Evenements Interviews — 06 février 2012
Interview exclusive de Isaac Marion, sur Warm Bodies !

isaac marionOyez oyez, zombiesworldiennes et zombiesworldiens !

Grâce à notre partenariat avec Bragelonne, nous avons pu faire une interview exclusive avec Isaac Marion, qui est un peu au cœur de l’actualité zombiesque 2012, avec l’adaptation de son roman à l’écran par Summit Production.

J’ai pu lui poser toutes les questions qui me sont venues à l’esprit suite à la lecture de son roman… lequel, vous le savez, j’ai adoré ! Des questions sur son livre, sur sa vision des choses (société, situation post-apocalyptique, etc.) et sur l’adaptation à l’écran bien entendu !

Des informations exclusives, juste pour vous !

Tout dans cet article… Enjoy !

 

 

 

 

I am a Zombie Filled with Love est le texte qui est à l’origine de Warm Bodies. Three Kids, Living est une sorte de préquelle de Warm Bodies. Quand les avez-vous écrit ? Pouvez vous me raconter l’histoire de ces trois projets (Warm Bodies, I am a Zombie Fill with Love, Three Kids, Living)? Comment tout cela a commencé ?

 I Am a Zombie Filled With Love est une très courte histoire que j’ai écrite… et bien, il y a de cela plusieurs années. Je n’arrive pas à retrouver une trace de quand je l’ai écrite exactement. On ne peut pas dire que mon ordinateur soit “organisé”, mais je sais que c’était il y a très longtemps. Je peux dire que tout a commencé quand j’ai réalisé soudainement que les zombies étaient les monstres les plus populaires et que je ne les avais jamais vus parler. Ce qui semble étrange puisqu’ils sont d’anciens humains et l’on peut penser que quelques soient les pensées qui subsistent dans leurs cerveaux endommagés elle sont intéressantes. J’ai donc écrit ce court texte basé sur cette prémisse, sans intention d’aller plus loin. À ma grande surprise, elle est devenue de loin l’histoire la plus populaire parmi celles que j’avais postées sur mon blog, et comme mes lecteurs n’arrêtaient pas de me dire que cela ferait un bon roman, j’ai commencé à considérer que je pouvais réellement en écrire un avec cette histoire. J’ai été surpris par la façon dont il a mûri ; une grosse histoire, très personnelle est sortie de ce concept un peu stupide. Cela m’a amené dans des chemins que je n’avais jamais envisagés.

Three Kids Living” s’intitule aujourd’hui “Grass Through the Concrete”. C’est une nouvelle que j’ai écrite comme une ample préquelle à Warm Bodies. J’ai utilisé « ample » car même si elle reprend trois des principaux personnages de Warms Bodies (Julie, Nora et M), elle se déroule neuf ans plus tôt et c’est une histoire indépendante qui ne nécessite pas la lecture de Warm Bodies. (Évidemment, toutes les personnes qui l’ont lu auront une expérience plus riche avec la préquelle). Elle va sortir avec ma prochaine collection de nouvelles, « The Hungry Mouth » que j’auto-publie pour le moment en quantité très limitée.

 

 Dans “I am a Zombie Filled with Love”, le zombie est il déjà une métaphore des citoyens lambdas actuels de notre société ? Ou est-ce venu plus tard, durant l’écriture de “Warm Bodies” ?

Je pense que la métaphore était déjà là dans mon premier écrit. J’ai juste repris l’idée et l’ai amenée dans une direction différente dans Warm Bodies. Le narrateur dans I am a Zombie filled with love est un zombie typique, complètement apathique et résigné à son sort dans un monde en ruine. R, au début de Warm Bodies est dans le même état, mais graduellement, il devient de plus en plus insatisfait de sa condition et lutte pour changer.

 

J’ai appris que vous ne vouliez pas écrire de nouveau un livre entier consacré au monde de “Warm Bodies,” car vous êtes effrayé à l’idée d’être classé comme un écrivain d’histoire zombiesques. Pas de doute sur cette information ? Est-ce réellement la fin du monde de R ou peut-on espérer de nouveaux écrits dans le futur un peu comme “Three Kids Living” ?

Je ne veux clairement pas être réduit à un “auteur zombie”, peu importe ce que cela signifie. Donc j’ai été très méfiant vis-à-vis de l’écriture d’une suite, même si je voulais vraiment, vraiment le faire.  Je pense qu’il y a encore beaucoup de choses à explorer dans le monde de ce livre, mais je l’avoue, je suis fatigué d’écrire à propos des zombies. J’ai récemment pensé à quelques idées intéressantes  pour continuer à écrire l’histoire des personnages de Warm Bodies, sans rester collé dans le monde crasseux des zombies. J’aimerais écrire quelque chose qui élargit considérablement le monde de Julie et de R. Il y aurait encore quelques zombies, mais le sujet ne serait plus à propos des zombies. Sinon il y aurait d’autres solutions… L’une d’elles, implicite dans Warm Bodies et Grass Through the Concrete, est que la raison de l’existence de créatures irrationnelles comme les zombies et les squelettes animés vient du fait que le tissu de la réalité s’est réduit. Comme la population retourne à des niveaux préhistoriques, le monde retourne à un état moins rationnel, plus mystique, où des choses étranges comme les zombies sont possibles.

 

Vous publiez souvent vos nouvelles sur votre page Facebook ou sur votre site internet. Allez vous continuer, même si vous êtes devenu célèbre ?

Bonne question. Probablement que non, hélas. J’ai toujours fait ceci dans le passé car je savais qu’il n’y avait pas de point de vente pour mes histoires et je ne pouvais pas supporter l’idée d’attendre des années pour que quelqu’un les lise. Donc je les ai postées sur internet gratuitement dès qu’elles étaient finies. Maintenant, j’espère continuer à publier mes nouvelles, donc je ne veux pas les spoiler en pré-publiant le contenu total sur internet. Idéalement, j’aimerais faire une sorte de publication en ligne où je pourrais poster des courtes histoires qui auraient leurs propres couvertures et copyrights, car j’aime écrire des nouvelles mais il n’est pas évident d’intéresser les gens à ce type de format.

 

warm bodies vs twilight

Ok, avant de rentrer dans l’histoire de “Warm Bodies”, parlons un peu de la classification de votre livre et de l’ ”effet Twilight”. Aux USA, votre livre a été classé dans la section “Young Adult” et a été associé à “Twilight”. Que pensez vous de ceci ? Pour vous, est ce plus un obstacle ou un catalyseur pour les ventes ? Si vous ne vouliez pas que “Warm Bodies” soit associé au livre de Stephanie Meyer, pourquoi avoir mis une de ses citations sur la couverture de votre livre ?

 

 Il y a deux questions séparées ici, toutes les deux difficiles à répondre. Premièrement, je n’aime pas le fait que le livre soit classifié YA. Cela n’a jamais traversé  mon esprit que celui-ci soit vendu pour les enfants. Je sais que la plupart des personnages sont jeunes, mais au-delà de cela, c’est un livre très « adulte ».  Il y a beaucoup de violence imagée, de drogue, de sexe, de termes grossiers, et de thèmes adultes. Je ne pense pas que les jeunes devraient être attirés par ceci.  Je sais qu’il y a beaucoup de choses attirantes pour les enfants mais je pense que le label YA peut être appliqué à n’importe quel livre. Au fond que signifie une fiction YA ? Pour moi, cela implique qu’il y a une baisse de niveau quelque part, ce qui le rend plus simple que dans les fictions adultes. Pourquoi avons-nous besoin de cette catégorie ? Je comprends pour les livres d’enfants – les livres pour les petits enfants, disons, en dessous de 12 ans—mais les livres YA semblent être plus vendus pour les adolescents, et je ne vois pas pourquoi les 16-19 ans ne pourraient pas lire les mêmes livres que ceux que je lis. Pour moi, créer un genre séparé pour les adolescents est extrêmement condescendant sans mentionner flatteur.

Le fait que Warm Bodies se termine sur les rayons YA, a je pense un rapport direct avec la citation de Stéphanie Meyer. Elle est une célèbre noveliste qui est très réputée dans la section YA. Les librairies ont vu sa citation et ont immédiatement supposé que Warm Bodies était YA. Je n’ai honnêtement aucune idée de la façon dont ils décident de ces catégorisations, peut-être est-ce plus complexe que cela. Mais j’aurais préféré qu’ils le mettent juste dans Fiction, les adultes auraient pu le lire sans embarras et les enfants l’auraient de tout façon trouvé. Les enfants sont les rois du bouche à oreilles ; personne n’aime autant parler qu’eux de leurs intérêts. Les adultes partagent plus rarement ce genre de choses.

 La comparaison avec Twilight me contrarie, car je ne pense pas que cela soit approprié. C’est probablement inévitable avec le nom de Stephanie Meyer sur la couverture, et Summit faisant l’adaptation à l’écran.  Mais cela est fâcheux. Les deux livres sont à propos d’une relation entre un humain et une créature mort vivante, mais les similitudes s’arrêtent là. Les descriptions devraient dire aux gens ceci : Twilight se passe aujourd’hui, à Washington et concerne surtout un petit village où des drames d’école prennent des proportions épiques dûes aux éléments supernaturels impliqués. Warm Bodies se déroule dans un futur post-apocalyptique, où les quelques survivants se terrent dans un stade fortifié, luttant pour survivre contre une peste générale zombiesque, empreints d’un désespoir existentiel. Ce sont des livres très différents. J’aurais adoré, bien évidemment que même une fraction des fans de Meyer vienne sur Warm Bodies avec cette association. Je ne fais aucune discrimination sur qui veut lire mon livre. Tout le monde est le bienvenu ! Mais cela me rend nerveux, juste parce que Twilight est une franchise trompeuse. Des millions de gens l’adorent, mais d’autres millions pensent que c’est un délabrement de la culture, et je n’aimerais pas être pris au milieu de cela. Je suis extrêmement reconnaissant de son soutien, bien évidemment, mais je suis content qu’ils aient bougé sa citation sur le verso pour l’édition de poche car je pense qu’il y a moins de risques de perdre un segment complet de lecteurs avec un texte de présentation controversé.

 

Du coup, une autre question concernant le film. Depuis que la première image du film est sortie sur internet (R et Julie), les français ont définitivement classé le film comme un autre Twilight (et malheureusement, j’ai aussi peur de cela aussi). Vous avez pris part au film en aidant à écrire le script et avez assisté à certains shoots. Pensez-vous que le film va vraiment refléter le livre ? Est-ce que c’est dur pour vous de voir votre histoire et vos personnages transformés en un film et interprétés par des acteurs ? Êtes vous effrayé par certains aspects de l’adaptation ? Pensez vous que Summit Production désire un nouveau Twilight avec des zombies ? Que pensez vous des acteurs par rapport à vos personnages ? Cela « colle » selon vous ? (L’actrice de Nora m’a personnellement causé un choc électrique).

Beaucoup de questions ici… Premièrement, l’image à laquelle vous faites allusion était un accident. Ce n’était pas une image promotionnelle officielle mais quelqu’un qui a pris une photo lors d’un salon international ou quelque chose du style. Cela n’aurait jamais du être vu par les américains, c’était juste pour des studios étrangers. Les premières images officielles ont juste commencé à apparaitre, et sont plus représentatives du style. Même le directeur, lui-même a déclaré lors d’interviews que cela sera TRÈS différent dans le ton et le style de Twilight. Il est plus incisif, plus sombre avec un sens de l’humour narquois. Je ne peux pas réellement convaincre les gens avant que le trailer officiel du film sorte, mais essayez de me faire confiance.

 Pour le “fidèle au livre”, je pense qu’il est fidèle à l’esprit du livre, mais bien entendu il y a des changements. Toutes les adaptations à l’écran doivent compresser l’intrigue pour que cela soit cohérent dans un format plus court, et parfois cela signifie modifier des éléments majeurs. Je dirais que les 2/3 tiers du film sont très similaires à ce que j’ai écrit. Le troisième acte prend sa propre direction, mais au final cela conduit à la même situation à la fin.

 Je suis vraiment excité concernant le casting, particulièrement vis à vis de Nicholas Hoult. À chaque fois que j’ai regardé une de ses scènes, il m’a envouté car il dépeint parfaitement la douceur maladroite de R et ses tentatives pataudes d’interaction avec les humains. C’est drôle, mais ce n’est pas une blague. Tu vas vraiment l’apprécier. Teresa Palmer est aussi vraiment parfaite pour jouer Julie. Je suis très excité de voir comment les gens vont réagir à sa performance car il n’y a pas beaucoup de personnages comme elle dans les films de ce type. Ce n’est pas une demoiselle en détresse, elle est drôle, bizarre et peut botter des culs, mais elle n’est pas non plus dans la caricature « femme guerrière » qui intervient régulièrement dans les films d’action. Elle est forte, mais aussi très vulnérable. Je suis donc très satisfait des deux acteurs principaux, et je suis également heureux du reste. Oui, Analeigh Tipton est très différente de ma description de Nora dans le livre, il faut un certain temps pour s’habituer, mais je pense que cela fonctionne aussi de cette façon. Warm Bodies n’est pas un classique conforme qui nécessite une absolue fidélité de chaque détail pour l’adaptation. Il n’y a pas tant de gens que cela qui en ont entendu parler, donc certains débordements artistiques pour le film sont compréhensibles.

 

Revenons en à votre livre. J’ai entendu un podcast avec Jake Chims et Lori Twichell sur le fait que la première impression de  « zombie love story » les a laissés de marbre (Une histoire de zombie… encore…). Finalement, c’est votre teaser qui a sauvé votre livre. Pouvez-vous m’en dire plus ? Pourquoi l’avez-vous fait ? Quel a été le budget ? Quelle est son histoire ? Quelle expérience en avez-vous tiré ?

Image de prévisualisation YouTube

 Le budget a été approximativement de 7,50 dollars pour acheter une chemise dans un magasin et 5,00 dollars pour mettre du faux sang dessus. On ne vois jamais réellement mon visage donc je n’ai pas eu besoin de maquillage. À l’origine je l’ai fait car je n’avais aucune idée d’à quel moment le livre pourrait être publié. Je vendais des copies auto-produites depuis la maison, donc je devais trouver un moyen pour faire un peu de pub. Je ne m’attendais pas à ce que les éditeurs utilisent le trailer que j’avais fait. Je supposais qu’ils iraient plus profondément et feraient quelque chose de professionnel. Mais non, ils m’ont dit qu’ils n’auraient pas pu mieux faire que moi. J’ai été ennuyé au début, car c’était un projet amateur. Je l’ai filmé avec une caméra bon marché, et je l’ai monté sur l’ordinateur d’un ami, utilisant Final Cut pour la première fois de ma vie… la courbe d’apprentissage fut très raide ! Mais au final, je suis heureux d’avoir fait ce teaser car j’ai eu un total contrôle dessus. J’ai même écrit la musique. Et je pense que cela reflète bien  l’étrange équilibre de tons de mon livre, mieux que n’importe quel moyen. C’est très difficile de faire comprendre aux gens mon livre, de quoi il parle, et quel est son esprit.

 

Vous avez repris la légende urbaine des “mangeurs de cerveaux” et vous expliquez pourquoi les zombies sont fous de cette partie du corps. Et votre idée est extra ! D’où vous est venue l’idée que les zombies mangent des cerveaux pour aspirer les souvenirs et émotions de l’humain?

 Honnêtement, j’ai été choqué de savoir que cet aspect n’ait jamais été expliqué avant. Je suppose que cela a toujours été l’explication, car elle est tellement naturelle pour moi. Pourquoi une créature morte insisterait-t-elle pour manger des créatures vivantes ? Pour absorber leur force vitale, cela semble évident. Et où y a-t-il plus de vie que dans le cerveau ?  J’imagine que cela doit être très désagréable d’être un zombie. Ne pas avoir d’identité ou de mémoire, et juste cette étrange impression d’avoir perdu votre humanité. Tester la fraîcheur des souvenirs chaleureux serait l’ultime nourriture réconfortante.

 

J’aime la façon dont vous critiquez la société au travers de “Warm Bodies”. Vous dénoncez beaucoup de choses et de situations. Pouvez-vous me dire quelles personnes ou aspects de la société vous souhaitez dénoncer en premier, et pourquoi ? Recherche d’identité, combattre contre les règles établies, Ne pas pouvoir changer versus Ne pas vouloir changer, ce sont trois points principaux de votre critique. Est-ce correct ou me suis-je égarée quelque part ?

 Je pense que tu as plus ou moins raison. Je n’aime pas rentrer dans des explications trop profondes quand il s’agit des thèmes et des idées du livre. Je ne pense pas pouvoir mieux l’exprimer que ce que j’ai écris dans le livre, et je tente juste de sonner l’alarme. Je veux que les lecteurs prennent note de ces thèmes, y pensent, mais je n’aime pas prêcher.

 

 J’aime réellement le moment où R découvre la cité humaine, et les voix humaines qui parlent de l’échec de leur nouveau départ. Pouvez-vous m’en dire plus ? Quand j’ai lu ce livre, je n’ai jamais envisagé ceci et j’ai été profondément surprise. C’est, pour moi, un des meilleurs moments de votre ouvrage.

Merci ! C’est également ma scène préférée ! Cette idée m’est venue tard dans le process . J’avais déjà écrit quelque chose de plus simple, de plus banal quand R entre dans la cité, mais cela ne me semblait pas bon. Sa description de l’aéroport (au début du roman) était très vive, emplie de pensées profondes sur la société dans laquelle il vivait, mais les choses sont plus prévisibles quand il entre dans la cité humaine car les habitations humaines post-apocalyptique c’est du « vu et revu ». Je voulais donner au monde humain le même niveau d’introspection que celui des zombies, et il était déjà établi que les personnes que R tuait, pouvaient lui parler (ses conversations avec le fantôme de Perry). J’ai pensé qu’il serait super de toutes les rassembler pour avoir un chœur complet, qui marmonne dans sa tête lorsqu’il erre au milieu de leurs anciennes demeures. Cela m’a donné l’opportunité d’analyser le rôle de l’humanité dans la chute de la civilisation et sa réaction, au lieu de juste se centrer sur les zombies. Je suis heureux que les lecteurs aient distingué cette scène, de tout ce que j’ai écris c’est un de mes morceaux préférés.


 Pensez-vous que l’humanité ne peut réellement pas effectuer un nouveau départ ? Partir de rien et recommencer différemment ?

 Je ne pense pas que quelqu’un puisse réellement savoir. Une des idées qui m’a intriguée est celle de l’humanité ayant une « deuxième chance ». Non pas de tout recommencer, mais de revenir en arrière dans le temps, donc recommencer un monde nouveau, mais en retenant tout le savoir que nous avons maintenant. Comme ces films où un adulte revient à l’école et soudainement il devient le gamin le plus cool car il a la sagesse et le savoir pour se gérer seul.

 

Vous gardez de l’humour dans vos lignes, et j’aime la scène de l’aéroport avec l’escalator (quand R et une femelle zombie se croisent plusieurs fois). Visualisez-vous toutes vos scènes et tous les détails comme un film ? Comment écrivez-vous ?

J’écris définitivement de façon visuelle. Je vois les choses clairement dans ma tête et j’essaye de décrire ce que je vois sans utiliser 10 pages pour décrire la forme de chaque chaise et porte comme beaucoup de nouvelles fantastiques font.

 

R et Perry ont une longue histoire, compliquée qui plus est. J’ai remarqué que le désir de vie de R augmente pendant que celui de Perry descend. Pourquoi avoir fait ce parallèle ? Pour montrer que les zombies et les humains ne sont pas si différents que cela et que seulement les choix et les actions font la différence ?

Je pense que Perry revit sa vie au travers de R, comme les lecteurs, et R observe la chute de Perry, en tire un enseignement, comme il fait sa propre tentative pour inverser ce qui est arrivé à Perry et revenir à la vie.

 

Pourquoi avoir utilisé la légende des mangeurs de cerveaux avec l’histoire de Roméo et Juliette ?

Ce n’était pas réellement destiné à être Roméo et Juliette. J’ai juste créé quelques parallèles et décidé d’en faire une sous-histoire. C’est plus un petit clin d’œil aux lecteurs qu’un important élément du bouquin.

 

La scène du baiser est une des plus attendue, et j’avais un peu peur de son arrivée. Il y a un fort symbolisme. R combat pour garder le venin qui est en lui pour ne pas blesser Julie. Finalement seulement ces yeux changent de couleur. Ce baiser symbolise un nouveau futur, un gros chamboulement. Pouvez-vous me dire ce que vous vouliez transmettre à travers ce baiser et cette nouvelle couleur des yeux ? Liberté ? Espoir ? Les règles peuvent être cassées et doivent être cassées ?

La fin est définitivement l’évènement le plus attrayant du livre et dès que j’essaye de l’expliquer je suis mal à l’aise. Je pense que c’est quelque chose qu’il vaut mieux laisser interpréter. Beaucoup de choses se produisent durant ce baiser. Ce n’est pas juste le « pouvoir de l’amour » ou peu importe, c’est le choix qu’ils font. De résister, de combattre la malédiction de la nature humaine et de la transformer en quelque chose de nouveau et de mieux. Le changement de couleur des yeux est le symbole de ce renouveau… mais ce qu’ils sont devenus est indéfini. Peut-être quelque chose que j’explorerai dans une préquelle (clin d’oeil).

 
Vous parlez beaucoup de survivre versus vivre. Que pensez-vous des gens de notre monde ? Est-ce que nous vivons ou essayons de survivre ? Est-ce que l’humanité actuelle a-t-elle oublié la différence ?

Pour la plupart, évidemment. C’est une question difficile, car nous devons rester en vie. Mais je pense que la majorité pense que vivre à un niveau prodond et profiter des riches subtilités de la vie n’est pas important. Le modèle standard nous dit juste de travailler, travailler, procréer et mourir.

 

 Depuis que j’ai lu votre livre, à chaque vois que j’entends un avion, je prends le temps de lever les yeux quelques minutes, et regarder les nuages dans le ciel. Si une Z Apocalypse ou n’importe quelle autre apocalypse arrive, qu’est-ce qui vous manquera le plus ? Les avions dans le ciel ? Serez-vous dans l’état d’esprit de Julie ou de Gorgio ?

Je pense que j’ai un petit peu des deux en moi. Je ressens les objectifs de Gorgio parfois, mais la plupart du temps je réfléchis plus comme Julie.

 

Grâce au succès de votre livre avez vous échangé votre caravane contre une grosse maison ? (plaisanterie)

J’ai eu ma caravane GRÂCE à son succès! Les RV (Recreational Vehicles) sont chères !

 

Auteur

Admin

.................................... Fondatrice de Zombies World .................................. Armes préférées : la tronçonneuse qui tâche et la cuvette des toilettes !

Articles relatifs

3 Commentaires

  1. “Vous avez repris la légende urbaine des “mangeurs de cerveaux” et vous expliquez pourquoi les zombies sont fous de cette partie du corps. Et votre idée est extra ! D’où vous est venue l’idée que les zombies mangent des cerveaux pour aspirer les souvenirs et émotions de l’humain?

    Honnêtement, j’ai été choqué de savoir que cet aspect n’ait jamais été expliqué avant. Je suppose que cela a toujours été l’explication, car elle est tellement naturelle pour moi. Pourquoi une créature morte insisterait t’elle pour manger des créature vivante ? Pour absorber leur force vitale, cela semble évident. Et où y a-t-il plus de vie que dans le cerveau ? J’imagine que cela doit être très désagréable d’être un zombie. Ne pas avoir d’identité ou de mémoire, et juste cette étrange impression d’avoir perdu votre humanité. Tester la fraîcheur des souvenirs chaleureux serait l’ultime nourriture réconfortante.”

    John Russo et Dan O’Bannon en parlent en 1985 dans le film LE RETOUR DES MORTS-VIVANTS ;)

  2. je tiens a signaler que le film Warms Bodies devais sortir en aout 2013 mais repousser au 1 er fevrier trop cool car j’adore Nicholas Hoult

  3. en fait je viens de voir qu’il sortira en 2012 mais je vois sur le net qu’il est prevu en 2013 alors qui croire??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*