Evenements FEFFS FEFFS 2012 Festivals — 04 octobre 2012
Résolution, la critique !

resolution justin bensonVu dans le cadre du FEFFS 2012
Réalisation : Justin Benson et Aaron Scott Moorhead
Scénario : Justin Benson

Format et nationalité : Long métrage américain
Genre : Horreur, Mystère, Suspense
Durée : 1 heure et 33 minutes
Année de production : 2012

 

 

Synopsis

Michael est déterminé à aider son meilleur ami à se remettre sur les rails : lui faire une cure de désintox à domicile et de force ! Michael se retrouve donc dans un endroit paumé et étrange, avec Chris complètement shooté à la méthadone. Les deux amis vont être confronter à d’étranges évènements qui échappent à leur contrôle.

 

Avis

J’ai personnellement aimé la présentation des deux réalisateurs, qui sur un ton léger, humble et plein d’humour ont décrit leur travail. Pourquoi regarder Résolution ? Ils nous répondent avec un français plutôt bon : Le film fait peur, les filles n’hésiteront pas à se coller contre vous. Le film est triste, elles vont donc tomber dans vos bras. Et le grand final, le film est drôle et comme dit le dicton : ” Femme qui rit, à moitié dans son lit “. ” Bonne séance “. Les deux compères avaient un discours dynamique et se donnaient la parole comme une balle de ping-pong. Énergiques et drôles, ils ont séduit les spectateurs.

Michael représente le citoyen civilisé, bien intégré, qui respecte toutes les règles de conduite et les traditions de sa société. Il a donc un travail et une femme qui attend un enfant. Un “monsieur tout le monde, un monsieur lambda”. Chris est à l’antipode. Ce junkie squatte une maison abandonnée et vit dans la déchéance la plus complète, ne survivant que pour la prochaine dose.

Michael reçoit une vidéo où quelqu’un filme son ami en pleine crise de délire et de violence. Elle est glauque, elle est angoissante, elle dérange. Le décor est planté.

J’ai particulièrement apprécié la simplicité et la véracité des scènes entre les deux compères, installés dans l’abri pourri de Chris. Chaque détail compte et complète un tableau d’ensemble plus que réaliste. La crainte de Michael face à son ami drogué et la rage et la haine de Chris contre Michael conduisent à des mises en scène extrêmement percutantes et ô combien vraies. Une réalité simple, mais crue, très difficile à vivre. Les réalisateurs ont su avec brio et sans lourdeur nous faire vivre une relation riche et complexe entre deux hommes. Une magnifique expérience humaine, parsemée d’un humour léger et naturel très appréciable qui illustre leur grande complicité.

Une grande partie du film est un huis clos entre les quatre planches pourries qui servent d’habitat à Chris, ce qui ne fait que valoriser la mise en scène. Les deux protagonistes, enfermés, se sentent observés et épiés. Le contraste entre l’intérieur peu accueillant, mais seule bouée au milieu d’un océan de forêt hostile et étrange fonctionne. Le spectateur ressent comme Michael un énorme sentiment d’insécurité et une tension omniprésente. À chaque seconde du film, nous n’avons qu’une envie, raser les murs, les fesses serrées et nous enfuir en courant.

Ajoutez à ceci des rôdeurs shootés qui viennent taper aux vitres la nuit, des dealeurs qui réclament leur argent, des indiens qui protègent leur réserve à coups de fusil à pompe, d’étranges autochtones, quelques sectes et une bonne grosse dose de paranormal bien flippante et vous aurez un bref aperçu de l’insécurité et de l’anxiété permanente qui collent à chaque image, décor et évènement du film. L’ingrédient final est la fatalité. Même si les protagonistes cherchent désespérément un moyen de s’en sortir, à chaque seconde, le spectateur à la noire impression que cela ne peut QUE mal se finir. Le rythme est crescendo et nous ne pouvons que suivre Michael et Chris dans la brousse, planqué/e derrière eux, en haleine, espérant de tout cœur qu’ils s’en sortent.

Les deux réalisateurs ont préféré garder une grande part de mystère puisque le grand final n’explique rien et beaucoup en sortent frustrés. Et j’avoue que mon esprit logique a été un peu agacé de la non “résolution” de l’histoire. Mais le film est tout simplement fabuleux. Dommage qu’il n’est pas été récompensé comme il le méritait au FEFFS. En tout cas “À VOIR ABSOLUMENT” et nous suivrons à l’avenir de près Aaron et Justin.

 

note9

 

 

Bande Annonce

Image de prévisualisation YouTube

Auteur

Admin

.................................... Fondatrice de Zombies World .................................. Armes préférées : la tronçonneuse qui tâche et la cuvette des toilettes !

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*