Culture Z Mangas Papiers — 06 juillet 2013
I am a hero Tome 7 la critique !

Auteur : Kengo Hanazawa

Date de parution : 19 avril 2013

Genre : zombie

Édition : Kana

Nombre de pages : 242 pages

Nombre de tomes : 7 (série en cours)

Prix conseillé : 7,45€

 

 

Résumé :

Notre petit groupe de survivants conduit par Hideo a trouvé refuge sur le toit d’un centre commercial. Cette découverte leur permet de se reposer et de reprendre des forces. Cet arrêt est l’occasion pour eux de renouer avec la civilisation et de partager leur aventure avec de nouveaux survivants. Le supermarché constitue une nouvelle étape pour la série car au lieu d’être en mouvement permanent, ils s’arrêtent pour essayer de s’intégrer à une petite communauté qui semble vouloir recréer un semblant de vie normale. Hideo va t-il avoir un moment de répit ? Leurs nouveaux amis possèdent-ils que de bonnes intentions ? Que va-t-il leur arriver ? Toutes ces réponses et bien plus dans cet épisode, qui va vous étonner et vous bouleverser.

 

 

 

Avis :

Une nouvelle étape se dessine dans cette formidable série. Leur arrêt signe le début d’une nouvelle phase. Ils vont devoir cohabiter avec des inconnus, ce qui ne va pas être forcément évident. Mais ils vont aussi être les témoins de pratiques plus que douteuses. Qui sont les plus dangereux les hommes ou les zombies ? A la manière du Gouverneur dans Walking Dead, on peut se dire que les zombies sont des poneys tout doux à côté de l’attitude perverse et dérangée de certains. La menace est partout. Comme disait Plaute « L’homme est un loup pour l’homme », et il avait raison. On peut donc se demander si cet arrêt est un bon ou un mauvais choix pour cette série.

On ne va pas y aller par quatre chemins, c’est encore un franc succès. Depuis un moment, on vous témoigne notre enthousiasme pour ce manga zombiesque qui est le meilleur du genre pour l’instant et qui n’a toujours pas été détrôné par une autre nouvelle série. Il est clair que Sankarea adorable zombie, pour n’en citer qu’un, ne fait pas le poids à côté. (Je n’ai aucune animosité pour ce manga sauf que je l’ai trouvé particulièrement mauvais.) La difficulté pour I am a hero c’est donc de ne pas décevoir. De nombreuses œuvres s’essoufflent après un certain temps, j’entends qu’on me susurre à l’oreille Walking Dead. Vous êtes de mauvaises langues. Ne vous inquiétez pas le Tome 7 est toujours détonnant et conserve dans sa hôte pleins de surprises et pleins de rebondissements.

Plus que jamais, on comprend l’importance du fusil de notre jeune héros. La méfiance sera de mise, face à une communauté aux méthodes et aux règles douteuses. Les questions de la répartition des tâches, de la force et de la persuasion seront d’actualité. Les filles sont manipulées, elles sont obligées de satisfaire des besoins primaires pour survivre. Une jeune femme aux cheveux courts servira même d’appât pour amadouer Hideo, ce qui ne fonctionnera pas. Le jeune-homme n’est pas stupide, il comprend rapidement le danger que constitue cet endroit. Le piège se referme sur lui, il termine le manga dans une posture inconfortable.

 

 

Vous assisterez à des pratiques violentes comme la torture du pneu. Mais qu’est ce que c’est ? Je vous laisse découvrir, si je vous le disais, il n’y aurait plus aucun intérêt à le lire. Le chef s’avère être un personnage perfide, horrible dont il faut s’éloigner à tout prix.

Si l’on comprend que ce lieu n’est pas une solution paradisiaque mais un enfer où les faux-semblants, la manipulation, la violence règnent. Un conseil : prenez vos jambes et courez.

Ce qui fait la force de ce récit, c’est la profondeur des personnages, le héros évolue au fil du temps mais tous les autres personnages secondaires possèdent aussi un caractère fouillé et intéressant. Les vivants sont travaillés, mais Kengo Hanazawa ne laisse pas de côté les zombies. Ici, encore une étape est franchie, le lecteur découvre avec fascination que les morts-vivants possèdent une certaine conscience. En effet, ils reproduisent en permanence une action qui était importante dans leur vie auparavant, une mention spéciale pour le zombie qui saute en hauteur. Cela prouve qu’ils conservent une partie de leurs souvenirs. Ces zombies sont plus complexes qu’il n’y paraît, ils  possèdent encore de nombreux secrets à dévoiler. Au milieu de ce mystère, se trouve Hiromi. Son état second soulève des milliers d’interrogations surtout qu’elle semble avoir une perception du monde très étrange. Mais que se passe-t-il ? Comment le virus des zombies s’est propagé ?

Une ambiance qui s’intensifie et qui, plus que jamais, met le lecteur en alerte. On angoisse pour l’avenir d’Hideo. Comment va t-il s’en sortir ? A la fin, on a qu’une envie : se jeter voracement sur la suite. Malheureusement le Tome 8 ne sort que le 6 septembre 2013.

 

 

 

En bref : Que de compliments à faire sur ce manga. Toujours fidèle à lui même, il conserve ses points forts et réussit encore à nous étonner. Que demander de plus ? Je n’ai qu’une chose à dire, pour tous ceux qui suivent la série, ne vous inquiétez pas vous ne serez pas déçus et pour tous les autres, dépêchez vous de commencer.

note9

Auteur

sherane

Chroniqueuse bande-dessinée, comics, manga, livre ... et plus généralement tout ce qui se dévore.

Articles relatifs

4 Commentaires

  1. Superbe article :) merci.

  2. Excellente critique, il faudrait peut-être que j’essaye de me le procurer…

    • oui, il faut absolument le lire, je pense que tu ne seras pas déçu. Le tome 1 est loin d’être le meilleur, la série ne montre pas son meilleur profil au début mais ca vaut le coup de persévérer car dés le tome 2 c’est bien meilleur. Je vais me répéter mais c’est vraiment le meilleur manga zombie pour l’instant.

  3. Ralala, autant j’ai déteste le premier tome… mais le reste est une montée en puissance et ce tome 9 fiche une GROSSE claque !
    Le traitement est ultra original avec un point de vu très nippon, ce qui change des action heroes du moment.
    Le moment fort: lorsqu’hideo doit faire croire qu’il accepte l’offre du chef de gang… Ah et lorsque nous voyons par les yeux d’hiromi.
    Par contre, je ne pense pas que le “clan du toit” soit responsable du supplice du pneu de voiture… Cela sonne plutôt comme un futur encore plus agressif et la promesse de rencontres dangereuses…

    La suite vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*