BD Culture Z Papiers — 11 novembre 2012
Les 7 Survivants

Scénario : Luca Blengino
Dessin : Denys
Couleurs : Delf
Dialogues : Luca Blengino et David Chauvel

Édition : Delcourt
Nombre de pages :
64
Nombre de tomes : 1 (appartient à une série de 7×2 albums, dont ce seul  tome sur les zombies)
Genre : Zombie, Science-Fiction, Anticipation, Huis-clos
Date de parution : 18 mai 2011
Prix conseillé : 14, 95€

  

 

Synopsis

Le récit se passe dans les Alpes françaises, lors d’une tempête de neige très violente. Plusieurs voitures entrent dans un tunnel (un neurologue célèbre accompagné par sa femme et son frère, non loin derrière un policier des stups poursuivant un couple de dangereux criminels toxicos). Tous ses personnages l’ignorent mais ils se dirigent vers un piège infernal qui les mène à leurs cauchemars les plus inavouables. Vont-ils s’en sortir ? Pourquoi sont-ils là ? Allez savoir ils ont peut être un destin en commun ou alors leur rencontre est dûe au hasard.

 

Avis

Les Sept Survivants  est le premier opus de la seconde saison de la série 7. Chaque saison se compose de 7 récits indépendants avec à chaque fois un scénariste et un dessinateur différents. La seconde saison s’est terminée avec Les Sept pistoleros, récit sorti le 5 septembre 2012. Ce concept est à l’initiative d’un homme, David Chauve, qui souhaitait rendre l’hommage au septième art et à des films comme Les Sept Samouraïs ou  Les Sept Mercenaires.

Un ouvrage qui mélange les zombies et la science-fiction. L’atmosphère mystérieuse d’un lieu qui semble être vivant et qui renferme un secret, apporte une touche innovante. Les zombies sont présents mais nous ne sommes pas dans le cas d’une apocalypse zombie, ils sont dans un espace clos. Le scénario est original et conserve un suspense jusqu’au bout. En tant que lecteur, on se demande d’où vient le mystérieux phénomène qui entoure les personnages. Peut-être cela vous rassurera-t-il de vous dire que ces pauvres survivants ne semblent pas plus comprendre ce qui leur arrive et ne comprennent pas où ils sont.

Même si le mélange est agréable car il perturbe un peu nos habitudes zombiesques, il est parfois un peu maladroit. La fin est décevante car elle est un peu attendue et elle arrive un peu trop rapidement. De plus parfois le passage d’un groupe de personnages à l’autre est un peu confus au début et on se perd un peu, ce qui rompt l’immersion du récit.

Les différents groupes de personnages sont sympathiques, mais pas très charismatiques. Le manque d’immersion là encore nous empêche d’être en harmonie avec les personnages. Nous avons du mal à souffrir ou compatir pour eux. Les personnages sont nombreux et par conséquent n’ont pas le temps d’être très approfondis, c’est dommage. L’aventure prend le dessus au dépend du reste.

Le problème le plus important est surement le décalage entre le graphisme et le scénario. En effet, l’histoire se veut originale et moderne et pour la développer, il y a beaucoup de discours. Les bulles sont nombreuses et denses. C’est à la fois une bonne chose car nous avons une bande dessinée qui est plus axée sur le récit et c’est ce qui fait la force du titre. Cependant cette abondance permet de compenser le dessin qui n’est pas à la hauteur et qui ne réussit pas à nous faire adhérer à l’univers que les deux auteurs proposent.

Il est vrai que le goût pour le graphisme est subjectif. Cependant il semble qu’ici il soit trop simpliste. Les décors sont trop épurés. La narration se passe dans un tunnel mais malgré tout il manque d’ornements inquiétants. Le dégradé de marrons/ocres/sépia qui traverse l’album est agaçant car il ne permet pas de mettre en place une ambiance angoissante. En toute circonstance nous avons un fond neutre marron qui n’inspire pas la peur ni le dégoût.

En ce qui concerne les zombies, heureusement que le récit nous apprend qu’ils doivent être menaçants car il est difficile de le croire. Quelques scènes de violence bien senties où le sang jaillit permettent de mettre en avant la menace qui rôde. Malheureusement ces cases sont trop rares. Dommage encore car nous finissons le récit avec un sentiment de frustration. Ça aurait pu être bien, mais beaucoup d’éléments graphiques vont à l’essentiel sans nous permettre d’adhérer à l’univers entraperçu.

En bref

La série des 7 est connue pour être de qualité. Les 7 survivants sont peut être une exception. Il y a de bonnes idées scénaristiques, cependant le duo auteur/dessinateur n’est probablement pas homogène car il y a véritablement un décalage entre les deux qui empêche d’adhérer totalement à l’histoire.
Un bon récit avec malgré tout, une fin décevante et un graphisme beaucoup trop épuré et monochrome

.

note5

Auteur

sherane

Chroniqueuse bande-dessinée, comics, manga, livre ... et plus généralement tout ce qui se dévore.

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*