Zombie – Allemagne

Attention : Je ne suis pas l’auteur de cet article. L’auteur de cette article est Lestat. Il l’a rédigé le 02/01/2005 sur ce lien Krinein. Il est dans son état original et n’a pas été modifié. Je voulais vous faire profiter de ses articles qui sont vraiment exceptionnels et très enrichissants!

Legion of the deadPatrie de Murnau, de Fritz Lang, de Roland Emmerich (j’assume !) mais aussi nouveau bastion de la scène gore, l’Allemagne n’aura touché que du bout des doigts le film de Zombies, à travers des bandes fauchées et ultra sanglantes que nous devons à des réalisateurs fou-furieux tels Andreas Schnaas ou Olaf Ittenbach.

Andreas Schnaas et Olaf Ittenbach font partie de cette vague de réalisateurs dont les films sont principalement destinés au marché underground. Si aucun des deux n’a fait du Mort Vivant son monstre favori, il faut toutefois leur reconnaître une faculté à l’incorporer dans leurs délires plus gorissimes les uns que les autres. Dans le circuit vidéo, le père Schnaas commence toutefois par tomber dans le ridicule avec Zombie 90 (1990, donc ) et ses maquillages façons pizzas. Rassurez vous, il ne s’est pas fait mal et reviendra aux Morts Vivants avec Violent Shit 3, troisième volet de sa tétralogie extrême et de son personnage dégénéré, Karl le boucher. Dans Violent Shit 3 (1999), notre boucher Karl s’amuse à conquérir le monde avec l’aide de créatures zombifiées. Sous-titré Infantry of Doom, interdit en Angleterre, le film, visiblement tourné en vidéo aligne la tripaille d’épicerie et des morts vivants bien cradingues. Après d’autres excursions (Demonium, Antropophageous 2000…) Schnaas repart avec Nikos the Impaler (2003), une sorte de Violent Shit 4, où un tyran roumain se réveille d’entre les morts pour montrer de quel bois il se chauffe. Olaf Ittenbach de son côté n’est pas forcément plus subtil. De Premutos en 1997, où un ange déchu tente de conquérir le monde en réveillant les morts (original, non ?) à Legion of Dead en 2001 où un homme mystérieux créé une armée de Zombies, Ittenbach se dévoue à la noble cause du gore en livrant ce qui resteront comme les films les plus sanglants de l’histoire du cinéma. A ce niveau, Premutos n’a d’ailleurs rien à envier à Braindead et peut se vanter de comptabiliser à lui seul plus de morts que tous les Vendredi 13 réunis ! Du reste, il faut bien le dire, le taux de boyaux est bien le seul intérêt des films d’Ittenbach…

Auteur

Admin

.................................... Fondatrice de Zombies World .................................. Armes préférées : la tronçonneuse qui tâche et la cuvette des toilettes !

Articles relatifs

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*