ambiance générale du récit de façon très réussie.

On note également un réalisme quand aux comportements des personnages et aux différentes situations. Par exemple, dans l’attitude du personnage principal qui veut apparaître comme un héros et qui au contraire passe une grande partie de son temps à crier et à courir pour tenter d’échapper à la menace. (Face à une telle situation, il est difficile de rester stoïque !) Ou encore, la leçon de tir où l’on voit toutes les précautions nécessaires à réaliser pour tirer, ou encore la difficulté du maniement de l’arme, etc…

Dans l’ensemble de la série, il y a une volonté de ne pas parler de zombies, car on se place du point de vue du personnage qui vit une crise et qui ignore de quoi il s’agit. Nous avons l’impression d’avoir un tour d’avance sur les protagonistes. Nous savons que se sont des morts-vivants et que c’est très dangereux. Ce choix est intéressant car la compréhension de la situation se fait petit à petit et nous découvrons au fur et à mesure les réactions des personnages. Que faire ? Ils sont tiraillés entre l’urgence et la morale. Tuer / ne pas tuer ces créatures ? Cette réflexion est intéressante car elle change des histoires classiques de zombies. Les auteurs ont poussé cette idée au maximum. Ils ont réfléchi pour traiter le sujet de manière la plus réaliste possible même si évidemment le zombie est forcément un objet de fiction. Cela explique pourquoi, on a un personnage principal plutôt banal et qui n’a rien d’exceptionnel mis à part qu’il est encore en vie.

Le tome insiste sur la nouvelle survivante qui accompagne Hideo. Les deux jeunes gens forment un duo équilibré qui se complète très bien puisqu’ils n’ont pas la même vision de la situation. Elle ajoute un peu de fraîcheur féminine dans ce monde de brutes ! Sa sensibilité ne fait pas d’elle un personnage niais bien au contraire, elle possède ses propres qualités qui permettent d’ouvrir d’autres pistes à l’histoire. Le récit gagne donc en profondeur avec Hiromi.

Pour parfaire ce récit bien ficelé et agrémenté d’une atmosphère horrifique et angoissante très réussie, il y a un graphisme très beau et très détaillé. Les détails de cadrage et du choix des plans se retrouvent aussi dans la précision du dessin. La forêt est dense, vaste et ombragée pour augmenter la tension. Les attitudes des personnages et leurs différentes mimiques sont bien pensées, sont expressives et permettent au lecteur d’adhérer totalement à l’univers.

En général, il s’agit un manga bien structuré pour lequel on a rien à redire !

En bref : Un tome de grande qualité, qui se centre dans une forêt, lieu de la peur et d’anxiété. Même s’il s’agit d’un lieu classique dans les films d’horreur, ici il fonctionne très bien. On rentre directement dans le récit grâce à un côté réaliste qui souligne davantage le danger. La série décolle véritablement et devient de plus en plus intéressante. Les personnages deviennent attachants. Malgré leur banalité apparente, ils ont un caractère intéressant pour la diversité de l’histoire. Une bonne série manga qui se révèle tome après tome. Elle mérite sa nomination au festival d’Angoulême 2013, en espérant qu’elle remporte un prix.

note8

Auteur

sherane

Chroniqueuse bande-dessinée, comics, manga, livre ... et plus généralement tout ce qui se dévore.

Articles relatifs

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*