Culture Z Mangas Papiers — 27 juin 2013
Resident Evil Marhawa Desire Tome 2, la critique !

resident evil marhawa desire tome 2 naoki serizawa kurokawaScénariste : Capcom

Dessinateur : Naoki Serizawa
Editeur : Kurokawa
 
Type : Seinen
Genre : Horreur, Action
 
Sortie : 13 Décembre 2012
Nombre de pages : 224
Prix : 7,50 euros
 
 
 
 
 
Synopsis
 
Bien décidés à secourir le groupe de travailleurs coincés dans les sous-sols de l’école, le professeur Wright et ses compagnons découvrent l’impensable: des zombies rapides et agiles. Quelqu’un aurait-il pu modifier le virus T afin d’en améliorer les effets ? L’enquête sur ce complot bactériologique continue…
 
Avis
 
 
resident evil marhawa desire tome 2 capcomEt voila, le tome deux est lu, digéré, et relu ! J’enchaîne donc les chroniques !
Resident Evil Marhawa Desire Tome 2 annonce t’il une amélioration notable de la série, ou au contraire, nous fait-il découvrir les abîmes de la médiocrité ? La réponse ci-dessous !
 
Je ne reviendrais pas sur la prouesse de l’éditeur, ni sur la qualité de l’édition, largement détaillée dans la critique du premier volume de Marhawa Desire. Cependant, je tiens à préciser deux choses, qui , vous vous en doutez, ne sont pas positives : réduisez par deux le nombre de planches couleur en début de tome, et par deux leur intérêt. Puisque les trois pauvres planches présentées contiennent des personnages statiques bien loin des scènes sanglantes Z dont nous pouvons rêver. Autre point, dite également adieu au bonus, qui dans le premier tome, rappelez vous, nous laisser un agréable souvenir du postérieur de Merah. (sniff…). Pour le reste, nous restons exactement dans la continuité du premier volet en terme de qualité d’édition et d’impression.
 
Concernant le dessin de Serizawa,  c’est toujours un délice. Surtout que ce deuxième tome nous livre beaucoup plus de scènes d’actions et de gore que le premier, avec des passages dans les souterrains et en extérieur. Ces nombreux éléments vont permettre au dessinateur de tirer profit des lieux, de la luminosité, des mouvements, et ses dessins n’en ressortent que plus riches ! Bref, le graphisme est juste succulent !
 
Concernant la fluidité des visuels qui était déplorable dans le premier tome, elle s’améliore dans le deuxième ! Les vignettes ont de petits formats lors des scènes d’actions ou de dialogues, ce qui favorise une dynamique plus naturelle et plus cadencée. De la même façon, les personnages “pensent” moins, et intéragissent plus, ce qui n’est pas pour me déplaire ! En revanche, un point noir, les pensées sont remplacées par des successions d’onomatopées parfois très lourde, souvent injustifiées, et très parasites. Mieux vaut une belle illustration sans bulle qu’une bulle sans utilité. Je ne compte plus le nombre de “Huff” inscrit dans ce tome pour mimer l’essoufflement des personnages (d’ailleurs si quelqu’un à le courage de les compter je serais curieuse de connaitre le résultat !).
 
Les ellipses, qui m’avaient profondément gênées dans le premier tome est sans doute la plus grosse amélioration de ce second volet. Alors qu’avant elles étaient très lourdes, imposées au détriment de l’action et maladroitement positionnées, c’est ici tout le contraire ! Très ponctuelles, clairement distinguées du moment présent par un fond noir, elles apportent des éléments importants par des évènements ou flash back contextuels plutôt que des voix off avec de la lourdeur littéraire comme le premier tome.
 
L’intrigue se développe légèrement, puisque nous apprenons qui est la mystérieuse femme à cape, son histoire et surtout son nouveau visage grâce à une somptueuse illustration à la fin de l’ouvrage. La lente avancée du scénario n’est absolument pas contrariant, puisque les scènes de combat, beaucoup plus nombreuses que le tome 1, ponctuent parfaitement le récit. De la même façon, les dialogues s’améliorent légèrement en terme qualitatif, mais parfois retombent dans les prodonfeurs de la stupidité et l’incohérence. Un petit exemple : Le groupe est entré dans le souterrain pour “nettoyer” la zone et une main arrachée gît par terre.
“- C.. Ca ne pourrait pas être un fausse..?!
“- Pourquoi déposer une fausse main ici ?”
 
Bon… ok les gars…. il y a encore du progrès à faire !!
 
En conclusion, les dessins sont toujours aussi alléchants, cet ouvrage est mieux dosé en combats et rebondissements et les gros points noirs du premier volet comme les ellipses et les dialogues s’améliorent largement. En espérant que la courbe d’amélioration reste la même entre le 2 et 3 !
 
 
 

 

 
 

Auteur

Admin

.................................... Fondatrice de Zombies World .................................. Armes préférées : la tronçonneuse qui tâche et la cuvette des toilettes !

Articles relatifs

1 Commentaire

  1. Très bonne article, merci :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*