Rapport n°9 – Un nouveau départ

 

Chapitre 1.0

 

Rapport n°9 – Un nouveau départ

 

Ça y est le départ est pour demain matin. Bien sûr nous ne partons pas trop tôt non plus, car d’abord j’aurai sans doute du mal à me lever et ensuite parce que tôt le matin les zombies ne se sont pas encore réfugiés dans les zones sombres. Même s’ils sont encore très nombreux dans les rues la journée, autant mettre un maximum de chances de notre coté.

Notre itinéraire est réglé comme une montre Suisse. Nous avons repéré les zones que nous connaissons en les délimitant sur la carte selon leur taux de dangerosité. Nous prévoyons bien sûr de visiter plusieurs boutiques sur notre route, enfin si les types de la Guilde nous ont laissé quelque chose.

Je crois que notre décision de partir tombe plutôt bien car les bouffeurs rappliquent pas mal près de l’immeuble ces derniers temps. Sans doute le bruit dans l’appartement a-t-il capté l’attention de quelques-uns qui ont à leur tour attisé la curiosité d’autres zombies. Il ne faudrait pas que la barricade de l’entrée principale cède sous l’agitation de tous ces dégénérés, donc mieux vaux ne pas s’attarder trop longtemps.

Ce qui nous inquiète le plus dans notre périple, en plus de devoir esquiver tous les tarés voulant notre mort, c’est de trouver chaque jour un endroit où être à l’abri. Autant dire que la tache ne va pas être des plus simples. Surtout que ce que l’on a entendu l’autre soir ne nous rassure pas spécialement. En effet une explosion a retenti alors que nous étions autour de notre repas. Peut-être une fuite de gaz que ces malades de bouffeurs auraient déclenchée dans leur errance, ou alors la guilde qui fait encore des siennes. Bref nous nous sommes précipités sur le toit pour localiser la source de l’agitation et malheureusement elle se trouve pile sur notre chemin, ce qui va sans doute faire rappliquer les zombies là bas. Nous devrons donc probablement improviser un détour. Enfin d’ici-là, ce sera peut être plus calme.

Sujet plus léger maintenant, mais qui là encore a sa petite importance : ” Qu’est-ce que je prends comme fringues ? ” En effet : finis les placards pour ranger mes affaires, là le placard sera sur mon dos et ne pourra pas accueillir grand chose une fois les affaires de base rangées à l’intérieur. C’est l’été donc on ne va pas s’encombrer de gros manteaux pour le moment, on en trouvera sans doute sur notre chemin. Un petit K-way en boule accroché au sac fera bien l’affaire. Ensuite un pantalon, un t-shirt et un pull en polaire suffiront et deux paires de chaussettes ainsi que deux sous-vêtements histoire d’avoir un minimum de rechange. Avec la peur que nous foutent les zombies, autant dire qu’un slip de rechange n’est pas de trop. Et pour finir, il ne faut pas oublier le mental, donc j’ai pris mon petit personnage Lego porte-bonheur, ça me rappellera mon chez-moi et mon bouiboui de geek. Je peux vous dire que c’est avec un petit pincement au cœur que je pars. Enfin dans les circonstances actuelles, on est bien obligés de faire abstraction de tout état d’âme.

Pour terminer, je vais aborder la petite escapade d’Eli pendant que je finissais de préparer notre départ. En effet il est parti pendant deux jours. Il m’a dit qu’il voulait relever une dernière fois ses pièges et partir en reconnaissance voir si les alentours étaient sûrs. Mais je pense qu’il n’était pas seulement parti pour ça vu qu’il est revenu sans la moindre prise. À mon avis lui aussi avait un petit nid et je ne suis pas le seul à être un peu triste de partir car quand il est revenu, il portait autour du cou un pendentif de femme. Il m’a dit sans grande conviction qu’il l’avait trouvé sur le chemin du retour mais je pense plutôt qu’Eliator a lui aussi son petit lot de malheur qu’il ne veut pas dévoiler.

Il est déjà tard, je pense que je vais m’arrêter ici et que je vais aller profiter encore un peu de mon appartement et de mon petit univers. Sans doute que si on ne se fait pas tuer, les jours à venir seront chargés en péripéties et en émotions. Ce sera donc sur cette note mélancolique que j’achèverai ce dernier texte en direct de chez moi.


Jérémy

 

Ma page Facebook

 

Auteur

jérémy

Maintenant que c'est l'apocalypse comment je vais faire sans mes consoles de jeux.

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*