Evenements Festivals PIFFF PIFFF 2012 — 16 décembre 2012
The Butterfly Room de Jonathan Zarantonello

Vu au PIFFF 2012

Réalisation et scénario : Jonathan Zarantonello

Année de production : 2012

Pays de production : Italie

Interprètes : Barbara Steele, Ray Wise, Heather Langenkamp

Durée : 87 min

 

 

 

 

 

Synopsis du PIFFF

Vieille dame élégante et acariâtre, Ann cultive un fétichisme étrange pour les papillons, qu’elle collectionne dans une pièce aménagée abritant certains spécimens bien plus… humains.

 

Avis

Au même titre que les « papys » d’Hollywood, Barbara Steele, grande actrice anglaise des années 60 et 70, nous prouve que les « anciens » en ont encore sous le pied (si besoin de preuve il y a). Pour vous donner une idée de son rôle, imaginez la méchante reine d’un Walt Disney, laissez-lui la chance de devenir grand mère, transposez-la à notre époque et faites-lui terroriser des petites filles (à certain moment, on est même assez proche d’une figure démoniaque). Très sympa !

Très bel hommage aux films des années 70, The Butterfly Room est un film italien tourné en Amérique, qui surprend et ne laisse pas indifférent.

Outre Barbara Steele, le casting se compose de Ray Wise (l’un des principaux acteurs de la géniale série Twin Peaks) et de 2 jeunes gamines qui jouent leur rôle à la perfection. En cours de projection, je me suis même surpris à penser que pour l’une d’elle, c’était un aller simple pour une psychanalyse qui l’attendait,  mais l’intervention du réalisateur Jonathan Zarantonello après la séance nous apprend que cette petite est originaire de Las Vegas et qu’elle a déjà quelques tournages à son actif (dont certains beaucoup plus “méchants”) donc aucune inquiétude à avoir pour sa santé mentale.

 

 

 

 

 

 

 

Dès les premières minutes, nous sommes dans le bain. C’est rapide et efficace. La tension, déjà présente, nous donne des sueurs froides pour ces deux gamines alors qu’il ne se passe encore rien… L’ambiance devient très vite assez glauque, et on se retrouve brusquement à ne plus trop savoir qui manipule qui…

Seul réel défaut du film : ce dernier mériterait un traitement un poil plus linéaire. A travers de multiples jeux de flash-back, le montage de ce film nous impose 3 “morceaux” de la vie de Ann qui s’imbriquent et se recoupent vers un final magistral… mais qui finissent, de temps à autre, par nous perdre un peu… Ceci étant, cet aspect un peu déroutant est contrebalancé par la qualité de l’ensemble. De par son originalité, The Butterfly Room s’impose incontestablement comme un film de bonne facture : s’il n’y a rien de véritablement neuf ni de transcendant,  c’est un bon film qui mérite amplement qu’on s’attarde dessus. 

PS : Ce film cherche un distributeur alors si une bonne âme passe par ici…

 

note8

 

Bande-annonce

http://www.dailymotion.com/video/xughxc

 

Auteur

Quartz14

Pigiste touche-à-tout ! Ouais, pigiste ! Rédacteur, c'est bien beau, mais j'ai pas l'temps, c'est qu'y a du zombie à tuer... Petit, petit, petit...

Articles relatifs

1 Commentaire

  1. J’adore ce genre de film…

    Barbara Steele me disait quelque chose, après recherche, c’est elle qui a joué dans Piranhas (de Joe Dante 1978) ce film m’avait marqué, une bonne serie b!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*