Mangas Papiers — 04 octobre 2011
Zombie Loan

Titre : Zombie Loan
Auteur : Peach-Pit
Date de parution française :  de février 2008 à septembre 2011
Date de parution originale :
2003 au Japon
Genre : Shôjo/Shônen, presque Yaoï
Format :
12,5 x 18 cm
Nombre de pages : 190 pages en moyenne
Éditeur : Kaze
Collection : Asuka
Nombre de volumes : 13 (série complète)
Prix : 7,5€ par tome

Générique de l’OAV

 Image de prévisualisation YouTube

Synopsis

Michiru, une jeune lycéenne effacée, qui essuie les petites brimades quotidiennes de ses camarades, découvre un jour par hasard que deux autres étudiants de l’établissement portent sur le cou une marque noire, comme un anneau tatoué sur leur peau. La demoiselle possède en effet “les yeux de Shinigami“, un pouvoir qui lui permet d’identifier l’espérance de vie des êtres humains sous la forme d’une marque au cou justement qui s’assombrit à l’imminence de la mort. Mais là, Chika et le ténébreux Shito portent un anneau totalement noir. Morts dans un accident routier, une agence spéciale, la Zombie Loan, les a ressuscités. Ils sont maintenant des zombies, liés à l’agence envers qui ils sont endettés. Ils payent en chassant les zombies illégaux, créés par une obscure organisation. Ils voient en Michiru un outil bien pratique, sous-estimant les capacités de la jeune fille, la prenant pour leur souffre-douleur. Ils vont côtoyer d’autres zombies ainsi que des monstres divers, souvent au service eux-aussi de l’agence.

Critique

Les auteurs sont le duo Peach-Pit. Deux mangakas Banri Sendo et Shibuko Ebara (Rozen Maiden), très inspirées par Clamp.

Série au dessin de qualité, aux personnages très poseurs, elle vient de se clore avec le 13e tome sorti ces jours-ci.
Le scénario est efficace car il mêle le polar, le thriller, un peu d’ésotérisme, de l’horreur, beaucoup d’humour, des personnages soignés qui sont l’occasion de profondes histoires transversales, une belle mélancolie shôjo, une sous-intrigue shôjo-ai presque yuri.

Chika et Shito rajoutent une petite touche de morbide, puisque quand le directeur de la Z-Loan les a réanimés, ils venaient de perdre chacun une main. Et en les rassemblant, il s’est bien évidemment trompé en les inversant. Ils y ont gagné l’invocation d’un colt pour l’un, d’un sabre pour l’autre, mais seulement lorsqu’ils utilisent la main qui leur appartient. Ils ne peuvent hélas les échanger que peu de temps et peu souvent, car elles pourrissent loin de leur hôte de réanimation. Ils sont donc liés jusqu’au règlement de leur dette.

Vous l’aurez donc bien compris, ici pas de zombies conventionnels (encore que, épisodiquement…).
L’ensemble tient la route en une série divertissante, foisonnante. À noter qu’il existe un OAV de 13 épisodes, sorti en France chez Kaze Video en 2009.

 

 

Quelques planches

 

 

note7

Auteur

Bonne proto-geekette mais piètre survivante, j'ai néanmoins fait mien l'adage : "Un bon zombie est un zombie mort. Deux fois."

Articles relatifs

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*