Zombies Apocalypse Zombies Origines — 19 novembre 2011
Le virus de la zombification démasqué !

Le voilà donc, l’affreux, l’abominable virus responsable de la zombification ! Sale gueule, comme tous les virus ! Mais curieusement, celui-ci n’est pas sous notre microscope en train d’agoniser, il sillonne tranquillement les mers chaudes et porte le doux nom de poisson globe. J’imagine déjà certains d’entre vous, horrifiés ou ravis, en train de s’écrier : ” Oh mon Dieu, nous avons failli assister à Koh-Lanta Zombies ! “
Remercions les travaux de l”auteur de la recherche sur la zombification, l’anthropologue haitien Frantz Alix Lubin. Son texte a été publié dans les colonnes du quotidien Le Nouvelliste.

 

 

Bref, n’en déplaise aux plus sceptiques d’entre nous, le Zombie existe bel et bien et remonte à l’aube des temps puisque le premier fut sans doute Lazare et une jeune fille des Évangiles qui furent ramenés à la vie, ayant probablement été victimes d’une intoxication à la tétrodotoxine, neurotoxine puissante présente dans certains poissons comme le poisson globe, et n’oublions pas que Jésus vivait dans un village de pêcheurs…

Pourtant, ce n’est que depuis 1983 que les scientifiques daignèrent se pencher enfin sur le mythe d’origine haïtienne de la zombification.

Voici donc le fin mot de l’histoire. La tétrodotoxine présente dans le poisson globe agit sur le système nerveux sensitif et moteur, entrainant paralysie, diminution du rythme cardiaque, coma avec apnée respiratoire, hypothermie, rigidité cutanée, en bref un tableau de mort clinique apparente que le plus doué des médecins aurait bien du mal à déjouer sans une batterie d’examens médicaux prouvant le contraire (électrocardiogramme, électroencéphalogramme, etc…). En effet, sous l’effet de la tétrodotoxine, la peau, parcourue par des terminaisons nerveuses, perd son élasticité, sa sensibilité et se raidit. Son raidissement prédomine aux membres supérieurs et inférieurs qui se contractent. La contraction des ramifications du nerf facial empêche les lèvres de se mouvoir et les fige dans un rictus qui évoque le masque mortuaire. Le patient sombre dans le coma,  état d’inconscience au cours duquel un malade ne répond plus aux stimuli extérieurs. Le ralentissement excessif du flux sanguin inhérent à la raideur cutanée entraine une réaction hypodermique du tissu épithélial. Le corps de la victime se glace. Le rythme cardiaque chute jusqu’à devenir imperceptible et une longue apnée respiratoire vient compléter le tableau. Si la dose absorbée n’est pas mortelle, cet état est réversible, permettant le réveil de notre mort vivant. La poudre de zombie haïtienne est donc composée des organes principaux du poisson globe contenant la neurotoxine séchés et réduits en poudre et d’une pincée de poudre aux yeux pour égarer le curieux…

Avec la tétrodotoxine utilisée pour provoquer l’état de mort apparente de la victime, sont administrés des alcaloïdes, drogues extraites du datura (ou concombre zombie) que nous connaissons bien, pour provoquer l’effacement de sa personnalité et sa soumission à des tiers par désorientation spatio-temporelle, amnésie, hallucinations cauchemardesques visuelles et auditives. La victime du datura ne reconnaît plus ses proches et semble vouloir toujours attraper des objets imaginaires. Enfin, ses pupilles sont dilatées et n’arrivent plus à se contracter à la lumière.

L'emprise des TénèbresDans le contexte haïtien, ce mélange tétrodotoxine, inhumation rapide, puis datura sont les substances responsables du processus de zombification, soumission chimique, arme absolue de l’esclavagisme. Cette découverte découle de la rencontre de Wade Davis, anthropologue  Canadien, avec le premier Ati national, Max Beauvoir, également biologiste formé aux États-Unis d’Amérique, dans les années 80. Le film de Wes Craven, extrait romancé de la recherche de Wade Davis libellé en anglais : The Serpent and the Rainbow, est en ce sens très proche de cette perception de la réalité. Son affiche française est d’ailleurs titrée : Emprise des ténèbres.

Comme en Haïti où la zombification semble se trouver sur le point d’être récupérée comme instrument de revendication envers l’État par la paysannerie, interlocuteur politique méconnu et sans cesse infantilisé, pour faire la démonstration de sa crédibilité et de sa puissance comme acteur politique compétent, les Zombies Walk actuelles semblent un instrument de revendication envers l’état pour une jeunesse, interlocuteur politique méconnu et sans cesse lui aussi infantilisé, pour démontrer qu’elle est crédible et qu’elle est un acteur politique qu’il ne faut pas négliger.

 

 

 

Auteur

Mary

Mère de 2 enfants, passionnée de survie, experte en techniques de combat de spray et en maniement de seringue, se dresse contre la bêtise, l'égocentrisme, et... les zombies, parce que, sans déconner, July a raison, ça va nous tomber dessus !

Articles relatifs

4 Commentaires

  1. Un vrai bonne article, c’est rare pour être signalé! :smile:

    • Les bonnes choses de la vie sont rares. Fais toi plaisir ! Enjoy :lol:

  2. Très constructif ce commentaire…

  3. Il manque la définition du Zombi moderne qui le devient avec tout ce qu’il rencontre dans son environnement :
    Intox des Médias,Médicaments,Drogue(pléonasme…),Alimentation pourrie,Air pourri,Eau pourrie,Aliénation des autres (et de soi…)….
    Le Zombie moderne, qui le sera complètement avec le Transhumanisme,marquera la fin de l’Humanité !
    Mais la Terre continura de tourner , et si çà arrive avant qu’on ait complètement bousillé la Biodiversité, la Vie continuera son cours avec le Monde sauvage….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*