Culture Z Papiers — 17 novembre 2013
Metaluna, le mag, l’ultime!!!

J’ai envie de crier Metaluna, mon amour! Je vais pas vous la jouer afficonados de la première heure en mode “Mais quoi tu connais pas Metaluna? Non mais allo quoi!”…heu…désolée ça risque de pas être ma seule vanne pourrie de l’article mais vous avez l’habitude. Donc voilà, un matin béni chez mon libraire, je ne savais pas quoi prendre pour égayer un dimanche pluvieux cerné par ma horde de mômes braillants et puis….mon regard se porte sur un mag estampillé Cinock’n'roll. De quoi être interpeller vous en conviendrez! Puis c’est le gros délire, personne pour comprendre pourquoi je me bidonne de rire à chaque page et pourquoi je pousse de petits cris entendus, genre “Ha merde, je savais pas ça!”. Et pourtant je suis une grosse blasée de nature.

Créer par Jean-Pierre Putters et Rurik Sallé aidés de pas mal de collaborateurs au talent fou et à l’implication sans faille ainsi que des “agents du désordre” . Magazine traitant autant de ciné que de rock que de BD, d’humour (pas toujours de très bon goût j’en conviens mais c’est celui que je préfère!) et d’un melting pot de tout ce qui touche à la culture Bis en général. Tout y est: des couvertures au charme gore, des articles déjantés, des veilles jaquettes de VHS, et des vrais articles de fond.

Les sujets abordés surfent à la fois sur l’actu mais ne délaisse pas les classiques pour autant. Pas un mag de vendu donc pas de pubs lourdingues toutes les 4 pages. Ce qui repose les yeux, j’ai feuilleté le petit bijou deux fois lors de mon premier achat pour trouver une fille en maillot de bain qui vendrait du yaourt ou des montres mais rien, de rien. Juste de belles images comme on en voit bien peu ces temps-ci et des affiches old school très..old school!  82 pages, c’est peu cependant il vous faudra un peu de temps pour en venir à bout car la chose se savoure et on revient plusieurs fois sur tel ou tel article.

Alors si c’est si génial pourquoi on vous a pas parlé avant, me direz-vous? Ben déjà parce que je viens de vous dire que je l’avais découvert tard! Mais surtout car j’attendais qu’ils nous servent du zombies de façon conséquente et je n’ai pas été déçue. Car au menu du numéro 4 (sept/oct) et du numéro 5 (nov/dec) ben du zomblard y’en a et pas qu’un peu!

Dans le dossier “la grande illusion” on suit la construction pas à pas d’un monstre-zombie et autres maquillages plus dégueux que nature. On ne parle pas ici d’un maquillage comme on en fait pour la zombie walk mais bien d’un travail titanesque de Carlos Diamantine (Zombie Massacre 2013). L’article est illustré avec des photos qui n’épargnent rien à vos mirettes et une explication pour chaque étape. Dans le numéro quivant, fin de l’article et interview de l’artiste.

A noter aussi un dossier “Krrish & films de zombies indiens” où l’on peut trouver des titres familiers tel que Go Goa Gone, que l’on avait chroniqué. 

D’un point de vue personnel, je voulais leur remettre un bisou-spécial-trop-merci pour la double page “L’étalon italien, Stallone parti en partouze” qui est un des films qui me fait le plus rire au monde! Des articles sur Dario Argento dont on attend les Dracula3D et Eli Roth dans l’enfer de la jungle cannibale.

Le magazine s’agrémente même d’un web-télé, Distorsion, que vous pouvez trouver sur le site Metaluna.

Et également d’un shop parisien Metaluna Store siuté au 7 rue Dante dans le 5eme. On vous conseil vivement d’y faire un tour, l’endroit à lui seul vaut le détour. Vous pouvez aussi suivre leur actu et leurs conseils sur leur page facebook.

Auteur

july

Mère de famille nombreuse, experte en technique de combat de rues, maniement du sabre et vannes pourries, se dressant contre la futur menace zombie....parce que sans déconner ça finira bien par nous tomber dessus...hein?!

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*