Le Zombie Nazi

Attention : Je ne suis pas l’auteur de cet article. L’auteur de cette article est Lestat. Il l’a rédigé le 02/01/2005 sur ce lien Krinein. Il est dans son état original et n’a pas été modifié. Je voulais vous faire profiter de ses articles qui sont vraiment exceptionnels et très enrichissants!

Shock WaveLe film de Mort Vivant s’est au fur et à mesure doté de plusieurs variantes. La fibre comique, la fibre gore, la fibre pathétique… On peut clairement dire que le genre passe du rire aux larmes. Même si il serait intéressant de tous les citer, de décortiquer au passage des réalisateurs comme Bob Clark ou Dan O’Bannon et des films tels que Simetierre, Moi Zombie Chronique d’une douleur ou Flic ou Zombie, il est préférable de sa cantonner à un sous-genre en particulier, soit ici l’étrange cas du Zombie Nazi. Qu’on se rassure, une appellation qui dans le cas présent ne sert qu’à montrer des Morts Vivants en uniforme.
Difficile de dire si le Zombie Nazi est ou non un sous-genre à part entière, tant ses représentants se comptent sur les doigts de la main. Tentative efficace de renouveler le mythe, le Nazisme était le parallèle rêvé pour définir une nouvelle symbolique du mal. A mille lieux des délires glauques et nauséeux du mouvement Nazisploitation, les quelques films de Zombies Nazis existant apportent un indéniable lot de fraîcheur à un genre en train de se cloisonner. Pour le meilleur et pour le pire, hélas. On ne reviendra pas sur l’Abîme des Morts Vivants et le Lac des Morts Vivants, qui tout en étant parmi les rares membres de cette catégorie, en sont sans doutes les moins glorieux.
Durant les années 40, les scénaristes aimaient déjà à introduire dans leurs histoires des savants allemands se construisant une armée immortelle pour le compte de la Wehrmacht, petit artifice pour apporter un peu d’originalité dans la vague Vaudou. Sans doutes les prémices du Zombie Nazi, avec des films tels que King of Zombies en 1941 ou Revenge of the Zombies en 1943. Un remous qui n’aura semble t’il pas perduré. Il faudra attendre les années 70 pour voir apparaître sans doute le film phare de cette catégorie, j’ai nommé Shock Waves en 1970. Réalisé par Ken Wiederhorn, qui plus tard s’attaquera au Retour des Morts Vivants 2, Shock Waves, retiré chez nous d’un bien nanar Le Commando des Morts Vivants, nous fait suivre les mésaventures d’une équipe de naufragés, perdu sur une île où se promène un commando de Zombies créés par l’armée allemande.

Qu’on ne s’y méprenne pas, malgré son sujet à la limite du dadaïsme, Shock Waves est une série B efficace tout ce qu’il y a de plus sérieuse, nantis de la présence de deux vieux routiers du genre, j’ai nommé John Carradine et Peter Cushing. Ambiance incertaine et scènes inoubliables caractérisent ce film longtemps perdu à visionner d’urgence. Depuis Shock Waves, mis à part les pitreries de Rollin et Franco, et bien… rien. Rien jusqu’à ce que Brian Yuzna s’intéresse en 2004 à un petit film hollandais : Worst Case Scenario. La bande annonce donne le ton : des Allemands bedonnants mangent des saucisses sur une plage tandis que l’on nous diffuse des images d’archives ponctuées de commentaires aussi revanchards que “ils ont envahi notre pays” ou “ils nous ont volé notre coupe du monde”. Pour finir nous voyons des Morts Vivants au design cyborg, en uniforme de l’armée allemande, sortir de l’eau pour débarquer. On pourra trouver que ce film ne respire pas le bon goût, ça n’empêche pas d’être curieux de voir le résultat…

Auteur

Admin

.................................... Fondatrice de Zombies World .................................. Armes préférées : la tronçonneuse qui tâche et la cuvette des toilettes !

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*