Rapport n°2 – Aux armes

 

Chapitre 1.0

 

Rapport n°2 – Aux armes

 

Comme je l’avais annoncé dans le précédent rapport, je prévois une sortie en extérieur et avant tout, une visite approfondie de mon immeuble. Enfin bon, à vrai dire je l’ai déjà tentée mais ça ne s’est pas très bien passé. J’ai été vraiment inconscient. Je me suis aventuré sur le pallier pour descendre jusqu’à l’entrée de l’immeuble. Mais je me suis fais surprendre par un sympathique zombie affamé qui avait élu domicile dans la cage d’escalier, j’ai donc eu droit à une petite séance de sport en sprintant jusque chez moi. C’était vraiment con de sortir sans défense.

J’ai donc décide de commencer plus raisonnablement. Je vais d’abord explorer mon étage, ce qui fait quand même huit appartements. Mais avant toute chose, je dois me préparer, réfléchir et faire l’inventaire de ce qui pourra me servir d’arme.

Je ne suis absolument pas cuisinier, donc j’ai vite oublié l’idée des grands couteaux bien aiguisés. En restant dans le thème de la cuisine, l’idée des casseroles m’a tout de suite traversé l’esprit en pensant à ce bon Sam dans le Seigneur des Anneaux. Mais les zombies mourant uniquement quand on leur met le cerveau en bouillie, je ne leur ferais pas grand mal avec une casserole hormis leur donner encore plus envie de me bouffer.

Mais en repensant au Seigneur des Anneaux, je me suis directement rappelé de la copie de la dague d’Aragorn que je possède. Elle n’est pas tranchante mais entrera sans trop forcer dans la chair. Bon si vous êtes paumés avec toutes ces références de Geek, va falloir vous mettre au goût du jour et si vous ne connaissez pas le Seigneur des Anneaux eh bien… déjà j’ai honte pour vous et ensuite dépêchez-vous de réparer cette grosse erreur !

Ensuite pour rester dans le thème des lames, j’ai récupéré une espèce de grosse épée de bourrin en acier que je m’étais fabriquée pour mes soirées jeu de rôle. Elle ne coupe pas non plus, mais vu l’engin, un coup dans la nuque d’un bouffeur et la tête décolle.

Bien sûr, la meilleure solution pour me défendre serai une arme à distance et silencieuse pour ne pas faire trop de bruit. Mais hélas je ne chasse pas à l’arbalète et je ne suis pas un tueur à gages, donc pour l’instant je devrais me contenter de ce que j’ai. Qui sait, lors de mes prochaines sorties je trouverai peut-être une arme à feu sur un cadavre de militaire ou de flic.

Une fois le problème des armes résolu, il ne me restait plus qu’à trouver de quoi me protéger. Il faut que j’évite les morsures pour ne pas être contaminé. Je peux vous garantir que ce n’est pas la joie… Les gens mordus passent par plusieurs étapes. La première est une fièvre carabinée qui les fait halluciner et le deuxième symptôme les rend complètement tarés. Ils veulent se faire du mal, s’envoient la tète contre les murs, s’arrachent les cheveux, la peau, se jettent par la fenêtre… Le but pour eux est d’arrêter de souffrir sans doute. Et ils y arrivent puisque à coup sûr ils finissent par se tuer.

Puis vient le dernier et plus étrange symptôme. Quelques heures après leurs morts, ils recommencent à bouger, ils reprennent vie. Enfin quelle vie ? Ils ne respirent plus, ne parlent plus et à la place, ils poussent un râle effrayant. Ils n’ont plus les facultés intellectuelles propres à l’humain. Ils ont juste une bonne grosse dalle. Bref, ce sont des bêtes affamées pour qui vous êtes de gros steaks géants.

Bon, revenons à la protection. La seule idée que j’ai eue pour éviter les morsures est d’enfiler un maximum de fringues. Évidement je ressemble à un gros Bibendum mais au moins je me sens plus en sécurité. On verra bien ce que donnera cette pseudo armure quand je serai sur le terrain.

Et il va falloir que je m’occupe de mes voisins, je ne supporte plus leurs râles qui m’angoissent et me rendent dingue. Je vais essayer de regarder par leur fenêtre sans me casser la tronche, voir où ils sont et comment je pourrais procéder. Ce ne sont que deux vieux moisis après tout, ils ne doivent pas être si durs à buter.

L’autre point que je voudrais aborder dans ce second rapport concerne les choses de la vie. Oui je sais ce n’est pas forcement très reluisant mais ça fait partie des soucis de la survie. Tout d’abord les ordures commencent à s’entasser chez moi vu que je n’ai pas d’endroit où les jeter. Ils oublient d’aborder ce sujet dans les films. Et je ne vous parle pas de l’odeur qui s’en dégage. En parlant de ça je vous laisse imaginer un autre endroit où ça peut puer dans un appartement privé d’eau.

Enfin oublions ce passage sur les désagréments olfactifs et abordons un autre sujet, la lumière. En effet j’économise mes lampes pour mes sorties et les cas d’urgences. Lorsque la nuit tombe ça devient beaucoup plus compliqué, surtout que je commence à être à court de bougies. Voici un autre article à ajouter à ma liste de courses.

 

Jérémy

 

Ma page Facebook

 

Auteur

jérémy

Maintenant que c'est l'apocalypse comment je vais faire sans mes consoles de jeux.

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*