Culture Z Livres Papiers Survie — 13 avril 2016
Instinct de survie de Pierre Picca sorti aux Editions Baudelaire !

Instinct de survie

Pierre Picca

Editions Baudelaire

Format : 15 x 21 cm 

378 pages

Prix de vente public : 22 €

Sorti en novembre dernier aux Editions Baudelaire et classé à tort en Fantasy, nous avons lamentablement raté la sortie d’Instinct de Survie, premier roman zombie et survie d’un jeune auteur français, Pierre Picca, à qui nous présentons nos plus plates excuses !!!

Janvier 2015. Une vague de violence ravage le monde et plus particulièrement la ville de Reims, qui sombre dans un black-out total : l’arrivée soudaine de zombies vient semer le chaos. Antoine, réserviste dans l’Armée de Terre, doit quitter Lola et se déchirer le cœur pour protéger sa patrie. Il lui promet de venir la retrouver lorsque les choses seront rentrées dans l’ordre. De combats en combats, Antoine va faire de nombreuses rencontres qui lui permettront de retrouver sa petite-amie. Mais il s’aperçoit vite que Lola ne le reconnaît plus…

Dans un décor post-apocalyptique où les Hommes sont prêts à tout pour s’en sortir dans ce monde où règne la terreur, ce roman fait réfléchir sur le comportement de l’être humain livré à lui-même, là où il n’y a plus ni justice, ni société. Une certaine dose d’humour teinte le récit et y apporte un peu de légèreté. Les amateurs de fantasy n’ont qu’à bien se tenir… 

Oubliez ce que vous pensiez être impossible, ouvrez grand vos yeux et vos oreilles, ne croyez plus en rien, soyez désormais sur vos gardes. Le monde tel que vous le connaissiez n’existe plus, il vient de basculer dans un enfer que vous n’auriez jamais pu imaginer. Antoine, militaire de réserve, l’a compris depuis peu. Plus rien ne sera comme avant. Il va être pris dans une tourmente infernale de violence embrasant le pays et balayant tout sur son passage, ne laissant que peu de survivants, des villes en ruines… et des êtres plus tout à fait humains. Antoine va devoir lutter pour survivre, seul contre tous. 

L’imagination de Pierre Picca, jeune auteur résidant à Rennes, a toujours débordé sur sa personnalité, et sur sa vie. Il s’efforce de laisser libre court à ses pensées et à ses actes, et s’inspire de son entourage comme de son propre vécu pour créer ses propres récit. Il nous livre là son tout premier roman. 

Un extrait :

“Lorsque j’ouvris la porte de notre appartement flambant neuf d’une résidence étudiante après une journée harassante passée sous la pluie, tantôt fine, tantôt tombant dru presque par seau entier, je retrouvai Lola flanquée de deux blondes vautrées dans mon canapé. Elles bougèrent à peine la tête pour voir qui arrivait, tandis que je traînais les pieds dans le couloir menant au salon. Je m’arrêtais sur le seuil de notre cocon fait de meubles récupérés à droite et à gauche ou que j’avais fabriqués ou restaurés. Des photos tapissaient les murs par endroit en grappes serrées. Les plantes de Lola me renvoyaient traîtreusement à la figure mon manque de préoccupation pour ces petites choses vertes qui, pourtant, s’étaient lancées dans la périlleuse ascension d’une lenteur affreuse de nos murs. Mon regard se porta sur les trois touffes dépassant du dossier du large canapé, dégradé de brun mêlé de blond allant du plus clair au plus foncé, dans lequel je reconnus ma petite Lola qui était tout aussi absorbée que les deux touffes adjacentes par le tube cathodique diffusant son flot d’imbécillités. Tandis qu’une envie de mettre des coups de pioche dans ma télé me titillait le bout des doigts, j’interpellai ma mie :

— Vous me la jouez revanche féminine ? Tu veux peut-être que j’enfile ma tenue de soubrette et que j’apporte les binouzes ?

— Regarde, au lieu de dire des conneries ! me répondit-elle en me jetant un regard réprobateur par-dessus le dossier.

— Eh bien ? Ils se tapent encore sur la tronche, c’est ça ? Tu sais, ça fait huit mille ans que ça…

— Oui, mais là, c’est à Marseille ! Ils ont même appelé les réservistes, là-bas. C’est comme en Ukraine et en Asie.

Le sourire narquois quitta progressivement mon visage. J’eus un peu moins envie d’y mettre des coups de pioche en voyant les mêmes images que les jours et les semaines précédentes inonder nos foyers, mais cette fois-ci, elles montraient un bout de notre pays, et le décor, c’était chez nous.”

Page facebook de l’auteur

La chronique pour bientôt !

Source : Pierre PICCA

Auteur

Mary

Mère de 2 enfants, passionnée de survie, experte en techniques de combat de spray et en maniement de seringue, se dresse contre la bêtise, l'égocentrisme, et... les zombies, parce que, sans déconner, July a raison, ça va nous tomber dessus !

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*