Films Vidéos — 25 septembre 2012
OSOMBIE : Mon ricain dans le désert

Vu à L’Étrange Festival 2012
Réalisation : John Lyde
Scénario : Kurt Hale
Genre :
Comédie, horreur, drame, guerre, action, nanar de luxe
Année : 2012
Durée : 1h40
Musique : Jimmy Schafer
Production : Paul Green, John Lyde
Casting : Corey Sevier, Eve Mauro, Jasen Wade
Format et nationalité : Long métrage américain (Utah…)
Langue : Anglais non sous-titré

 

 

L’histoire

Hum… le film diffusé à L’Étrange Festival, au Forum des Images au cours de la Nuit Zombie du samedi 8 au dimanche 9 septembre 2012 était en version américaine NON SOUS-TITRÉE. Je ne suis pas brillante en anglais – encore moins passé 4h du matin (oui car c’est le film qui a clos la nuit) – et j’avoue avoir parfois piqué du nez donc je vais essayer de faire au mieux :

Une équipe en infiltration vient à bout de la sécurité d’Osama Bin Laden et abat celui-ci d’une balle dans la tête. Mais alors que le corps est transporté par hélicoptère, survient une surprise non prévue sur le plan de vol…


Quelques années plus tard, une jeune femme se rend en Afghanistan, à la recherche de son frère. Elle est sauvée d’une attaque de talibans zombies par une équipe de forces spéciales de l’armée US ou de l’OTAN (presque la même chose… bref) suréquipée qui fait du nettoyage dans les dunes (ils semblent avoir une super mission… mais là zzzzZZZZZZzzzz… vous voyez ?). Pendant ce temps-là, le frangin recherché joue à Tintin en Asie Centrale. Il est obsédé par l’idée que Bin Laden serait revenu à la vie et qu’il aurait créé une armée de zombies terroristes.
Seek and destroy !!

Avis

Alors, alors. Par quoi commencer ? Ah oui, par le faux trailer Zombin Laden présenté à l’occasion du concours Panic Reverse organisé par Panic Cinéma l’an dernier. Rurik Sallé nous l’a bien expliqué pendant son speach durant la Nuit Zombie, l’équipe de tournage du court métrage a tenté de contacter les américains d’Osombie, qui ne leur répondent pas (plagiat ?).

Parce qu’Osombie effectivement, est un projet proposé sur Kickstarter de mars 2012 seulement. Il devait récolter 15.000$ et c’est presque le double au final qui leur a été donné !

Et ce budget, le voit-on à l’écran ? Eh bien… il faut croire qu’en Utah (l’État des USA remercié dans les crédits du générique… oui oui, à Zombies World on avait encore un œil ouvert à plus de 6h du matin…), il n’y a pas que des mormons. Il y a aussi la grande spécialité qu’est la collection de flingues ! La production doit avoir un copain ou une copine qui tient un surplus militaire, car tout le casting a été piocher dedans ! À l’image, ça donne une équipe de paramilitaires dépareillés, sans LA cohérence de costumes élémentaire. On s’est même demandé, Gotcha, Samou et moi, si certains acteurs n’étaient pas venus avec leurs propres jouets : la casquette élimée, la ceinture-qui-fait-pâlir-de-jalousie-Batman, la réplique de véritable mitraillette, etc.

Je suis déjà bien engagée, mais autant prévenir de suite, je n’ai pas compris l’intérêt de programmer ce film. Avalanche soporifique de clichés coloniaux et impérialistes, enfilement de scènes répétitives de fusillades de barbus en décomposition, vêtus vaguement à l’afghane, sans compter les invraisemblances esthétiques et scénaristiques (même en mission pendant des jours dans le désert, la femme militaire de la team a un teint de porcelaine et les yeux toujours chargés en eye-liner et mascara !! – c’était la minute minette de l’année), une photographie lumineuse et une netteté numérique de qualité ne parviennent pas à donner une véritable âme à ce film.

Sorte de délire entre potes qui s’éternise et a ramassé quelques sous, si quelques scènes bien nanars font sourire, notamment avec le héros, très vague ressemblance avec Colin Farrell, qui est tellement fort qu’il se sent plus à l’aise torse poil pour zigouiller du zombie avec son fusil à munitions illimitées (et croyez-moi, il va en user et surtout en abuser), d’autres mettent vraiment mal à l’aise : le frangin qui mène sa propre croisade tombe sur un gamin égaré dans des rochers. Ils ne se comprennent pas mais l’américain lui parle comme à un animal dénué d’intelligence, tout en ayant la bonté de lui offrir quelques M&M’s et de le remettre à sa famille, dans un élan paternaliste carrément gerbant…

 

En bref

Vaste plaisanterie qui se veut drôle comme une blague de fin de banquet (je suis cliente, mais faut pas pousser…), mais qui s’enlise dans un très premier degré qui finit par ne plus être qu’un film de soldats miliciens américains qui vont les mains libres mais pas propres dans un pays far far away (pardon, je m’égare. Ça doit être les dunes…) jouer aux cowboys génocidant les indiens. Il faut lui accorder sa qualité d’image, mais la réalisation et le scénario méritent vraiment qu’on passe son chemin.
Mais non, l’alibi ‘on tire sur des afghans oui, mais sur des afghans zombies !” ne fonctionne pas ici.

Aussi mauvais et répétitif qu’un médiocre tir aux pigeons sur smartphone.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

note3

 

 

Auteur

Bonne proto-geekette mais piètre survivante, j'ai néanmoins fait mien l'adage : "Un bon zombie est un zombie mort. Deux fois."

Articles relatifs

3 Commentaires

  1. Je trouve ca logique de tuer des Afghans Zombies… Ben oui, ils cherchent sans doute du carburant fossile… hum… *tousse tousse*

    • Et une arme de destruction massive ?

      • j’ai fais un bide… zombie-fossile… mouai je sais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*