Comics Culture Z Interviews Papiers — 01 juin 2013
Nouvelle interview déjantée! Lisandru Ristorcelli auteur du terrible La Traînée Jaune!

 

 Bonsoir et bienvenue dans notre numéro spécial : Supers héros, on lève le voile ! Ici Sweetmouth qui vous parle pour notre journal web du Daily Planet. J’ai personnellement mené une investigation à travers le monde pour recueillir témoignages et confidences des personnes qui entourent ou connaissent le mieux les supers.

 

 

 

 Nous allons maintenant rencontré M. Lisandru Ristorcelli, le biographe officiel du super Traînée Jaune.

 “-Bonjour Lisandru ! Je viens de terminer votre biographie sur ce super et franchement, c’est super !

 Connaissez vous personnellement La Traînée Jaune depuis longtemps ou l’avez vous rencontrer lors de vos recherches pour ce livre ?

 -Bonjour, SweetMouth, c’est tellement super que j’ai décidé d’en faire le titre du second tome ! J’ai rencontré la Trainée Jaune plus ou moins par hasard, en fait. Je faisais des recherches sur le phénomène ovni, en remontant la piste d’un témoignage, je suis tombé sur lui naturellement. Les similitudes entre les pouvoirs de Filippu et les comportement des Ufos étaient plus qu’une coïncidence, c’était les mêmes ! Il ne me restait plus qu’à l’aborder et retenir son attention, j’ai repéré un trajet où il faisait ses allées et venues, je me suis déguisé en jeune fille et j’ai crié « au secours ! » sans résultat… Par contre le jour où j’ai crié « bière ! » il s’est arrêté net dans sa course, il m’a promis de répondre à toutes mes questions si j’amenais aussi des chips à nos prochaines entrevues. Fil est quelqu’un de très simple si on ne lui en demande pas trop, je dis ça sans crainte de représailles, car je sais qu’il ne nous lira pas, l’essentiel de ses lectures il les trouve dans le programme TV,

Dans votre livre, vous racontez comment comment Filippu a appris à maitriser ses pouvoirs. Nous savons maintenant grâce à vous d’où ils viennent mais sont-ils sans limites ? Comment apparaissent-ils ?

Les limites du pouvoir de la Traînée Jaune sont d’abord posées par ses capacités intellectuelles, bien maîtrisés ils pourraient être quasi infinis en effet, c’est ce qu’essaie d’expliquer le personnage de l’archiviste à son Sidequick (page 25 et 26 ). Il semble que Fil est capable d’imiter tous les comportement ovnis ; accélération brutales, dématérialisations, rafales d’énergie… J’espère développer ça dans les prochains volumes qui lui seront consacrés, dans le second à paraître, on en apprend déjà un peu plus, sur la permanence de ses super capacités,

 On sent que son histoire d’amour avec cette jeune trai…pardon femme est en quelque sorte à l’origine de sa décision d’être un sur-homme. Reviendra-elle vers lui ?

 Au départ, Fil ne voit ses super pouvoirs que comme un moyen d’éblouir sa fiancée, leur histoire commune est loin d’être terminée. Fil et Fiona s’attirent et se repoussent. Elle est fière, carriériste et ambitieuse, prête à tout pour arriver à ses fins, tout le contraire de lui, mais c’est ce que j’aime chez elle. Elle a un rôle bien plus important dans les événements à venir. Fiona est fascinante, elle mériterait sa propre biographie, seulement elle ne se laissera pas amadouer par des chips et de la bière, peut être que du champagne et des toasts au caviar feront mieux l’affaire.

 Le spots de pub, le film et autres produits sur la Traînée Jaune ont-ils tous été fait avec votre accord, à défaut du sien? Entant que spécialiste vous devez être très sollicité….N’avez-vous pas envie de réaliser vous même un film ou autre ?

 En fait, les spots de pub, ont étés réalisés par Ted Grey, un autre grand spécialiste des supers héros,le film lui a déjà été réalisé par les productions Ghjucuccu. Ceci dit, j’ai utilisé mes ressources de story-boarder dans le découpage, et la mise en scène, j’espère que cette intention est visible.

 N’est-ce pas trop dur de garder une indépendance de ton dans vos écrits avec tout la pression qu’il y a autour du sujet ?

 Par bonheur, mon éditeur m’encourage à ce genre d’exercice et ne me met aucune pression. Je n’ai de compte à rendre qu’au lecteur, mais c’est un vrai plaisir, je suis conscient de cette liberté de ton et du privilège que j’ai de pouvoir raconter de cette façon, mais je ne ferai pas de BD sans cette condition.

 Vous avez eu une très bonne idée de mettre des dessins dans vos recherches. Vous êtes très doué d’ailleurs. Comment avez-vous appris cela ? A moins que ça ne soit ça, votre super pouvoir à vous ?

 D’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours dessiné, par contre, envisager le dessin sans narration m’est quasi impossible, alors disons que c’est un super pouvoir, que j’ai appris à contrôler.

 Pourquoi avoir choisi de mettre quelques pages en couleur au milieu de tout ce gris ? Voulez-vous insinuer que notre monde est gris et que les autres dimensions sont des explosions de couleurs ? Vous ne faites pas la propagande de l’exil inter-stellaire quand même ?

 Tout est en gris, pour accentuer le côté « roman graphique » de l’ensemble, je trouvais rigolo de faire un bouquin noir et blanc avec une couleur dans le nom du titre, mais comme je m’étais défié de couvrir tout les thèmes super héroques à travers l’histoire de Fil, je me devais d’aborder cet aspect graphique. L’occasion c’est présentée dans le récit, je l’ai saisie, cyclope lui même dit à l’issue du premier film des X-men, « J’ai un créneau, je le prend ! ».

 J’ai particulièrement aimé la double page de combat avec le Docteur Cyber. Comment vous ai venu cette idée ?

 Comme tous les codes du combat à super vitesse ont déjà été explorés, via les ersatz insignifiant de plagistes de la Traînée Jaune que sont Flash, Quicksilver, Makari et autre Lightray. Je me devait de trouver ma propre méthode de représentation, de plus la surenchère narrative et démonstrative que je me suis imposé à l’instar des maitres Kirby et Lee, m’a poussé naturellement dans ce sens.

 Comment trouvez vous les méchants de cette fabuleuse histoire ? Moi je les trouve très cruels et grossiers de surcroit.

 Ils le sont ! De vraies raclures de chiottes, tous !

 Pensez-vous que ces êtres supérieurs à qui il doit ses supers pouvoirs vont revenir lui prendre ? Pensez-vous qu’ils seraient capables de détruire la Terre pour parvenir à leur fin ?

 À la première question je répond dans le second tome, alors motus !

 Sinon oui ils seraient capables de détruire la terre sans remords. Qui dans l’univers irait s’apitoyer sur des individus qui passent leur temps à essayer de s’auto-détruire ? Ce serait presque leur rendre service, imaginez un peu de quoi l’humanité serait capable si elle se lançait à la conquête d’autres planètes ! ( voilà pour l’exil inter stellaire).

 Dans le tome 2, vous nous annoncez que Filippu sera aux prises avec des zombies. Comment sont-ils arrivés là ? Quelles sont leurs caractéristiques ? Courent-ils, sont-ils lents, sont-ils CONTAGIEUX ????

 Les zombies sont forcément lents en comparaison à Fil, ils arrivent dans le récit depuis que Filippu a prouvé qu’il était possible d’aller et revenir de l’au delà. Je tenais à raconter ce passage dans le double chapitre « Le train train de la Traînée Jaune » pour montrer au lecteur un peu du quotidien difficile d’un super héros.

Sinon, contagieux ? Pas la peine, la mort est inévitable et définitive, les défunts sont les plus nombreux et leur nombre ne cesse d’augmenter. Pluton, dieu des morts, veux dire « le riche » en grec, c’est sur cet aspect que j’ai ( à peine) abordé le thème zombie/invasion.

 

Quelles sont vos références en matière d’écrit ? Et d’illustrations ?

 Ouf ! Il y en a tellement ! J’essaie de leur rendre hommage dans l’album, Jack Kirby figure sur les billets de banque et Toto le Dino est un clin d’œil à certains persos de Corben, voilà pour mes deux principales idoles. Pour ce qui est de la narration, bien sûr, l’œuvre et la démarche de Stan et Jack restent ma référence, en toute modestie, je me sent parfois aussi influencé par des œuvres comme Love&Rocket de Jaime Hernandez, Monkeyman et O’brien de Art Adams, ou Next Wave de Ellis et Immonen.

 Pouvez-vous nous livrer en exclu une anecdote croustillante sur La Traînée Jaune ?

 Ahem, je ne sais pas si c’est bien correct de le dire ici, mais Fiona affirme qu’il baise comme un lapin !

 

Un grand merci à ce cher Lisandru que nous retrouverons bientôt pour la sortie de La Traînée Jaune tome 2 aux excellentes éditions Scutella, déjà en prévente et plus pour longtemps sur le site.

 

Petite biographie de Lisandru Ristorcelli. Un auteur qui a de l’humour…et pas qu’un peu!

Quel beau parcours qu’à fait Lisandru depuis ses débuts aux Beaux Arts d’Aix en Provence! je m’en souviens comme ci s’était hier, il était si mignon. Après un passage par l’Atelier de Sèvres puis aux Beaux Arts d’Angoulême (rien que ça!) et hop retour en Corse pour une maîtrise de d’Arts Appliquées. Le Monsieur en a dans la tête et dans les crayons!

Il exerce pleins de boulots entant qu’illustrateurs 2D et 3D et sont savoir faire comme Story-boarder n’est plus à prouver. la liste de ses talents est trop longue pour que je vous la fasse en entier….Il illustre même des couvertures de livres avec pas d’images dedans.

Puis il nous offre très gentiment des BD délirantes comme “Le redoutable escalator” sortie en 2009 chez Beaulet et bien sur l’inénarrable “La Traînée Jaune” chez  Scutella Editions en 2012 avec un nouveau tome à venir en Août 2013 !! Promis on vous en dit plus d’ici là!

 

 

 

Auteur

july

Mère de famille nombreuse, experte en technique de combat de rues, maniement du sabre et vannes pourries, se dressant contre la futur menace zombie....parce que sans déconner ça finira bien par nous tomber dessus...hein?!

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*