Mangas Papiers — 26 décembre 2011
Le Berceau des Esprits tome 2

Genre : Horreur, survival action, gore
Éditeur : Ki-oon
Scénario & dessins : Kei Sanbe (L’île de Hozuki, Testarotho, Kamiyadori)
Date de publication : 8 septembre 2011
Nombre de pages : 185  (noir & blanc)
Nombre de volumes :
2 en France, 3 au Japon (série en cours)
Prix conseillé : 7,5 euros

 

 

Trailer de la série

Page du tome 1

L’histoire

Dans un paquebot de croisière qui a chaviré en pleine mer, au large de l’Afrique, et se retrouve donc la tête en bas, nous suivons ici dans ce tome 2 un groupe de cinq adolescents survivants qui tentent de trouver une issue en remontant vers la cale (logique, si vous suivez ;) ). Tout ce qu’ils savent pour le moment, c’est qu’il se passe des choses terrifiantes sur ce navire. Un tueur increvable rôde dans les parages, armé d’une hache et décimant les uns et les autres, des passagers – dont certains de leurs camarades de lycée – semblent avoir pété les plombs, ne ressentant plus aucune douleur et se jetant sur les autres personnes pour les mordre, voire les dévorer.

 

AYUKAWA

KASUGA

MINOMIYA

TAKIGAWA

SHIMADA

 

 

 

 

 

Après une longue marche semée d’obstacles (humains mais aussi à cause des dégâts occasionnés par d’importantes secousses fréquentes), les cinq tombent nez-à-nez avec une de leurs camarades de classe, Yayoi, qui tente de les éliminer et a le temps de mordre Myia avant d’être tuée par Takigawa. Cette fois, le doute n’est plus permis : la folie meurtrière qui semble avoir gagné certains passagers est contagieuse…

Notre avis

Ce manga ne fait pas dans la dentelle ! Total huis-clos en pleine mer, il ne nous épargne rien. Il faut dire que Kei Sanbe et son studio nous plongent directement dans un récit survival minimaliste au niveau du contexte mais pas avare en détails gores ou en fan-service. Oui car au taquet, l’otaku ! Des scènes de domination, d’humiliation, de clins d’oeil à l’ondinisme (Google et Wikipedia vous aideront à découvrir ce que ça signifie…). Les femmes ont de belles formes agréables au regard et de fréquentes scènes ou situations pour les exposer en petite tenue. Et franchement je tire mon chapeau à ce sujet car ça aurait pu ajouter de l’humour en un Highschool of the Dead-like et désamorcer la tension mais il n’en est rien. La paranoïa est prégnante.

Le 1er tome a été chroniqué il y a déjà plusieurs mois mais vous pouvez la relire ICI. Il est à noter que Ki-Oon (l’éditeur) met à disposition des curieux une cinquantaine de pages de ce 1er tome sur leur site gratuitement.

Je dirais que c’est une histoire qui mérite d’être relue si la première lecture ne vous a pas emballé(e). Directe, gore, sombre et sans concession, le dessin s’avère plus sensible qu’au premier abord. L’absence d’empathie pour les victimes fait naître une certaine complaisance avec les meurtres, qui empruntent autant au slasher qu’au film de zombies des codes sans concession.

Dense, soucieuse des détails, c’est une série prévue en peu de tomes. Espérons que la toute fin de cette série de mangas ne sera pas trop loin et bien faite. À suivre donc ;)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

note8

 

 

Auteur

Bonne proto-geekette mais piètre survivante, j'ai néanmoins fait mien l'adage : "Un bon zombie est un zombie mort. Deux fois."

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*