Culture Z Séries Vidéos — 02 mai 2013
In the flesh épisode 1, la critique

 Titre: In the flesh

 Créateur: Dominic Mitchell

 Acteurs: David Walmsey, Emily Bevan, Harriet Cains….

 Origine: Angletterre

 Durée: 3 x 60mn

Date de sortie: Mars 2013

Production: BBC tree

La bande annonce pour vous mettre l’eau à la bouche, juste là!

Image de prévisualisation YouTube

Synopsis:

Kieren Walker est mort il y a quatre ans. Peu après son décès, par une étrange nuit dans la bourgeade de Roarton en Angleterre, des milliers de personnes décédées se sont réveillées. Après des mois de réadaptation et de médication, ces zombies sont rendus à leurs familles. Kieren doit reprendre sa place dans le village où il a toujours vécu parmi sa famille et doit faire face aux regards de ses anciens amis, des habitants sur la défensive depuis que les zombies avaient envahis leurs rues et tués leurs concitoyens. La cohabitation s’avère des plus délicate.

Avis:

Les fans de série et films post apo seront surement déçus au début de la série car la fin du monde n’a pas eu lieu. La guerre contre les zombies s’est bien produite il y a quatre ans mais un “remède” les a fait rentrer dans le droit chemin et (normalement) ils ne mangent plus personne. Judicieusement placé dans l’Angleterre profonde, les zombies et leurs “maladies” servent de prétexte à un tout autre propos. Dès le premier épisode, le cadre est placé. On y retrouve des thèmes tels que le racisme, l’homophobie, la sexualité adolescente, l’éclatement familiale et l’obscurantisme religieux.

La série a, pour le premier épisode du moins, évité le piège du manichéisme. Aucun personnage n’est bon ou mauvais, chacun trainant sa part de blessures profondes, d’amour, de haine et de raisons qui, même si elles ne justifient pas tout, se comprennent aisément. On est tour à tour témoin de gêne des familles qui récupèrent leurs “partiellement décédés”, de l’amour face à un être cher perdu et retrouvé mais aussi du côté de la RPLP (Force des volontaires humains) qui a mené le combat chez qui la souffrance et la peur domine. On ne peut que comprendre les arguments qui motivent les uns et les autres. 

Sur un ton dramatique (j’avoue que mes yeux ont mouillés plus d’une fois), l’excellent Dominic Mitchell se sont tout de même octroyer des moments comiques. Pour un premier essai, c’est un coup de maître!

Certaines scènes sont très choquantes, voir bien plus que dans la plupart des films Z car la violence n’est pas seulement physique, elle est avant tout psychologique. Quoi de plus traumatisant que l’amour, qu’il soit filiale ou maritale, lorsqu’il est confronté à la mort? Un épisode de Derrick en Vo non sous titré peut être….

Côté casting, là aussi rien à redire. Beaucoup d’inconnus au talent certain ce qui facilite l’identification aux personnages. Ils ressemblent à n’importe qui, chacun pourra retrouver un trait de caractère qui lui est propre. On retrouve une ou deux têtes connues si on a regardé la série Merlin ou les films Looking for eric, Walkyrie ou encore Pirates des caraïbes 3 mais de touts petits rôles.

Côté réalisation, rien à redire non plus…ça commence à être chiant de perfection tout ça! C’est propre et soigné, les cardages sont  magnifiques, les effets spéciaux très classes sans être ostentatoires. De belles images avec le charme des productions anglaises qui surpassent , à mon sens, largement celles des States.

Le scoring est parfaitement maîtrisé pour accompagner l’émotion sans la forcer.

A voir de toute urgence, notamment au Forum des Images pour le Festival série mania, gratos, dont le programme est ici!!! Vivement la suite!

 

Auteur

july

Mère de famille nombreuse, experte en technique de combat de rues, maniement du sabre et vannes pourries, se dressant contre la futur menace zombie....parce que sans déconner ça finira bien par nous tomber dessus...hein?!

Articles relatifs

6 Commentaires

  1. Totalement d’accord avec cette critique. J’ai aussi adoré cette série! J’espère sérieusement qu’ils vont faire une saison 2… Et sans spoilé mais la fin… Juste énorme… Une bonne tuerie à ne pas louper!

  2. Serait-ce “les revenants” à la sauce britannique ? Le thème du mort revenant chez les siens, devant s’adapter à leur nouveau statut de mort et surtout au regard des autres… Le tout dans un village assez loin de tout, où tout le monde se connaît, etc, etc ?

    • C’est vrai qu’il y a une ressemblance !

  3. Ben j’ai pas vu les Revenants mais en me basant sur ce que l’on m’a dit, ça n’a rien à voir même si le pitch parait commun aux deux.

  4. Pour avoir vu vite fait Les Revenants, en effet il n’y a que le pitch qui s’y rapproche.

  5. Pingback: in the flesh saison 2, dominic mitchell, BBC3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*