Culture Z Séries Vidéos — 21 mars 2013
The Walking Dead S03E14 – Prey, la chronique

Le chat et la souris

Le problème de cet épisode est un peu celui du précédent. Depuis qu’on nous a clairement dit que la guerre entre Rick et le Gouverneur était déclarée, on voit tout … sauf les deux camps se faire la guerre. La principale raison étant que chacun se prépare au pire et manoeuvre pour avoir une meilleure position. Ce qui est assez cohérent, nul n’imagine que les deux camps vont foncer tête baisser l’un vers l’autre. Mais cela est aussi frustrant, car de fait on attend le début des hostilités. Avec à juste titre l’impression que les scénaristes diluent trop la sauce.

Ce serait oublier que les évènements présentés dans ce quatorzième épisode ont leur importance, permettant de camper ici le choix cruel que doit faire Andrea. Rester à l’abri au chaud dans un village disposant de solides ressources mais en compagnie d’un despote et d’un fou de la gâchette, ou retourner dans la précarité d’une vie de Bohême mais avec de vrais amis. Il n’y a pas que Rick qui soit déchiré par le doute, sauf qu’heureusement Andrea n’est pas encore passée par la case folie. Pour l’instant, car vu la tournure de la situation sa santé mentale risque bientôt d’être durement éprouvée.

Si la guerre est donc toujours entre parenthèses, on se consolera en retrouvant la petite équipe de Tyreese, confrontée à sa nouvelle vie avec de nouveaux amis. Tout en devant composer aussi avec d’anciens démons qui ne manquent pas de semer le trouble. Et de forcer Tyreese a lui aussi faire de difficiles choix. Voir ce petit groupe évoluer tout doucement en parallèle de ceux de Rick et du gouverneur apporte clairement une bouffée d’air frais. Mais automatiquement si il y a plus de personnages à faire intervenir cela ralentit l’ensemble du cours des évènements. On y gagne en diversité, mais on y perd en tension. Du moins celle relative à cette guerre que l’on attend.

Même si l’on peut y trouver quelques défauts niveau réalisation, ce n’est pas la qualité globale des épisodes de The Walking Dead qui gêne mais leur durée. Une quarantaine de minutes ne suffisent tout simplement pas, il en faudrait au minimum une quinzaine de plus pour que l’histoire n’empiète pas trop sur l’action, ou vice-versa. Sans quoi le scénario propose bien ces deux éléments mais en général au mieux un seul ressort vraiment. Et l’alchimie prend moins bien. Paradoxalement une solution pour compenser les flottements des épisodes est alors de les regarder deux par deux. Mais dans ce cas il faut résister une semaine de plus au suspense, toujours savamment distillée. Or vu cette fois les sales draps dans lesquels se retrouve Andrea, il va être difficile de résister.

Freecats

Épisode très intéressant avec une tension palpable. Le gouverneur nous prouve, une fois encore, son côté survivant de l’extrême… Andrea devient un personnage assez agaçant dans la série, alors que c’est une de mes personnages préférés dans la BD. Elle risque de payer très cher son va et vient entre la prison et Woodburry… ça lui fera pas de mal ! Mais là c’est mon penchant sadique qui parle ! Cet épisode est bien monté, le jeu du chat et de la souris dans l’entrepôt est prenant, on en a le souffle coupé. Mais le prochain épisode ira-t-il aussi loin dans la cruauté que dans la série papier, ça reste à voir…

July

Auteur

Arpenteur du wasteland et chroniqueur de jeux vidéo.

Articles relatifs

1 Commentaire

  1. Vu la tournure des événements, j’ai très très peur que le dernier épisode de la saison 3 nous laisse sur notre faim et rende l’attente de la saison 4 terrible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*