Rapport n°1 – Le début de la fin

 

Chapitre 1.0

 

Rapport n°1 – Le début de la fin

 

Ça fait maintenant un mois que les premiers cas sont apparus à cause de ce p****n de Burger contaminé de ce p****n de fastfood (pour des raisons de législation je ne le nommerai pas, j’ai peur que le jour où quelqu’un lira ce journal, je me prenne un procès). Mais j’avoue que je donnerais beaucoup pour bouffer un burger, ça me changerait des conserves et des trucs sec que j’ai à me taper.

Pour ma part, je suis ce qu’on appelle couramment un Geek, même un gros Geek. Quand je ne taffais pas, j’occupais mon temps avec des jeux vidéo, des films et de temps en temps en bricolant et dessinant, histoire de faire marcher un peu mon imagination. On verra bien si tout ce temps passé sur les jeux de zombies et les films d’horreur me servira à quelque chose. En attendant je suis seul, un peu plus qu’avant. Tout ce que j’avais, c’était quelques potes qui doivent se balader les tripes à l’air en ce moment même. J’ai peur que ce journal soit le seul ami qu’il me reste pendant pas mal de temps. Ouais, je suis vraiment seul !

Assez parlé de moi ! J’ai décidé de tenir ce journal et de regrouper tout type de documents afin (on peut toujours rêver) de montrer ce qu’a été ma vie pendant que ces saloperies de bouffeurs occupaient la ville. Enfin je dis la ville mais en fait c’est plutôt le pays, vu que la dernière fois que les médias ont émis, même Paris était contaminée. Donc autant être franc avec moi-même, si la capitale est atteinte et que les militaires n’arrivent pas à résister, je doute fortement qu’ils se préoccupent beaucoup du reste du pays.

Jusque là les zombies (appelons-les comme ça) étaient contrôlés et exécutés mais les forces armées ont vite été submergées. Les combats ont commencé en centre-ville puis, lorsque les militaires ont compris qu’ils n’y arriveraient pas, ils se sont repliés vers les campagnes. Les combats ont vite cessé et les militaires ont foutu le camp. Bon l’avantage, c’est que la population du centre à diminué vu que les combats ont commencé là.

Une opération d’évacuation des survivants était prévue il y a quelques semaines à 6:00, pour ceux souhaitant partir. Certaines personnes parlaient de fuir, d’autres de rester chez eux… et moi ?

Eh bien moi, j’ai passé toute la nuit devant ma console de jeux pour gagner mon niveau sur Call of Duty. Résultat, je me suis couché à 4 heures du matin et je me suis réveillé à midi. La lumière ne fonctionnait plus. Ils avaient coupé le jus et j’avais loupé les hélicos d’évacuation. J’étais dans la merde mais au moins j’avais atteint le niveau 80 sur Call of. Et le pire dans tout cela, c’est que je ne ferais peut-être jamais les niveaux prestige.

Bref… C’est l’apocalypse ! Les rues sont bloquées par les bagnoles, les cadavres et tout un tas de merdier que les pillages ont engendré.

Au moment où j’écris ces lignes, un étrange silence règne dehors, de temps en temps perturbé par des cris mais plus souvent par les râles de ces saletés de zombies. Ce qui montre bien qu’il reste peu de gens “normaux”. Des fois je me mets sur mon balcon et je regarde les immeubles autour de moi. Je vois parfois des silhouettes passer devant les fenêtres et même au travers. Ils sont vraiment tarés ces bouffeurs !

Photo by Jérémy Legeek

Pour ce qui est de mon voisinage, je crois que la plupart des gens de mon immeuble se sont tirés quand ça a commencé à puer… ou alors se sont faits contaminer. C’est d’ailleurs le cas de mes voisins, un couple de retraités. Je les vois derrière les rideaux et surtout je les entends. Une chance pour moi, leur fenêtre donnant sur mon balcon est fermée, ce qui évitera qu’ils viennent squatter mon appart. Vous pourriez vous dire qu’ils n’ont qu’à ouvrir, mais un avantage pour les survivants, ces saloperies sont connes comme des pelles et sont incapables d’ouvrir une porte ou même de la défoncer, du moins tant qu’ils sont calmes.

Maintenant que j’ai pigé que les secours ne viendront plus je me dis qu’il va falloir que j’essaie moi-même de me sortir de cette galère. J’ai deux ou trois idées pour commencer. Tout d’abord, je commence à être à court de bouffe et d’eau. Pour ce qui est de la nourriture, les autorités avaient conseillé à la population de faire le plein de vivres afin de sortir le moins possible de chez eux. Bien sûr je vis juste à côté d’un grand centre commercial, mais je ne suis pas certain que ce soit le meilleur endroit pour ne pas se faire bouffer, je vais donc commencer par le voisinage et en particulier par mes petits retraités.

Comme ça, une fois débarrassé d’eux, je pourrai bidouiller une petite passerelle entre mon balcon et leur fenêtre, ça me fera une petite dépendance sympa et accessoirement une solution de repli.

Mais avant toute chose, faut que je me trouve des armes. On ne se pointe pas comme une fleur dans les couloirs d’un immeuble de huit étages potentiellement infestés de zombies.

 

Jérémy

 

Ma page Facebook

Auteur

jérémy

Maintenant que c'est l'apocalypse comment je vais faire sans mes consoles de jeux.

Articles relatifs

9 Commentaires

  1. super début!
    bienvenue
    mat (anciennement zombiepanic)

  2. J’aime beaucoup, hâte de lire la suite :p

    Bienvenue à toi!

  3. Merci beaucoup pour ce chaleureux accueil.

  4. Je viens de découvrir et j’adore ! Je crois que je vais tout lire cet aprem :D

    • Très heureux de captiver de nouveaux lecteur, amuses toi bien!

  5. Courage a toi cher survivant

  6. Woaw… je dirais juste ça… Woaw…
    Je rêvais depuis longtemps d’écrire une histoire comme
    ça… et voilà… bonne continuation je sais que le rapport 35 est déjà sortie… mais bon voilà…

    • En effet tu as un peu de retard maiq il n’est jamais trop tard. En tout cas je suis content de voir que mes textes attirent toujours de nouveaux lecteurs.

  7. Désoler pour le double post mais j’ai aussi remarquer que cette épisode est sortie pile-poil le jour de mon anniv’… :3

Répondre à christsZombie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*