Films Vidéos — 30 août 2012
PONTYPOOL : des voix sur les ondes

Réalisation et scénario : Bruce McDonald 

Format et nationalité : Long métrage canadien
Genre : Épouvante, horreur, thriller, suspense et huis-clos
Sortie canada: 6 septembre 2008 (Festival international du film de Toronto)
Sortie Française : 5 septembre 2010 (L’Étrange Festival)
Sortie dvd : 3 novembre 2010
Durée : 1h30
Casting : Stephen McHattie, Lisa Houle, Georgina Reilly 

 

Résumé (Allociné)

Pontypool, Ontario. Grant Mazzy, autrefois grande star de la radio nationale, se dirige, comme chaque matin à la station radio de la ville, situé dans le sous-sol de l’église. Il y rejoint Sydney, la productrice et Laurel, la standardiste. Mais en plein milieu de la matinée, des émeutes font rages dans la région : un terrible virus vient d’être relâché. L’équipe n’a pas le choix : rester dans le sous-sol et informer les populations.

Avis

Ce film, tiré du roman Pontypool Changes everything de Tony Gurgess, a été développé pendant 10 ans, avant de voir le jour à l’écran.

Ne vous attendez surtout pas à un film de zombies “classique” (ce sont déjà plus des infectés) ! Pas de jet d’hémoglobine à profusion, pas de grosse frayeur ! Le contexte du film est assez original puisqu’il se passe dans cette radio de Pontypool et mises à part quelques interventions de personnages extérieurs, c’est un huis clos.
Ici les horreurs que l’infection provoque s’imaginent plus quelles ne se voient ! Et c’est avec les interventions de Ken (un reporter météo de la radio), qui nous décrit ce qu’il voit, que l’on peut s’imaginer l’étendue des atrocités faites par les gens contaminés.

L’originalité de ce film tient aussi du fait qu’il n’y a pas d’infection par morsure, produits chimiques etc. Ici la propagation se fait par les mots ! Certains mots affectueux et le fait de buter sur un mot, de ne pas en comprendre entièrement le sens fait débuter l’infection. Les infectés cherchent ensuite des victimes, qu’elles repèrent au son de la voix, pour se « suicider » à l’intérieur…

Il y a aussi des moments un peu « absurdes », entre des chanteurs d’une sorte de spectacle, Lawrence d’Arabie, qui viennent chanter en direct (avec une enfant qui semble infectée) et une nécrologie en temps réel, avec les victimes du jour. Ces moments provoquent, pour les personnages comme pour nous, une sorte de malaise et/ou de rire jaune, ne sachant pas trop quoi en penser ! 

Stephen MCHattie, qui joue Grant Mazzy, a une voix et une interprétation de son personnage excellente ! Il joue très bien le « vieux briscard » blasé et provocant ! Il a roulé sa bosse dans une radio à l’échelle nationale pour se retrouver, après s’être fait virer, exilé dans une petite ville. Il aime questionner, choquer ses auditeurs et traiter de sujets équivoques. On peut d’ailleurs se demander si Grant Mazzy n’est pas lui-même à l’origine de tout avec un message qui passe au début du film, ainsi qu’au milieu, dans lequel il incite les gens à comprendre le sens des mots…

Pontypool m’a vraiment emballée du début à la fin ! Il arrive à surprendre, captiver, se questionner, angoisser sans être une superproduction! Je conseillerai toutefois fortement de voir le film en vostfr, pour ne pas manquer le gimmy trick du film (allez ! pour une fois, on fait un effort et on lit les sous-titres, c’est pour la bonne cause !) et afin de ne pas subir le doublage qui pour certains acteurs est un peu caricatural !

La fin du film force à réfléchir, car elle ne répond pas à toutes les questions que l’on peut se poser. Le médecin de la ville, c’est d’ailleurs devant son cabinet qu’a lieu le premier “rassemblement” d’infectés, fait un passage éclair dans la station de radio. Il a l’air de détenir des informations mais ne nous apprend finalement pas grand chose ni à nous, ni aux personnages. Frustrant. Mais c’est là tout le talent du film.

 

En bref

Pontypool un film intéressant, innovant ! À ne pas regarder pour voir une avalanche de zombies et de sang ! Mais pour la particularité de l’infection, pour le huis clos et pour se poser quelques questions car la fin nous laisse sur notre faim !
Une suite ?

 

 note9

Auteur

samou

Si vous me dîtes que vous n'avez pas de briquet, c'est décidé, jme barre !!!

Articles relatifs

3 Commentaires

  1. Ca donne envie !! Huis clos intéressant !!!

  2. Une des plus savoureuses productions qu’il m’ai été donné de voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*