Comics Culture Z Papiers — 22 mars 2012
WALKING DEAD TOME 15 “DEUIL et ESPOIR”

Dessinateur : Charlie Adlard

Scénariste : Robert Kirkman

Trames et niveaux de gris : Cliff Rathburn

Édition : Delcourt

Prix conseillé : 13,25 euros

Pages : 144 (noir & blanc)

Date de sortie : 15 février 2012

 

 

L’histoire 

Malgré l’horreur des récents événements, les rescapés d’Alexandria surmontent leur douleur et se concentrent déjà sur la reconstruction psychologique et physique de leur communauté. Andrea supervise l’enseignement du tir à l’ensemble des survivants, Abraham dirige l’équipe chargée de fortifier l’enceinte de la ville. Rick est sans doute celui qui a le plus de mal à se remettre. Et pour cause….

 

Ce tome 15 marque un nouveau point de départ dans Walking Dead, avec une prise de conscience de ses personnages sur l’univers qui les entoure. Les jours sombres doivent faire partie du passé ; ils commencent à se dire sur l’impulsion de Rick qu’il est possible de reconstruire et de sécuriser la ville pour se prévoir un avenir meilleur, même si ça doit leur prendre beaucoup de temps. Le plan à très court terme devient un réel plan à long terme quand Rick commence à réellement à s’intéresser au groupe et son devenir : il est question de vivre et non survivre.

Et ce tome est probablement pour Rick l’un des plus important. Ce personnage s’enfonçait dans une noirceur monstrueuse, les risques deviennent mesurés et il est ici plus lucide que jamais, sur lui, Carl et les autres.

Un tome de Walking Dead ne serait rien sans une menace, humaine comme zombie, et sert d’ailleurs à nous montrer que la communauté tient à un nouveau départ et peut-être des changements dans le traitement des crises. Rick doit faire face a la grave blessure de son fils  Carl étant entre la vie et la mort suite à l’invasion des cadavres ambulants dans la communauté. Les morts-vivants se font plus discrets mais ne sont jamais oubliés ni négligés, les scènes d’action sont peu nombreuses mais c’est un répit bien accepté.

“Deuil & espoir” porte bien son nom, alors que les personnages laissent le passé pour se tourner vers l’avenir, toute civilisation n’est pas perdue et les bases sont là pour reconstruire. Certains personnages reviennent au premier plan alors qu’ils ont été mis de côté précédemment. Les dessins sont toujours aussi efficaces, le noir et blanc fait toujours son effet glacial et rude. Les dialogues font mouche et rien n’est écrit au hasard, ce qui fait la force de Walking Dead réside dans cette plongée dans le cœur et l’âme des protagonistes. S sa réalité est si dure, si impitoyable que la suite de cette œuvre nous promet des émotions sans comparaison dans le genre.

note10 

Auteur

sengoten

J'ai été inhumé dans l'Est de la France en 1973, revenu de l'au-delà pour défendre la cause zombiesque, je combattrai de toutes mes forces pour empêcher le rationnel et les esprits cartésiens de s'imposer. Lucio Fulci forever.

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*