Consoles / PC Jeux Jeux-Vidéos — 09 mai 2012
The secret world : Les monstres existent !

Zombies, loups garous et autres créatures des ombres, voici ce que vous, élu/e parmi les mortels, ce que vous devrez affronter dans The Secret World. Ce jeu de rôle massivement multi-joueurs qui se déroule dans un univers contemporain vous propose d’en découdre avec les plus grandes légendes urbaines. Vous pouvez explorer des villes réelles comme Séoul, New York ou Londres et même voyager pour découvrir l’Égypte ou la Nouvelle-Angleterre. Tout de suite, avant l’arrivée de la beta, faisons un petit point sur les informations que nous avons sur ce MMO.

-Mais… attendez… un MMO sans niveaux ni panoplies ? C’est possible ça ? -

 

 

 

  • Développeur/ Editeur: Funcom
  • Support: PC et Xbox360
  • Type :MMO / Jeu de Rôle
  • Sortie France :19 juin 2012

     Si en 2011 une des grandes arlésiennes du jeu vidéo avait enfin connu son terme avec le très musculeux Duke Nukem Forever qui fut aussi plaisant pour les fans que détestable pour les autres, c’est en 2012 que The Secret World, un autre jeu entré dans le cercle tristement célèbre de ces arlésiennes vidéo-ludiques (comprenez par là qu’il fut si longtemps annoncé et repoussé que l’on a fini par douter qu’il sorte un jour), se verra enfin gravé sur nos petites galettes de silicium préférées ! Après cette maïeutique tant attendue, le jeu en vaut-il la chandelle ? D’après les premières phases de gameplay qui ont filtré sur le net et les infos glanées de ci de là par votre serviteur, voilà ce que nous savons de ce MMO :

Les zombies seront de la partie !

Vous incarnez un héros muet (non non, pas Link) qui devra faire face à une invasion de créatures venues d’une autre dimension et qui ressemblent aux petites bébêtes décrites dans nos légendes urbaines et autres contes au coin du feu. Nous n’en dirons pas plus pour des raisons évidentes telles que les envies de meurtres de certains lecteurs éveillés par les « spoils » de certains rédacteurs négligents.

Coté mécaniques scénaristiques les développeurs ont eu une idée très sympathique : le jeu, dans un contexte contemporain, se permettra de mettre en avant des énigmes. Jusque-là, rien d’étonnant… Mais ici, il ne suffira pas de suivre une petite flèche sur votre mini-map et de cliquer sur « ok » sans même lire le texte pour résoudre l’énigme. Non, le jeu inclura le navigateur « Chrome » et le joueur devra effectuer de véritables recherches sur le net pour progresser dans le jeu. Les interactions entre réalité et fiction sont au cœur du jeu. Bien sûr pour ne pas pénaliser les joueurs allergiques à la gymnastique cérébrale et qui ne se sentent pas une âme de Garcia de la série Esprit criminel, le jeu permettra toute une flopée de quêtes plus traditionnelles et axées action-aventure (non non, toujours pas Link !).

Autre élément notable : absence pure et simple d’un système de classes et de niveaux !

Le PvE opposera les différentes factions

Et oui, exit les « Paladins du Chaos full spé buff deniveau 174 avec un stuff de Roxor… »  *allume un briquet, lève le bras et laisse couler une larme*.  Les différents avatars se distingueront surtout par la manière dont le joueur s’en sert. Une inconnue subsiste : au final, comment le jeu va-t-il limiter les « clones » et l’impression très désagréable dans un jeu que son personnage est le même que celui de son voisin ? Cet élément semble prouver une chose, le jeu cherche à être le plus accessible possible, mais saura t-il convaincre les PGM habitués aux MMO ? En terminer avec les écarts de puissance entre les joueurs et leur volonté délétère de finir le jeu le plus vite possible, voilà ce qu’ont recherché les développeurs en mettant au point cette recette. Joel Bylos résume la chose de la manière suivante : « Pour nous, il fallait que la quête soit le plaisir. Il faut se concentrer sur le moment. Ne pas penser à la fin ». Nous espérons que ces quêtes seront à la hauteur, car une absence de système de niveau signifie une plus faible possibilité de PvE et donc une grande perte de durée de vie du soft… Reste que les sorts semblent être grandement intéressants en matière d’optimisation et la palette d’armes très variée.

Du point de vue graphique, soyons honnête, le soft ne va pas vous décoller la rétine. Ceci pour trois raisons : le petit budget du studio (n’est pas Dice qui veut), les cinq années de productions et une volonté affichée de permettre aux joueurs ayant un ordinateur accusant le poids des âges, ce qui est une intention (que celui qui a lu « excuse » au lieu d’ «intention » se dénonce, allez !) fort louable, non ?

"Plus ils sont grands..." Visiblement cet adage est stupide

Coté background le joueur explorera New York, le Caire, Séoul ou encore Londres. Afin de rendre le plus fidèlement possible ces paysages et ambiances urbaines qui devront être reconnaissables instantanément, le jeu bénéficiera d’une optimisation technique (selon votre carte graphique, gniark gniark) collant à l’ambiance spécifique de chaque ville. À ce sujet et pour vous prouver que nous ne sommes pas ironiques sans raison, Joel Bylos annonce que « plus performante sera la carte graphique, plus le visuel sera intéressant ». Tout ceci remet légèrement en cause le fait que le titre soit jouable pour les petites configurations, La Palice n’aurait pas dit mieux…

Le tout semble encore assez brouillon et mêle peut-être trop d’éléments contradictoires en matière de cibles et de gameplay. Reste que le jeu est truffé de bonnes idées et que l’univers demeure son plus grand point fort !

 

Pour en découvrir plus, gagner un accès à la beta et des objets in-game, ou un voyage à la rencontre des développeurs, rendez-vous sur le site officiel de Secret War et jouez sur le jeu Facebook (on peut « jouer » sur Facebook ? sérieux ?) servant de teaser au MMO.

Image de prévisualisation YouTube

Auteur

Baltorg

Chroniqueur Jeux vidéo

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*