Rapport n°5 – Solitude

 

Chapitre 1.0

 

Rapport n°5 – Solitude

 

Ça fait maintenant plusieurs jours que j’ai parcouru les caves et depuis je me sens sans cesse épié. Je suis certain que ce que j’ai aperçu ce jour-là, dans les couloirs, me suit et me surveille. Sans doute un survivant qui se méfie de moi et n’ose pas m’approcher pour le moment. En tout cas il est vraiment doué car s’il m’observe bien, il le fait avec beaucoup de talent. Enfin d’un autre coté je suis un peu rassuré car je ne suis plus seul et puis s’il avait voulu me buter, j’aime à croire que ce serait déjà fait.

J’ai réussi à trouver une chaine et un cadenas qui me servent à fermer la porte sans qu’elle ne se verrouille. En fait je la cale puis la ferme. Bon cette phrase n’a ni queue ni tête et me gonfle au plus au point donc passons à autre chose.

J’ai bien sûr fait d’autre sorties depuis, sans avoir de vrai but, juste celui d’explorer les environs et je commence vraiment à flipper car il y a de plus en plus de bouffeurs qui rôdent dans les rues. Ce sont sans doute les coups de feu qui retentissent certaines nuits qui les ont attirés en ville.

Du coup je fais très attention pendant mes déplacements en extérieur de ne pas me faire cramer. Surtout si je suis loin de chez moi car :

 Mon endurance de Nolife

+

Une troupe de zombie a mon cul

=

Bibi en charpie

Donc j’aimerais autant que possible éviter de servir d’amuse-gueule.

Pour tout vous avouer, trois de ces saloperies m’ont pris en chasse il y a quatre jours. J’ai vraiment eu de la chance de ne pas être loin de l’entrée des caves et d’avoir eu assez d’avance pour avoir le temps d’y entrer. Mais j’ai été obligé de tirer à deux reprises sur le plus proche de mes poursuivants pour gagner un peu de temps. Oui je sais, ces tirs sont une grosse connerie car ils vont en attirer d’autres mais je n’ai pas vraiment eu le choix. C’était lui ou moi !

Du coup mes sorties sont moins fréquentes. Je me méfie beaucoup plus ; quand on croise un zombie tout seul, on peut facilement le distancer, mais comme ces derniers temps la population post mortem est plus élevée, ils ont tendance à être carrément plus agressifs avec l’effet de masse. Je les ai même vus se mordre entre eux, ils sont encore plus barjots.

Je commence aussi à m’inquiéter pour mes munitions car je n’ai pas trouvé de cadavres de flics dans le périmètre que j’ai exploré, donc ils sont sans doute encore debout, enfin manière de parler…

Mon autre souci, pas des moindres, est la bouffe qui commence à déserter mes placards. J’ai donc été faire les boutiques et comme je le craignais, la grande surface proche de mon appartement grouille littéralement de bouffeurs, donc j’ai vite dû rebrousser chemin.

Cette augmentation de l’activité des morts vivants met mes nerfs à rude épreuve car ces enfoirés m’empêchent de dormir. Ils m’ont tellement saoulé la nuit dernière que j’ai ouvert la fenêtre et les ai caillassés avec tout ce qui me passait sous la main. Ça ne sert absolument à rien mais ça détend.

Voici donc mes objectifs pour le moment. Tout d’abord trouver de la nourriture. Pour ce qui est de l’eau, vu le temps qu’il fait en ce moment, j’arrive à en récupérer suffisamment. Ensuite si j’ai de la chance, ce serait cool de mettre la main sur quelques munitions.

Et enfin, peut-être que je réussirai à rencontrer ce mystérieux observateur. J’espère que ce n’est pas un tordu comme ceux qui sont apparus au début de la contamination – des rumeurs disent qu’il y avait même des nécrophiles et des cannibales. C’est une possibilité avec la pénurie de nourriture. Bon, faut que j’arrête d’y penser, je me mets les foies tout seul !

C’est quand même marrant, quand tout était normal je me réfugiais dans des univers virtuels, je sortais le minimum, je restais dans ma bulle autant que possible. Mais depuis que le monde tel qu’on le connaissait a disparu et que c’est l’apocalypse, c’est le contraire. Je veux sortir de chez moi, m’aérer. Le fait de ne plus avoir d’électricité pour alimenter mes consoles joue sans doute un gros rôle là-dedans, mais je suis quand même bizarre comme gars. C’est peut-être que le monde réel ressemble plus maintenant à celui que je parcourais dans les jeux vidéo et du coup je me sens moins à part. Bon, le problème c’est que dans les mondes virtuels, tu trouves un lance-roquettes en fouillant dans une poubelle et des munitions sur tous les cadavres que tu rencontres. Hélas ce n’est pas le cas dans la vraie vie.

Merci à Mat pour cette jolie petite compo.

 

Jérémy

 

Ma page Facebook

 

 

Auteur

jérémy

Maintenant que c'est l'apocalypse comment je vais faire sans mes consoles de jeux.

Articles relatifs

5 Commentaires

  1. de rien! :)

    encore un chouette texte!

  2. Merci pour ces superbes chroniques, je me régale en les lisant

    • Et bien je suis vraiment content de voire que mes textes vous plaisent autant. Un grand merci à toi!

  3. Excellent, t’as un nouveau fan (malheureusement boulet que je suis je suis parti de la 7 et remonte… Mais pour la suite je serais à jour!!!)

  4. Fan boulet peut être mais fan quan même!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*