Films Vidéos — 10 janvier 2012
Zombie Brigade (Zombie Commando)

 Réalisation et scénario : Carmelo Musca et Barrie Pattison
Titre : Zombie Brigade (ou Zombie Commando) et L’Armée des damnés en DVD français (celui qui suit pas, dehors !)

Format et nationalité : Long métrage australien

Durée : 1h32
Genre : horreur zombiesque

Année de sortie : 1986

Musique : John Charles etTodd Hunter

Acteurs :  John Moore dans le rôle de Jimmy – Geoffrey Gibbs : le maire – Adam Wong : Kinoshita – Khym Lam : Yoshie

 

 

L’histoire

Le maire d’une petite bourgade australienne veut relancer l’économie locale et annonce à ses conseillers le projet de construction d’un parc d’attraction futuriste, autour de la figure ô combien fédératrice de RoboMan, un robot star japonais (un robot moisi, sorte de sous Goldorak en carton).
Le maire a trouvé un investisseur japonais intéressé par ce parc d’attraction perdu au milieu du bush australien. Inquiétude du maire toutefois : sur le terrain qui accueillera le parc se dresse un monument aux morts du Vietnam. Finalement on décide de détruire le monument, et les soldats morts reviennent pour se venger et massacrer la population.

Réalisé par deux quasi inconnus, rebaptisé “l’Armée des Damnés” lors de sa sortie française en dvd, le film commence surtout en montrant une armée de gros bouseux racistes du fin fond du bush : les personnages masculins blancs, conseillers municipaux qui assistent à la réunion programmée par le maire, s’en donnent à coeur joie en parlant de l’investisseur japonais, à coup de “tranche de riz” et de “bouffeur de citron” : un bel exemple d’ouverture d’esprit et de tolérance. Le film dénonce-t-il franchement ce racisme ordinaire ? Apparemment, si l’on en croit la suite de l’histoire qui réservera aux indigènes locaux une place de choix, et des qualités réelles à faire pâlir de râge les bourins élus par la communauté.

le même visuel pas très esthétique...

Que dire du reste du film ? Que les zombies sont tous plus ridicules les uns que les autres, qu’ils ont des dents de vampire (sic), qu’en sortant de leur tombe, au lieu de tituber en grognant devant la caméra, ils fument une cigarette en s’asseyant, tel l’ouvrier méritant qui profite de sa pause ! (pourquoi pas sortir un sandwich ?) Sans oublier le zombie karatéka complètement improbable. Et les soldats qui portent des bobs de campeurs. Et le thème du  fabuleux RoboMan totalement décalé dans ce bush australien.

Ce film est donc évidemment une belle série Z comme on les aime, un joli nanar de premier choix, mais franchement mou de la mise en scène. Mais si vous êtes des amateurs de second degré, comme je n’en doute pas, alors jetez vous à corps perdu dans la délectation suprême, et n’oubliez pas la recette du bonheur : un bon nanar déjanté complètement bancal et des copains qui rigolent pour rien, des cahouètes (et des Dragibus si Sengoten est là). Perso, je veux bien aussi  des petits boudins blancs.

championnat du monde de visuel tout moche: Australie, vainqueur.

Avant dernière chose, pas besoin d’une grande télé avec écran panoramique, vu que l’image DVD a du être repiquée à partir de la VHS de 1986, sinon je vois pas comment on peut faire aussi crade.

Dernière info, et pas des moindres: ne pas confondre ce film avec “Zombie Commando”, film allemand de 2007, visiblement centré sur un scientifique et son virus. Que je n’ai pas vu mais que je cherche assidument, pour calmer ma fringale. Si je le trouve, j’y reviendrai. Miam miam.

 

note2

Auteur

salut à tous je suis enseignant, j'ai 42 ans - marié, 2 enfants passionné de films fantastiques et d'horreur depuis que j'ai vu Shining qui a agi comme un révélateur puis la série des Freddy, puis les Romero, Argento... par ailleurs passionné de peinture (cf mon site)

Articles relatifs

2 Commentaires

  1. Pauvre vieux dire que tu as dû regarder un Z comme celui-là, tu mérites une double ration de mao croqui multicolores et du tropico coco.

  2. oui, il m’a fallu là un vrai sens du devoir pour accepter ce nanar atomique fulgurant – bon je l’ai eu à 1 euro 95 à la solderie du coin – où par ailleurs je fais parfois des affaires sur des lots de DVD improbables….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*