Rapport n°22 – Fantasy

journal d un geek en territoire zombie 

 

Chapitre 2.0

 

Rapport n°22 - Fantasy

 

Une fois notre convalescence achevée nous avons, une fois encore, repris le chemin de l’exploration. Cette mauvaise période a vraiment été un coup dur pour nous. Non seulement elle a mis en danger le groupe en nous affaiblissant, mais elle a nous a aussi obligé à consommer plus d’eau qu’en temps normal et surtout nous avons été forcé de taper dans notre stock de médicaments. Il nous faudra donc renflouer les stocks ou trouver une alternative pour de futures pestes intestinales. Enfin, tout ça est derrière nous maintenant et, jusqu’ici, nous avons eu la chance de profiter d’un agréable voyage. Les zombies se font rares et ne gênent en rien notre avancée. Il reste bien sûr quelques récalcitrants qui viennent nous emmerder lors de nos pauses campement, mais rien dont on ne peut venir aisément à bout. Tout le monde profite au maximum de ces moments de repos. Les petites jouent et rient. Eli a commencé le dressage de Han qui apprend aussi vite qu’il grandit. C’est aussi l’occasion de faire des choses mises depuis quelques temps de côté, comme la lessive ou la toilette pour ne citer qu’elles. De plus le beau temps embellit les jolis paysages boisés et vallonnés que nous parcourrons. Vraiment tout va à merveille. Je pourrais d’ailleurs terminer ce rapport ici. Je pourrais mais je ne vais pas le faire. Si vous lisez ces écrits, peut être que comme nous vous avez besoin d’oublier le monde apocalyptique qui nous entoure, et quoi de mieux pour ça qu’une bonne vieille histoire de l’ami Eliator, Guetteur des sept terres. Alors détendez-vous et profitez de cette escapade.

L’histoire se passe en l’an 427 de l’almanach d’Elsinia. Alors que les grands royaumes du sud se livrent une guerre sans merci pour la conquête du pouvoir, les territoires du nord tentent de maintenir un fragile équilibre entre les peuples. C’est là, non loin de la ville de Cinthar, qu’une compagnie d’intrépides aventuriers allaient tenter de libérer le château de Khendal, tombé depuis des siècles aux mains du redoutable Nécromancien, Namec, semant la terreur sur Cinthar et ses environs.

Ce n’était pas un simple groupe de courageux comme il en passait souvent dans les tavernes et dont même les bardes ne parlent plus. Non ! Ce groupe-ci était autant réputé pour ses faits d’armes que pour la valeur de ses combattants. Il y avait tout d’abord Nilnaria, la belle et redoutable archère humaine. Keltarïn, le guerrier nain, célèbre pour son habileté à manier son marteau ainsi que pour sa longue barbe qui faisait sa fierté. Il y avait ensuite Adalmir, le ranger elfe accompagné d’Ana sa fidèle chienne des collines. A eux deux ils étaient invincibles. Enfin le dernier membre était un étrange sorcier qui dissimulait son visage sous la capuche de sa large cape. Personne ne connaissait son nom, mais tout le monde l’appelait “Le Conteur”. Ce surnom lui venait de sa façon d’éliminer ses ennemis en invoquant de puissantes forces élémentaires dans un sombre dialecte depuis bien longtemps oublié.

Ils étaient tous là. Devant eux se dressait l’imposant, et autrefois majestueux, château de Khendal.

Illustration © mat (cliquez sur l’image pour voir en plus grand)

Ses puissantes murailles et sa solide porte de bois massif suffisaient, généralement, à décourager les plus aguerris des aventuriers mais il en fallait plus pour impressionner nos héros. D’un simple regard, chacun savait ce qu’il avait à faire. L’assaut fut bref. Tout en murmurant des paroles à peines audibles, Le Conteur fit apparaitre entre ses mains une intense sphère de lumière qu’il projeta contre l’une des portes qui se transperça comme une simple feuille de papier. Le trou était assez large pour s’y faufiler, ce qu’Adalmir et Ana firent immédiatement. A l’intérieur le combat s’engagea. De nombreuses Goules aux visages difforment et aux corps décharnés ne tardèrent pas à faire leur apparition. Adalmir virevolta dans tout les sens, tailladant les monstres des ses dagues affutées pendant qu’Ana déchiquetait férocement leurs gorges de sa puissante mâchoire. Keltarïn arriva aussitôt et frappa si violemment dans le tas, que l’onde de choc fracassa le sol, tandis que Nilnaria décochait flèche sur flèche. Enfin le conteur fit son apparition et, d’un simple geste, projeta contre les murs les quelques Goules qu’il restait. Le combat était terminé. Des dizaines de corps jonchaient le sol. Visiblement l’ascension vers le trône de Namec n’allait pas être de tout repos.

Les aventuriers se dirigèrent ensuite vers la grande porte et pénétrèrent dans le grand couloir, étrangement calme. Les squelettes en armure, les bannières déchirées des seigneurs de Cinthar et les râles éloignés des habitants rendaient l’endroit très effrayant. Les héros avançaient prudemment jusqu’à ce qu’un clic retentissent sous l’une des grandes dalles de pierre estampillées de l’emblème Cintharien. Celle-ci se déroba sous les pieds de Nilnaria qui se rattrapa in extremis. Sous elle, d’immenses piques l’attendaient, tel des bras prêts à la recevoir, mais elle fut rapidement remonté par ses compagnons. Soudain un rire sournois résonna dans le château, puis la voix dit :

- Tel vos prédécesseurs, vous choisirez ces lieux pour dernière demeure !

Un frisson parcouru les membres du groupes. Ils avaient peut être sous estimé les dangers de Khendal. Adalmir dut user de tout ses talents de ranger afin de détecter les pièges dissimulés sur leur chemin. Entre chutes de pierres, lames acérées ou geyser de feu, la tâche fut des plus corsées, mais hors mis quelques brulures et égratignures superficielles tout le monde étaient sains et saufs.

Le couloir les mena à une grande salle aux majestueuses colonnades de marbre blanc sculpté, teinté d’or et d’ocre. En face d’eux se trouvait l’escalier menant à la salle de trône, mais bien évidement Namec n’allait pas leur dérouler le tapis rouge. La voix résonna à nouveau :

- Je vous avait prévenu, c’est la fin !

A ces mots toutes les issues se verrouillèrent. Deux immenses statues de bronze positionnées de chaque côté de la pièce et représentant les grands rois d’antan commencèrent à grincer. Les aventuriers se regardèrent d’un air inquiet. Puis les bras et les jambes de bronze bougèrent et bientôt les statues se retrouvèrent en position de combat. La compagnie n’avaient encore jamais affronté pareils adversaires et ignorait par conséquent la manière de les vaincre.

Les coups portés par Keltarïn, Adalmir et Ana restèrent sans effet et les ripostes des roi les projetaient à travers la pièce. Les flèches de Nilnaria se brisaient contre leurs cuirasses et les sorts du Conteur y ricochaient. Ils ne pouvaient pas les vaincre et la fatigue commençait à affaiblir le groupe. Ils avaient donc changé de stratégie et pendant que le reste du groupe occupait les statues, Keltarïn fracassait la porte bloquant l’accès à la salle du trône. Il réussit finalement à la détruire mais le combat était loin d’être terminé, les rois de bronze lutteraient jusqu’à la mort de leurs ennemis. Ils s’apprêtaient à fuir, espérant trouver une issue, lorsqu’ils se rendirent compte que le Conteur ne les suivait pas. Ils se retournèrent et le virent à genoux. Pour la première fois depuis leur rencontre, les héros le voyaient sans sa capuche. Son visage était couvert de cicatrices, il avait de longs cheveux bruns et ses yeux, vert émeraude, brillaient alors qu’il récitait une incantation. Les statues se tournèrent vers lui, attirée par ce subit revirement. Une aura de feu apparue et grandie autour de lui et il s’écria :

- Sortez d’ici, VITE !

Le groupe s’exécuta sans réfléchir. Les rois se ruèrent, de leur pas lourd, sur le conteur. La salle se mit à trembler du sol au plafond. Des flammes surnaturelles sortirent de la pièce dans les cris insoutenables de leur compagnon. Puis plus rien, le calme revint et le feu cessa. Les aventuriers revinrent et trouvèrent les lieux entièrement calcinés. Les pierres avaient commencées à fondre, deux flaques de métal en fusion coulait sur le sol et devant elles, là où ils avaient laissé le Conteur, se trouvait une silhouette de lave refroidit. Nilnaria fondit en larme en voyant son défunt ami, sacrifié pour leur survie. Ils étaient tous à genoux, priant pour que son âme trouve le chemin du repos de ses aïeuls, quand la lave se mit à craquer. Difficilement le sorcier s’extirpa de la roche et s’écroula, à bout de force. Ils étaient tous heureux mais surtout étonnés de le retrouver, en vie. Il réussi difficilement à s’assoir et à murmurer :

- Je suis à présent trop faible pour continuer, vous devrez vaincre Namec sans moi !

Soulagés et en même temps inquiets pour la suite, le groupe pris la direction de la salle du trône, bien décidé à en déloger le Nécromancien.

Enfin ils y étaient. Devant eux les portes sculptées s’ouvrirent sur une sombre allée menant au grand siège d’argent de Khendal. Une fois à l’intérieur les braséros et les chandeliers s’allumèrent, dévoilant des dizaines de Goules qui les encerclaient, titubant et bavant devant toute cette chair fraiche. Puis Namec apparu dans l’ombre de l’immense trône et se mit à applaudir :

-Bravo, vous ne manquez pas de ressources c’est le moins qu’on puisse dire. Vous auriez fait de très bons serviteurs mais après ce que vous avez fait à mes Golems je ne peux évidement pas vous faire cette faveur. J’espère que vous comprendrez. Goules ! Bon appétit !

Illustration © mat (cliquez sur l’image pour voir en plus grand)

La horde se précipita sur les aventurier qui ripostèrent de toute leur ardeur, voulant être à la hauteur du conteur, mettant en pièces les monstres qui arrivaient toujours plus nombreux. Lorsqu’enfin la dernière Goule tomba, le crâne écrasé par le marteau de Keltarïn, Namec changea de ton, il était soudain beaucoup moins sûr de lui. De puissant Nécromancien il passa à pitoyable supplicié. Les compagnons, ainsi que le conteur qui venait d’apparaitre à la porte, n’en revenaient pas de ce qu’ils voyaient. Namec se prosternait aux pieds d’Adalmir, le suppliant de l’épargner. Il suffit d’une seconde d’inattention pour que le Nécromant s’empare de l’une des dagues du Ranger et lui glisse sous la gorge. Les autres ne s’attendaient pas à ce retournement de situation. La vie de leur ami ne tenait qu’à un fil et il aurait été trop risqué d’agir. Namec se réjouissait et commençait à prendre la direction de la sortie, tenant toujours l’otage sous sa lame. Mais il avait omis la présence d’Ana qui se faufila derrière lui et se jeta sur son bras le faisant lâcher prise. Personne ne s’en prenait à son maitre et il allait bientôt le comprendre. Rampant, le bras ensanglanté, il tenta de calmer la bête qui grognait, le regardant les babines retroussées, mais il était trop tard pour la stopper. Ana saisis dans sa gueule le cou de Namec qui hurlait sous les crocs de l’animal. Ce fut rapide et il poussa bientôt son dernier souffle. Mais une étrange vapeur blanchâtre s’échappa de la bouche béante du cadavre et un hurlement lointain vint leur glacer le sang. Namec était mort mais le Nécromancien reviendrait.

Fin

Voilà j’espère que vous aurez pris autant de plaisir à lire cette histoire que j’en ai eu à entendre Eli la raconter. En tout cas, je préfèrerait vivre dans ce monde imaginaire et poutrer du Troll à coup d’épée d’obsidienne. Ça se serait le pied !

 

Jérémy

 

Ma page Facebook

Auteur

jérémy

Maintenant que c'est l'apocalypse comment je vais faire sans mes consoles de jeux.

Articles relatifs

3 Commentaires

  1. Amen , l’épisode est sorti , merci du fond du coeur :)

    • Je ne vous avais pas oublié^^

      • Fidele au rendez vous ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*