Rapport n°4 – Les caves

 

Chapitre 1.0

 

Rapport n°4 – Les caves

 

Les jours sont vraiment longs en ce moment, je m’ennuie énormément. La survie c’est bien, mais lorsque l’on reste enfermé dans un appartement à attendre que quelque chose se passe il y a vite des idées sordides qui vous trottent dans la tête. Heureusement les coups de feu que j’entends au loin de temps à autre me rappellent que je ne suis pas seul parmi les contaminés et ça me redonne un peu d’espoir.

Même si ce sont des pillards, ce sera toujours moins horrible de se prendre une balle que de finir en casse dalle pour zombie. J’ai donc décidé de sortir de chez moi, de cet immeuble, histoire de m’aérer l’esprit pour ne pas finir complètement timbré. Et puis peut-être trouverai-je d’autres survivants.

J’ai déjà visité une grande partie de l’immeuble en éliminant quelques bouffeurs ici et là. Je commence même à devenir doué. Je n’y ai pas trouvé grand chose hormis un peu de bouffe et deux ou trois autres bricoles. La prochaine étape est donc de sortir d’ici et de revoir le jour.

Hélas pour moi, l’entrée à été bloquée lors de la défense de la ville et ce serait une mauvaise idée de libérer le passage car ça rendrait l’accès à l’immeuble plus simple pour les zombies. C’est d’ailleurs sans doute pour ça que l’immeuble n’est pas envahi de morts-vivants. Mais par chance, ce n’est pas la seule issue. En effet, dans les caves se trouve une sortie – sans doute une porte de service ou une sortie de secours. Mais pour cela il faut déjà que je vide les caves de ses occupants. J’ignore pourquoi mais ces saloperies adorent l’obscurité, les caves seront donc sans doute occupées.

En me rendant à l’entrée de l’immeuble, j’ai trouvé un petit cadeau qui devrait m’être très utile. Visiblement un flic avait choisi ce lieu pour se cacher lors de la tentative de limiter la contamination. Mais dommage pour lui, il s’est flingué après avoir – apparemment – été mordu et avoir buté son attaquant. Du moins c’est ce que je suppose à la vue des deux cadavres.

Vous l’aurez donc compris, je possède désormais un pistolet avec la moitié d’un chargeur et un second complet. Mais je ne me fais pas trop de souci pour les munitions car étant une arme de police ; je pense qu’avec tous les affrontements qu’il y a eu, il doit y avoir pas mal de zombies-flics à errer dans la ville.

Comme je le craignais, les caves étaient ouvertes, ce qui ne prévoyait rien de bon…

Je suis entré dans ce labyrinthe de couloirs uniquement éclairé par la lumière des signalisations de sortie de secours.

Divers bruits étranges rendaient l’ambiance des caves particulièrement glauque.

Mais c’était trop tard pour faire demi tour, je me suis avancé à la Call of Duty, bras tendu avec l’arme au poing et la lampe dans l’autre main.

Et là j’ai enchaîné les zombies un par un. Enfin c’est ce que j’aurai aimé car la réalité c’est que je me suis galéré avec la sécurité de l’arme ainsi que le recul. J’ai dû jeter l’arme dans la tronche d’un bouffeur pour avoir le temps d’attraper ma dague et de le buter.

Mais une fois le pistolet pris en main, ça c’est beaucoup mieux passé. J’ai tué pas mal de ces merdes dans les dédales de couloirs mais il y avait quelque chose que j’ai aperçu plusieurs fois. Trop rapide pour être un bouffeur et très silencieuse. Visiblement, elle sait se défendre ou du moins se faire assez discrète pour être encore ici avec tous les zombies qui rôdent dans les parages. J’ai tenté de la retrouver, sans succès mais depuis je me sent continuellement observé.

Après tous ces efforts, j’ai quand même pu atteindre la porte de service. C’est une porte anti-panique, donc très simple à ouvrir de l’intérieur mais impossible depuis l’extérieur sans la clef. Heureusement, il y avait de gros meubles d’entreposés devant, ce qui a empêché ces abrutis de zombies de l’ouvrir sans le vouloir en s’appuyant dessus.

J’ai pu facilement l’ouvrir et enfin profiter de la lumière du jour.

C’était calme dehors. Comme je le disais, les bouffeurs sont attirés par l’obscurité, mais ça ne les empêche pas de se balader en plein jour. Ce ne sont pas des vampires non plus.

Il était déjà tard et j’ai préféré rentrer. J’ai remis les meubles en place puis je suis retourné chez moi.

Il ne me reste plus qu’un chargeur, il va donc falloir que je fasse attention quand j’irai me balader et surtout il faut que je trouve une solution pour la porte. Je ne pourrai pas la laisser ouverte en permanence et risquer de mauvaises surprises en rentrant. Et je ne pourrai pas non plus la laisser se refermer derrière moi, au risque de ne plus pouvoir entrer dans l’immeuble.

Espérons que mes coups de feu n’attireront pas d’autres zombies dans les environs.

Merci à Gargarr pour cette compo !

 

Jérémy

 

Ma page Facebook

Auteur

jérémy

Maintenant que c'est l'apocalypse comment je vais faire sans mes consoles de jeux.

Articles relatifs

6 Commentaires

  1. Je lis chacun de tes épisodes avec passion !

    Un véritable génie, Tu me mets a chaque instant de lecture la vision de la phrase !

    Continue ainsi ! C’est avec grand plaisir que je lis chacun de tes épisodes sans même raté une phrase !

    Très bonne continuation et merci pour le spectacle !

    • Waaa et bien je ne m’attendais absolument pas à ce que mes textes plaisent autant.
      Et bien je te remercie pour tes encouragements et c’est avec encore plus de plaisir que je posterai la suite.

      • Merci beaucoup, et en cas de panne d’idée n’hésite surtout pas.. je serais la.

  2. Et bien c’est noté si j’ai un manque d’inspiration je ferai signe. Si tu as des idées à me soumettre hésite pas à me contacter.

    • J’y manquerai pas, j’espère avoir de tes nouvelles très vite.

  3. J’adore. J’ai hâte de lire la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*