Toxic : Interview de l’auteur Stéphane Desienne

toxic episode 1 homo putridusType : Série Littéraire
Format : E-books
Auteur : Stéphane Desienne
Editeur : Walrus Books

Disponible GRATUITEMENT sur : Immateriel, ITunes, Amazon.fr,

Nombre de pages par épisode : Environ 100 pages
Nombre d’épisodes de la première saison : 6
Nombre de saisons (=livres) total : 3

 

 Groupe Facebook Officiel

 

Interview de l’auteur (par email)

 
Comment est né ce projet ?
 
Il s’est présenté au détour d’une discussion sur le format des séries littéraires en numérique et le renouveau de la novella sur le forum cocyclics, de la découverte de The Walking Dead, d’un travail sur un appel à texte sur l’Apocalypse ainsi que d’un projet d’écriture impliquant des aliens. Ce qui est produit : j’ai amalgamé le tout en suant sur un rameur.
C’était en avril et ce n’était pas prévu. J’avais d’autres textes sur le feu, mais j’y revenais sans cesse. Alors, j’ai commencé par coucher le synopsis complet, quelques ébauches de scènes comme elles se présentaient. Après un mois de travail, mon papel était rempli de notes et je me suis dit que je tenais peut-être quelque chose de valable.
 
Il était alors temps de prendre la décision d’y aller ou pas vu l’ampleur que prenait la chose.Mi-juin, j’ai entamé l’écriture du premier jet de l’épisode 1, j’en ai fait mon challenge 2012 sur cocyclics. Toxic a donc incubé sur le forum. Au fil de l’avancée, des discussions sur l’édition numérique et des extraits partagés, le concept a attiré l’attention de l’éditeur Walrus qui se trouvait à la recherche d’un projet de websérie. L’aventure vers la publication a commencé en août lorsque j’ai envoyé un pictch accompagné de quelques détails au directeur de collection.
 
 
Pourquoi les zombies ?
 
En discutant sur le renouveau de la novella, j’imaginais quelque chose de court et de fun, un texte ” à consommer “. Je découvrais en même temps The Walking Dead, on parlait beaucoup de la fin du monde, le genre post-apo fleurissait partout, les zombies se sont alors invités spontanément. Pendant le mois de travail sur le synopsis, j’ai fouillé “l’internet movies database” à la recherche des pitchs sur tous les films de zombies… et il y en a un paquet ! J’en avais vu quelques-uns. Les souvenirs de tranches de rires et des soirées films d’horreur avec les potes me sont revenus en mémoire. J’ai aussi découvert une culture dynamique et bien vivante : les dead walks, les déguisements et maquillages, les sites webs, les communautés. Ça m’a convaincu d’adopter ces créatures affamées.
 
 
Comment est venue l’idée d’inclure une dimension SF dans le genre Z ?
 
À la base, je suis un auteur de SF, c’était une dimension presque incontournable pour moi. Dès le départ, je souhaitais que les zombies n’aient pas qu’une unique fonction : celle de se faire tronçonner, hacher menu ou exploser à coup de fusils à pompe ( les pauvres ). Je désirais même une dimension hémoglobine plutôt diluée. Je voulais également m’écarter un peu du schéma : virus / maladie / accident / complexe de Frankestein. Tout avait été exploré sur le mode de l’accident biologique, du savant fou, des militaires, des expérimentations médicales…
Je me suis dit que les zombies pouvaient être une solution et non le problème ou une conséquence malheureuse.
 
Quand je me suis posé la question : une solution à quoi ? Les aliens ont débarqué dans ma tête. Le thème de l’invasion s’est présenté naturellement et à la question : pourquoi envahiraient-ils la Terre ? Pour nous manger a été une réponse réflexe.
 
À la suite de ces ébauches d’idées, j’ai travaillé sur la partie SF. La zombification ne pouvait pas être le fait des aliens ( ils mangent des humains sains dont ils raffolent des phalanges ), mais je me suis dit qu’en faire une stratégie de défense constituait un contre-pied intéressant. L’unique manière d’éviter que tous les humains finissent dans l’assiette des extra-terrestres était qu’ils deviennent impropres à la consommation ( De ce postulat découlent le virus conçu dans ce but, l’antidote, mais aussi les normes sanitaires des aliens, etc. ).
 
 
Quelles sont ces références dans le genre SF et le genre Z ?
 
Dans le genre SF, l’influence des lézards de la série V est évidente. Il y a aussi un peu de Earth Final Conflict et je me suis attaché à diversifier les aliens de la même manière que sur un projet précédent ( plusieurs races, une gouvernance, un modèle de société commerciale, etc. ). J’ai puisé l’inspiration dans l’encyclopédie Star Wars — entre autres — pour travailler sur les aliens. L’humanité traitée comme du bétail m’a aussi parut un thème intéressant qui sera abordé tout au long de la saison.
 
Pour la partie Z, j’ai trouvé fascinante la dynamique du groupe de survivants ( encore plus forte dans le comic ). Et quelques détails : Rick à un revolver 6 coups dans la série, Masters a son 45 ( comme un clin d’oeil ). La démarche traînante des zombies, le mode de contamination sont puisés dans le registre du maître Romero. J’ai également retrouvé une BD, Cryozone, que j’ai relue avec plaisir qui m’a inspiré en partie le personnage de l’infirmière Jones. Hector vient directement de la nouvelle Dealer d’iceberg où il était déjà trafiquant… Les références sont multiples.
 
 

Combien y aura-t-il de livres ?

 
Une saison est planifiée pour le moment. Vu la manière dont elle se termine, la saison 2 est obligatoire sinon je risque de me faire lyncher. J’ai déjà posé quelques jalons scénaristiques.
Quant à une troisième, si elle est envisageable, elle se situe encore un peu loin dans le futur pour le moment.
 
 

Auteur

Admin

.................................... Fondatrice de Zombies World .................................. Armes préférées : la tronçonneuse qui tâche et la cuvette des toilettes !

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*