Culture Z Livres Papiers — 05 mai 2012
Les Faucheurs sont les Anges : La critique

Titre :  Les Faucheurs sont les Anges (The Reapers are the Angels)

Auteur : Alden Bell

Éditeur : Bragelonne

Collection : Fantastique
Support : Livre format broché
Date de sortie : 20 avril 2012
Prix éditeur : 18€

 

Synopsis

Temple n’a aucun souvenir du monde avant la chute. Son univers : une Amérique désolée, envahie par des hordes de zombies, où ce qu’il reste de l’humanité se terre dans des camps retranchés. Temple a quinze ans, mais le temps de l’innocence est depuis longtemps révolu. Elle est seule face à la nature, à ses miracles et à sa sauvagerie. Et derrière elle, immuable, se profile l’ombre de l’homme qui a juré de la tuer. Si ses jours sont comptés, Temple est bien décidée à profiter de ce que la vie peut encore lui offrir, et à découvrir ce que dissimule l’horizon.

 

Avis

Je ne serais pas surpris de voir les avis diverger sur ce livre.

Ceux qui sont à la recherche d’ouvrages classiques d’horreur conventionnelle seront déçus. C’est en effet un livre difficile à classer. Ce n’est pas de la pure horreur, ni du thriller calculé, ni de la fiction classique, c’est… ?

Au début du livre, Temple vit seule sur une île, isolée dans un phare, faisant de la pêche son quotidien. L’auteur nous dresse alors un rapide portrait du monde apocalyptique dans lequel Temple doit survivre. On ne nous explique jamais vraiment comment l’apocalypse est arrivée, ce qui peut faire penser à l’ambiance d’Apocalypse zombie de Jonathan Maberry (ndlr : prochainement chroniqué sur ZW). Nous savons que Temple est née alors que ce monde dévasté était déjà bien installé. De ce fait, nous comprenons ses sentiments désolés, sa rudesse, sa capacité à se débrouiller et aussi son langage peu sophistiqué. Temple est également un personnage difficile à cerner, qui n’hésite pas à tuer zombies et humains, quand cela paraît nécessaire.

Elle partira à la recherche d’un endroit sécurisé pour aspirer au bonheur, comme la plupart des survivants qu’elle rencontre dans l’apocalypse. On ne peut s’empêcher de penser à La Route de Cormac McCarthy. Les zombies, mangeurs de chair, sont bien décrits sans être toutefois les personnages principaux. Les protagonistes sont forts et réalistes, leur motivation a un sens, ce qui donne au livre un caractère intense.

Vous pourrez cependant être perturbé/e par l’absence de tirets au début des dialogues et l’emploi du présent qui, bien que destiné à donner un rythme vivant au récit, apparaît comme une facilité d’écriture.

Les dialogues simples et sans sophistication, servant à nous montrer le manque d’éducation, deviennent irritants et franchissent le pas du cliché au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture.Pour ma part, je n’ai pas adhéré à l’intrigue de l’homme qui s’est mis en tête de la tuer. Je vous laisse en découvrir la raison et je ne comprends pas qu’un gars souhaite se venger d’une gamine, alors que chaque jour il doit penser à survivre (surtout pour la raison).

C’est un livre destiné au jeune public, bien que les leçons de morale y sont difficiles à appréhender par moment.

Malgré tout, Bell a choisi ses mots avec précision et attention pour nous conter l’histoire de Temple. La jeune fille nous fait voyager à travers le pire de l’humanité pour nous montrer, à la fin, que ce qui importe c’est ce que nous avons au fond de nous.

Je vous conseille donc de vous laisser guider par Alden Bell et Temple dans cette aventure que vous n’oublierez pas.

note7

 

 

Auteur

charette1796

Bonjour, Je suis fan de zombies depuis les années 80 (j'ai 41 ans !) J'ai découvert votre site par hasard et je tiens à vous féliciter pour son contenu complet et actualisé. Bravo

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*