Culture Z Livres Papiers — 05 décembre 2013
«Les Errants» Tome 1 Origine de Denis Labbé Editions du Chat Noir

De recueils de nouvelles en romans, Denis Labbé, enseignant avesnois, se lance dans une trilogie pour jeunes adultes : « Les Errants »

Auteur : Denis Labbé
Illustrateur : Jérémie Fleury
Éditeur : Éditions du Chat Noir
Pages : 286 pages

Synopsis

Que faire quand on est une adolescente et que le monde s’écroule autour de soi ?

C’est la question qui se pose à Marion, seize ans, que rien ne préparait à une telle catastrophe. Lors d’un voyage scolaire au camp de travail du Struthof, certains de ses camarades et de ses professeurs sont frappés par un mal étrange.

Alors que l’épidémie se répand, elle essaie d’y échapper, en compagnie d’un groupe d’amis rescapés. Mais sans l’aide d’adultes, la tâche va s’avérer délicate et la vie en communauté pas si aisée que cela.

 

Voici l’interview d’Hélène Harbonnier :

– D’où viennent ces Errants ?

« Je regardais The Walking Dead… J’ai eu envie d’une histoire de zombies à l’opposé des Américains, à la française, sans les supermarchés qui regorgent d’armes, les entraînements des groupes survivalistes, sans ce désir d’en découdre. Le récit est centré sur les relations humaines entre des adolescents qui doivent survivre sans adultes, ce qui est certainement plus difficile que d’échapper à des zombies qui traînent les pieds. Et cela dans les Vosges, dans un milieu un peu éprouvant lorsqu’on est à pied et qui n’offre pas de cachettes susceptibles de se protéger et de se nourrir. J’ai, volontairement, pour ce premier tome, évité le cadre urbain. Ce qui va changer pour le suivant. Je peux aussi ajouter que le but n’est pas de tuer du zombie à chaque page. Certes, il y a des combats, mais nous n’avons pas affaire à une bande de tueurs, plutôt à des adolescents qui souhaitent survivre et retrouver leurs parents. »

– Votre point de départ : une sortie scolaire au Struthof…

« Je suis originaire de Lorraine et j’ai visité ce camp de concentration lorsque j’étais plus jeune. J’en conserve un souvenir angoissant. Il y règne une atmosphère poignante, que chaque visiteur ressent. Je voulais retrouver mes racines, ce que j’avais éprouvé en allant là-bas. En replongeant dans cette région qui m’a vu grandir, je pense avoir puisé aux sources de mon désir d’écrire. »

– Vos errants véhiculent-ils un message d’ordre moral ?

« Évidemment. Ils sont le reflet de ce que l’Histoire a pu générer comme horreurs, mais aussi d’un présent à la mémoire courte. Lorsque l’armée maintient les malades dans l’enceinte du camp, elle ne fait que répéter les méfaits des Nazis. En même temps, les errants sont une image de notre société consumériste, capable de générer des comportements répétitifs et imbéciles. Les autorités sont dépassées parce qu’elles ne peuvent pas faire face à un imprévu et que les gens ne pensent qu’à leur propre peau, entraînant une prolifération du virus. »

– Pourquoi avoir écrit pour les jeunes adultes ?

« Cécile Guillot, du Chat noir, cherchait des romans dans ce registre. Je lui ai proposé d’adapter une série que j’avais commencé à écrire pour les adultes. Mon héroïne est une fille de 16 ans, à l’opposé de ce que je suis. C’était un challenge… Cinq personnages sont inspirés de mes élèves. Il y a beaucoup de clins d’œil à des films ou livres d’horreur, dont les ados sont friands. En ce qui me concerne, je vais vous étonner : les films de zombies me font peur. Je préfère de loin les pastiches que sont Shaun of the Dead et Zombieland qui effraient et font rire en même temps… En tout cas, cette série m’a donné envie de continuer dans la même voie, tout en poursuivant mes projets pour adultes : la série Wolveric, deux romans de SF, un de fantastique, et l’écriture de nouvelles. »

Source : La Voix du Nord

Auteur

Mary

Mère de 2 enfants, passionnée de survie, experte en techniques de combat de spray et en maniement de seringue, se dresse contre la bêtise, l'égocentrisme, et... les zombies, parce que, sans déconner, July a raison, ça va nous tomber dessus !

Articles relatifs

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*