Comics Culture Z Papiers — 31 mars 2013
Lust for Life de Larry Castillo, la chronique!

Titre : Lust for life

Auteur: Larry Castillo

Dessinateur: Larry Castillo

Éditeur: Galaxie comics

Nb de pages: 26

Prix: 16,50 euros

 

 

C’est un OVNI qui a débarqué dans les bacs de Galaxie Comics en février 2013. Rien de ce que j’avais pu lire ne m’avait préparé à ce délire visuel.

 

Synopsis

A une époque indéterminée mais qui pourrait être la nôtre, à un endroit indéterminé mais où l’on parle flamand et français, un groupe de scientifiques et un gouvernement plutôt tordu se mettent en tête de créer une société parfaite en procédant à un génocide. Ça serait pas super marrant de tuer tout le monde d’un coup !? Alors ils optent finalement pour un gaz qui transforme les individus en mangeur de chair fraîche.

Si on ajoute à ça, un tueur psychopathe, mais beau gosse, affublé d’une puce dans le cerveau et d’un berger allemand qui se transforme en pin-up bleue; on se dit qu’il y a des auteurs qui usent de substances illicites dans le monde merveilleux de la BD . On finit le mix par un groupe d’irréductibles (constitués de Walter, gros bras et petit débardeur, Kelly, rouquine à gros seins et Jung Ho, le conducteur de bus providentiel) qui a décidé de prendre les armes.

 Avis:

L’histoire reprend les codes des aventures Z. Les dessins et le rythme dynamitent le tout.

 Ça va vite, très vite au point que je me suis demandé si je n’avais pas loupé un épisode.

On dévore des yeux ce comics à la première lecture ; on le lit vraiment à la deuxième. Il faut se laisser porter par le flot sans chercher de logique sinon….on se noie. Cela manque un peu de « respiration » et de psychologie des personnages mais tout est dans le style.

 Le mélange de style militaire et délire sous acide prendra…ou pas. Allez savoir pourquoi, j’ai préféré la partie délire.

 Bref, passons aux dessins maintenant. On sent un vrai talent dans les coups de crayons de Larry Castillo, même si je me suis dit qu’il était un grand artiste en devenir et que ses illustrations pouvaient encore s’améliorer. Il en a sous le pied comme on dit.

Je mettrais juste un petit bémol (bon parce que c’est mon taf quand même) sur les scènes où les personnages se battent. Il manque un peu de fluidité, mais comme c’est le plus dur à dessiner, on lui pardonne !

J’aime beaucoup sa vision des femmes, toujours voluptueuses et super sexy, surtout dans les situations les moins avantageuses. Alors j’entends d’ici les pro-féministes qui diront « Ouai elles sont habillées ras la confiance et font toutes un 95D ! ». Ce à quoi je répondrais « Oui et alors ? Tes jalouse ? ». Après tout, les bimbos aussi ont le droit de survivre et une grosse paire de seins peut s’avérer très utile en cas de fin du monde.

Là où je suis moins cliente, c’est la colorisation. Les couleurs sont, à mon goût, beaucoup trop criardes, pas toujours bien choisies et agencées en dépit des règles élémentaires. C’est peut être voulu et tous les goûts sont dans la nature mais je préfère très largement le travaille de M.Castillo en noir et blanc.

 En conclusion, c’est un objet hors catégorie que vous avez ici. Il a trouvé bonne place dans ma biblio, je le conseil pour la votre. On espère une suite… vite !

 

 note8

 

Auteur

july

Mère de famille nombreuse, experte en technique de combat de rues, maniement du sabre et vannes pourries, se dressant contre la futur menace zombie....parce que sans déconner ça finira bien par nous tomber dessus...hein?!

Articles relatifs

2 Commentaires

  1. Petite corrections, l’ouvrage fait en fait 56 pages et non pas 26…Que du bonheur!

  2. Pingback: Larry Castillo en dédicace à la Cantada le 23 août!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*