Mort et Vif Papiers Projets — 23 juin 2013
Mort et Vif – Tome I – Chapitre 13

mort et vif

Page Facebook

Toutes les publications Mort et Vif

 

 

 

Je lui prépare un vrai repas, son dernier repas. Il ne va pas très bien, il ne maintient plus sa tête correctement. Je lui dis que c’est l’effet du médicament, que tout est normal. Nous dînons, tranquillement. Je le vois s’éteindre petit à petit et fini par lui faire ingurgiter la potion du capitaine.

Il tombe, je m’équipe.

Quelques instants plus tard, il grogne. Je place la hache comme à l’accoutumée, puis je fais le travail. La tristesse m’envahit. Je me demande si je n’aurais pas dû partir avec lui. A l’heure qu’il est, on serait très certainement arrivé sur le continent. Ne pas regretter ses choix. J’ai fais ce qui me semblait le plus viable. Ne jamais renier le contexte, l’instant, les circonstances. Nos choix dépendent tellement d’eux.

J’empaquète un maximum de provisions dans un gros sac de sport ainsi qu’un petit sac à dos. Je m’équipe de ma combinaison. Je l’appelle dorénavant mon armure tant elle protège à merveille. Je me suis confectionné une anse spéciale pour la hache que je m’accroche au dos. Une petite sangle saute en un instant et fait pivoter la hache dans ma main en un rien de temps si nécessaire. Le sabre est le long de la botte de droite, le couteau à ma main gauche. Je ne conçois plus de ne porter aucune arme en main à présent. Ma sécurité, c’est tout ce qui compte.

J’ai récupéré les clés de l’hélicoptère. Je dis un dernier adieu à cet endroit. Sur le trajet qui mène au petit héliport, les crépitements des flammes accompagnent les grincements de métal de la plate-forme qui s’affaisse, tel des claquements de dents accompagnant des pleurs. Je crois que j’ai rempli tous les objectifs que je m’étais fixé. Tous les mort-vifs de la plate-forme ont été exterminés. Je me suis équipé pour affronter le pire. J’ai pu communiquer avec l’extérieur et bientôt, je vais enfin quitter cet enfer.

Je prends place au poste de pilotage. La combinaison me gène dans mes mouvements mais une fois assis, elle me maintient d’avantage. Je me répète inlassablement les conseils de Liccha. Et l’hélicoptère décolle. Difficilement, mais il décolle. C’est amusant de perdre pied. Je souris. Maintenant je peux me l’avouer, mon plan aura été un franc-succès. L’égo, toujours et encore. N’est-il finalement pas le meilleur ami de l’homme ?

De l’optimisme, que diable. Je cherche à embellir la situation tant que je peux. Je ne peux plus me permettre de me morfondre dans un délire de querelles cérébrales sur la condition humaine. Le monde a changé en une nuit et j’ai évolué avec lui. Rejoindre la terre-ferme est mon nouvel objectif. Mais une fois l’hélicoptère posé, où me rendrais-je ? Pas de famille ni d’ami à aller sauver, pas de femme qui m’attend. Personne.

Finalement, plus qu’une seule question m’interpelle : le monde a changé, mais à quoi ressemble t-il vraiment ?

Auteur

Michael Chevalier

Articles relatifs

2 Commentaires

  1. Super encore une foi de plus :D

  2. J’ai hâte de découvrir ce qu’il trouvera sur le continent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*