Culture Z Livres Papiers — 13 octobre 2011
Zombie Story T3: Zombie Planet, la critique !

zombie planetTitre : Zombie Story: Zombie Planet

Auteur : David Wellington

Editeur : Milady

Sortie : 20 août 2010

Nombre de pages : 300

Site officiel : http://www.davidwellington.net/

 

 

 

Synopsis

Douze ans se sont écoulés depuis que les morts-vivants, après avoir envahi Manhattan, puis les États-Unis, se sont emparés de la quasi-totalité de la planète en dévorant ses habitants. Une rescapée, Sarah, décide de sauver son ancienne protectrice, la Somalienne Ayaan, des griffes du tsarévitch, le plus puissant des maîtres zombies qui brigue la domination mondiale. Mais les humains sont de moins en moins nombreux. Les vivants ont connu l’enfer et pourtant le pire reste à venir. Parviendront-ils à survivre sur cette planète désolée après tant d’épreuves ?

 

Critique

Je l’avais laissé entrevoir dans la critique du Tome 2… Mais rassurez vous, le troisième volet est meilleur que le deuxième. OUF ! Mais il reste bien en dessous du premier. ERRF ! Alors qu’en penser ?

Pour remettre dans le contexte, j’ai enchaîné la lecture du 2e et 3e volet, donc peut être est ce à l’origine de mon optimiste concernant le dernier de la trilogie. Quand on sombre dans les bas fond de Zombie Nation, on ne peut trouver que le reste bon ! Mes propos sont donc à prendre avec modération !

Tout d’abord, nous retrouvons la plupart des personnages du premier tome, douze ans plus tard. Sarah, la fille de Delkab est désormais une femme…

Le début démarre en trombe contrairement à la lenteur du Tome 2. Ayaan, lors d’un raid anti-zombie, se fait capturer. Sarah doit donc la retrouver et la sauver ! Le scénario contrairement au deuxième volet est bien rempli. Des rebondissements, de l’action, de la nouveauté.

Lorsqu’on a gobé le fait que les zombies peuvent avoir de superpouvoirs, une fois surtout qu’on a digéré le coup de l’invisibilité de Nilla, je dirais que tout peut passer dans ce troisième et dernier tome.

David Wellington repart dans sa bonne idée de départ ou les “zombifications oxygénées” permettent aux zombies de rester intelligent. Il met un nom dessus : “les liches”. Ok, des liches. Et une flopée par dessus le marché, avec chacun son pouvoir particulier. Comme notre cher Gary, que nous allons bien entendu retrouver, sous une forme… peu prévisible !

Le roman est scindé en plusieurs points de vue notamment celui des liches et celui des humains. Cette dualité manichéenne est très agréable même si David Wellington à la fin, arrive presque à nous convaincre que les uns comme les autres sont gris et qu’il n’y a pas de noir et blanc.

Le scénario de base est posé. Sarah doit retrouver Ayaan, captive d’un groupe de liches, et doit déjouer leurs plans pour sauver le monde ! Ajoutez à cela que Sarah n’est pas complètement désarmée puisque elle détient un pouvoir (et oui, un détecteur de mort vivant) et sera accompagnée d’étranges amis.

Ce qui a été mal perçu pour certains, et qu’au final j’ai accepté, (même si cela au début m’a paru un peu étrange) est le revirement de caractère d’Ayaan. Ayaan, la guerrière intrépide, la rebelle, qui n’a pas peur de la mort et n’a pas froid aux yeux. Cette Ayaan que nous avons chérie se transforme en une Ayaan acceptant le destin, à moitié soumise, qui oublie sa propre identité. Ayaan et la mort, une longue histoire étalée sur l’ensemble du roman… Notre certitude concernant ce personnage disparaît tout au long du roman, et nous nous interrogeons…

 

note3

Auteur

Bonne proto-geekette mais piètre survivante, j'ai néanmoins fait mien l'adage : "Un bon zombie est un zombie mort. Deux fois."

Articles relatifs

3 Commentaires

  1. Même si j’ai trouvé la trilogie divertissante, je suis gênée qu’elle comporte tant de fautes d’orthographe. Je me demande comment une telle erreur a pu être commise alors qu’une simple relecture aurait pu en épargner 90% facile…

  2. :| Bon les fautes heu … Pas trop repérées… Mais Ce troisième volet était très abouti pour moi,avec un retour en Amerique, au père,et aux personnages du 1er tome avec ses maitres zombies,les differentes possibiltées scénaristiques induites par son contenu, non un régal ce bouquin. ;-)

  3. Oui l’auteur à un imaginaire démesuré, il va très très loin. Surtout dans ce dernier où il boucle la boucle. A lire pour fan de z qui ont envie rêver et de mettre un peu de magie dans toute cette horreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*